Accueil Actualités Un texte chinois vieux de 2.200 ans, peut-être le plus vieil atlas anatomique

Un texte chinois vieux de 2.200 ans, peut-être le plus vieil atlas anatomique

par Revue de presse

Le site de Mawangdui 馬王堆 situé dans le centre-sud de la Chine continue par la richesse et l’extrême variété de ses artefacts d’enrichir les travaux de recherche des archéologues et des chercheurs.

Ansi une série de textes chinois vieux de 2200 ans, écrits sur de la soie et retrouvés enterrés dans des tombes anciennes, contient le plus ancien atlas anatomique existant, selon les scientifiques.

Les textes ont été découverts dans les années 1970 dans des tombes sur le site de Mawangdui. Les tombes appartenaient au marquis Dai, à sa femme Lady Dai et à leur fils. Les textes sont difficiles à comprendre et ils utilisent le terme «méridien» pour désigner des parties du corps humain. Dans un article récemment publié le 1er septembre dans la revue The Anatomical Record, une équipe de recherche dirigée par Vivien Shaw, professeur d’anatomie à l’Université de Bangor au Pays de Galles au Royaume-Uni, affirme que ces textes « constituent le plus ancien atlas anatomique existant au monde. . « 

En outre, les textes « à la fois sont antérieurs et informent les textes d’acupuncture ultérieurs, qui ont été la base de la pratique de l’acupuncture au cours des deux millénaires suivants« , pécisent les chercheurs. La découverte «remet en question la croyance largement répandue selon laquelle il n’y a pas de fondement scientifique pour« l’anatomie de l’acupuncture », en montrant que les premiers médecins ayant écrit sur l’acupuncture écrivaient en fait sur le corps physique», ont-ils ajouté.

Les méridiens de l’acupuncture dans un texte ancien chinois

Des textes difficiles

Les textes, écrits en caractères chinois, sont difficiles à comprendre. « Les compétences nécessaires pour les interpréter sont diverses, obligeant le chercheur à lire d’une part le chinois original, et d’autre part à effectuer les investigations anatomiques qui permettent de revoir les structures auxquelles les textes se réfèrent » est-il ainsi précisé dans l’article.

Mais si les textes sont lus attentivement, on peut voir que les «méridiens» se réfèrent à des parties du corps humain. Par exemple, le texte dit (en traduction) qu’un méridien commence « au centre de la paume, va le long de l’avant-bras entre les deux os en suivant tout droit le long des tendons, se déplace sous le tendon dans le biceps, à l’aisselle, et se connecte avec le cœur. » Les chercheurs affirment que cette description d’un «méridien» se réfère en fait au trajet de l’artère ulnaire, le principal vaisseau sanguin de l’avant-bras.

Un autre exemple du texte ancien décrit un « méridien » dans le pied qui « commence au niveau du gros orteil et court le long de la surface médiale de la jambe et de la cuisse. Se connecte à la cheville, au genou et à la cuisse. Il se déplace le long des adducteurs du cuisse et couvre l’abdomen.  » Ce «méridien» décrit en fait la «voie de la longue veine saphène», le conduit qui transporte le sang des jambes vers le cœur.

L’équipe conclut que les textes « représentent ainsi le premier atlas anatomique survivant, conçu pour fournir une description concise du corps humain aux étudiants et aux praticiens de la médecine de la Chine ancienne« .

Bien que le corps humain et les dépouilles mortelles des ancêtres aient été considérés comme sacrés dans la Chine ancienne, les restes posthumes des condamnés à mort et des suppliciés n’ont pas toujours bénéficié de cet honneur. Les chercheurs ainsi considèrent que des médecins chinois de la Chine ancienne ont disséqué des cadavres de prisonniers pour les aider à comprendre l’anatomie humaine. Par exemple, le Han Shu (Livre de Han)( 汉书 en chinois simplifié ou 漢書  en chinois traditionnel), un tome qui couvre l’histoire de la dynastie Han, enregistre la dissection du criminel Wang Sun-Qing en 16 après J.-C..

Jusqu’à présent, on pensait que le plus ancien atlas anatomique connu du corps humain provenait de Grèce, réalisé par des médecins grecs de l’Antiquité tels que Herophile d’Alexandrie Ἡρόφιλος (335-280 av. J-C) et Erasistrate de Céos Ἐρασίστρατος (304-c.250 av. J-C), mais la plupart de leurs textes ont été perdus et ne sont connus que par ce que d’autres écrivains anciens ont écrit à leur sujet. Ipso facto, les textes chinois constituent le plus ancien atlas anatomique survivant.

Vivienne Lo, maître de conférences et animatrice du China Centre for Health and Humanity de l’University College de Londres, qui n’est pas affiliée à la recherche, a déclaré qu’elle hésitait à utiliser le mot «atlas» pour décrire ces textes, et pense que les termes «carte» ou «graphique» seraient plus appropriés. Vivienne Lo a précisé que le terme «atlas» était un terme qui était plus utilisé au cours des 17e et 18e siècles et ne semble pas approprié pour s’appliquer à un texte vieux de 2 200 ans. La chercheuse a également noté que certaines des découvertes discutées dans l’article – comme le fait que les prisonniers ont été disséqués pour fournir des informations anatomiques – ont déjà été publiées par d’autres chercheurs.

TJ Hinrichs, professeur d’histoire à l’Université Cornell qui a mené des recherches sur la médecine chinoise ancienne mais n’est pas affilié à ces recherches, ne pensait pas non plus que «l’atlas anatomique» était un terme approprié pour décrire ces textes. Live Science a contacté d’autres experts non affiliés à la recherche, mais la plupart n’ont pas été en mesure de répondre au moment de la publication.

Article original publié dans Live Science le 10 septembre 2020
Traduction et adaptation en français pour WUKALI par PAL

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus