Accueil Actualités Bruges bourguignonne, Jan van Eyck et Hans Memling, à ne pas manquer

Bruges bourguignonne, Jan van Eyck et Hans Memling, à ne pas manquer

par Communiqué musée

Trois expositions à Bruges, berceau des maîtres flamands

À la fin du Moyen Âge, Bruges était une ville cosmopolite, un melting-pot de richesses et de nationalités. Lorsque l’industrie drapière a perdu du terrain, la ville s’est lancée dans la production de biens de luxe, comme l’orfèvrerie, les manuscrits enluminés, la dentelle, les tableaux… Autant de biens qui seront exportés aux quatre coins de l’Europe.

Ainsi les mariages savamment arrangés de la cour de Bourgogne l’ont amenée à s’unir au comté de Flandre. Les ducs de Bourgogne se plaisaient à Bruges. Ils aimaient séjourner dans le luxe du Prinsenhof (l’actuel hôtel Duke’s Palace cinq étoiles). Forts d’un goût sans faille et d’un penchant pour le faste, ils ont commandé des œuvres aux artistes les plus renommés, notamment le peintre Jan van Eyck qui s’est installé à Bruges pour officier en tant que peintre de la cour de Philippe le Bon. Pour elle, il a effectué divers voyages et pèlerinages qui ont accru sa notoriété internationale et étoffé sa clientèle.

Notons que Van Eyck a peint son chef-d’œuvre La Vierge au Chanoine Joris van der Paele pour le chanoine de Saint-Donatien. Épinglons également la toile intitulée Portrait de Margareta van Eyck (ou Margareta, la femme de l’Artiste). Van Eyck a eu une influence considérable sur d’autres peintres locaux et internationaux, à commencer par Hans Memling.

Châsse de Sainte Ursule. Reliquaire (1489). Sint-Janshospitaal (Hôpital Saint-Jean). Hans Memling .

Ce Brugeois issu de la bourgeoisie a signé des panneaux uniques pour des habitants nantis, mais aussi pour des marchands et des banquiers espagnols et italiens. Ainsi a-t-il réalisé la Châsse de sainte Ursule et le Retable des deux saints Jean pour le compte du Sint-Janshospitaal. Diverses toiles peintes à Bruges par des primitifs flamands n’ont jamais quitté la ville. Elles sont notamment exposées au Groeningemuseum et au Sint-Janshospitaal.

La Vierge au chanoine Van der Paele (1434-1436). Huile sur bois,141cm/176,5cm.
Jan van Eyck (circa 1390-1441). Groeningemuseum, Bruges.

Palais de Gruuthuse et autres monuments

Les Bourguignons ont inspiré une foule d’éminentes familles. Les puissants seigneurs de Gruuthuse ont construit un palais gothique au bord de la Reie. Jean IV Van der Aa, seigneur de Bruges, a entamé la construction d’une maison de maître en 1425. Mais la cerise sur le gâteau vint de son descendant Louis de Gruuthuse, qui fit bâtir un imposant oratoire à la fin du XVe siècle.

Après une profonde restauration, le majestueux hôtel particulier, qui abrite aujourd’hui le Gruuthu- semuseum, a retrouvé tout son faste. C’est à cette époque que la famille italienne de marchands Adornes a fait ériger sa chapelle de Jérusalem aux accents orientaux. Le XVe siècle a également vu l’achèvement de l’Hôtel de ville gothique, qui a inspiré des architectes de Bruxelles, Gand et Louvain. Le Béguinage (inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1998) a déployé toute sa grandeur dans les mêmes années. De généreux dons émanant de ducs, de riches guildes et de patriciens ont, en outre, permis d’embellir l’église Saint-Jacques. L’architecture gothique datant de l’âge d’or de Bruges est encore omniprésente dans les rues.

Les Italiens et la Bourse

Portrait de Margareta van Eyck (1439). Huile sur bois, 41,2 cm/ 34,6cm.
Jan van Eyck (circa 1390-1441). Groeningemuseum, Bruges.

Les noms de rues tels que Spanjaardstraat, Engelsestraat, Oosterlingenplein, Spinolarei, etc. évoquent les différentes nations basées à demeure dans la métropole commerçante qu’était Bruges. Un mélange hétéroclite de marchands étrangers descendus rejoindre le comptoir le plus méridional de la Hanse germanique.

En marge des activités commerciales, le secteur bancaire a lui aussi prospéré, principalement à la faveur des marchands italiens.


Au Moyen Âge, Bruges était le centre névralgique financier du monde. Au bord de la Beursplein, à l’auberge de la famille Van der Buerze, les Italiens ont introduit de nouvelles techniques financières comme les lettres de change et les comptes chèques postaux. La Bourse était née..

Brugge Letterstad & Handmade in Bruges

La tradition des manuscrits, des incunables et des ouvrages est, elle aussi, encore bel et bien visible. De nombreux sculpteurs de lettres et calligraphes de renommée mondiale continuent aujourd’hui d’asseoir la réputation de ‘Brugge Letterstad‘. Les bibliothèques du couvent anglais et du couvent des Carmes déchaux sont accessibles au public. Le projet ‘Sacred Books | Secret Libraries‘ fait la part belle au silence, à l’authenticité et aux livres. Le visiteur découvre le lien étroit entre la ville et la vie religieuse de Bruges dans des endroits secrets.

Il faut savoir que les souverains bourguignons ne juraient que par les plus beaux matériaux : l’or, le cristal de roche, les diamants, les rubis, la soie et l’ivoire. Les objets de luxe étaient pour eux un moyen de mettre leur pouvoir en exergue. Des artisans soutenus par Handmade in Brugge laissent aujourd’hui libre cours à leur créativité dans le travail du textile, du cuir, de la dentelle, de l’argent et de l’or.

L’année Van Eyck

2020, année dédiée à Van Eyck, un temps secouée par l’épidémie du Covid, a été rythmée par la célébration des Bourguignons et de la peinture des primitifs flamands. Le palais des seigneurs de Gruuthuse (l’hôtel particulier bourguignon par excellence) a rouvert ses portes au printemps, après de longues années de rénovation. Un florilège de chefs-d’œuvre plonge le visiteur dans l’histoire de Bruges, du Moyen Âge à nos jours. L’oratoire médiéval de Louis de Gruuthuse (un monument unique en Europe), tout juste restauré, fait partie des incontournables. Construit par le chevalier bourguignon Louis de Gruuthuse, il relie directement l’hôtel particulier au chœur gothique de l’église Notre-Dame. Installé dans sa confortable chapelle privée, Louis de Bruges pouvait suivre l’office religieux sans sortir de chez lui.

Van Eyck in Bruges

En bref…

L’exposition Jan van Eyck in Bruges est consacrée à deux des chefs-d’œuvre du peintre de la cour de Bourgogne que recèle Bruges : La Vierge au Chanoine Joris van der Paele et le Portrait de Margareta van Eyck.

Des documents authentiques sont présentés à la curiosité du visiteur qui découvre ainsi es lieux où vivai Van Eyck et quelles activités il exerçait à Bruges. L’exposition braque également ses projecteurs sur le personnage de Joris van der Paele, qui a connu une impressionnante carrière à la curie papale de Rome à une époque de grande agitation. Il a été le témoin des querelles de pouvoir entre pape et antipape, et a participé aux négociations relatives à la Guerre de Cent Ans et a assisté aux conciles.

Van Eyck in Bruges
Jusqu’au 8 novembre 2020
Groeningemuseum. Bruges. Belgique
En raison des mesures contre le COVID, Musea Brugge travaille avec un système de réservation.
Réservation visite à l’avance sur : www.museabrugge.be/reservatie

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus