Accueil Actualités Michou aux enchères
Le 10 juillet prochain, Artcurial mettra à l’honneur la Collection Michou, célèbre directeur du Cabaret qui porte son nom. Figure emblématique des nuits parisiennes et du tout Paris, Michou fîtde ce lieu magique une véritable institution. Niché à quelques pas du cabaret, son intérieur montmartois, à l’image de sa personnalité singulière, révèle une collection remarquable de près de 300 pièces : sculptures néoclassiques, mobilier, objets d’art et tableaux modernes. Du 5 au 9 juillet, au sein de l’Hôtel Marcel Dassault sera restitué l’univers de Michou, dernier hommage avant sa mise aux enchères.   

La collection Michou

Né le 18 juin 1931 à Amiens, Michel Catty que l’on surnomma « Mimi », « Chouchou » et enfin « Michou » deviendra le prince bleu de Montmartre, célèbre directeur du cabaret transformiste du 80, rue des Martyrs à Paris.

A son arrivée à Paris en 1949, Michou n’a que 17 ans. Le 13 juillet 1956, il reprend en gérance le bar Chez Madame Untel et ouvre le Cabaret Michou. En 1961, il a l’idée de lancer avec ses amis, Lucien et Eugène, un spectacle de travestis des plus extravagants. Michou interprète Miss Glassex, ses deux compères incarnent eux les personnages de La Grande Eugène et Phosphatine. Le trio originel est très vite complété par une dizaine d’interprètes, les Michettes, qui chantent en play-back les chansons de Dalida, Sylvie Vartan, Edith Piaf, France Gall, Brigitte Bardot et tant d’autres.

Michou déclarait que « c’est par la magie du maquillage et de la tenue que la transformation se fait. Le transformisme, c’est de l’artifice, du rêve, et c’est spectaculaire ». L’originalité du spectacle séduit. Un article dithyrambique (« Quand Paris se travestit ») publié dans Jours de France sous la plume du journaliste et chroniqueur radiophonique Edgar Schneider lancera définitivement Chez Michou qui deviendra une véritable institution, haut lieu de la vie nocturne, où se pressent les stars du grand écran, de la mode ou des arts, de nombreuses figures politiques et les touristes des quatre coins du monde.

Au fil des décennies, l’adresse mythique «qui donne des couleurs aux nuits blanches» organise des fêtes magiques qui séduisent les plus grands artistes de l’époque, de Josephine Baker à Lauren Bacall, Alain Delon, Jean-Paul Belmondo, Liza Minnelli, Jacques Chirac, Jacques Brel, Georges Brassens, Romy Schneider, Dalida et tant d’autres. Ces moments photographiés sont aujourd’hui, dans chaque recoin du cabaret, immortalisés à jamais.

À cet égard, la personnalité de Michou indissociable de son établissement a inspiré les cinéastes de l’époque et notamment à Jean Poiret le film « La cage aux folles » en 1978.
En 1973, c’est Claude Lelouch qui met en scène Lino Ventura et Michou dans le film « La Bonne Année ».page3image21448page3image21608page3image21768page3image21928page3image22088page3image22248

Un remarquable ensemble d’oeuvres modernes, la couleur pour emblème

Gen Paul. Les trompettistes
Huile sur toile – 150 x 105 cm
Collection Michel Catty dit « Michou » Estimation : 15 000 – 20 000

Effectivement proche des artistes et notamment des Montmartrois dont on ressent l’influence au sein même de sa collection, Michou a, au fil des années et de ses rencontres, collectionné de nombreuses oeuvres modernes dans un décor unique niché au sommet du village de Montmartre face au Sacré Cœur. Un important ensemble de tableaux modernes figure dans la vente, parmi lesquelles ceux de Gen Paul, de Bernard Lorjou, d’Henry Bertin ou encore de Jean Marais.

De fait on retrouve une cinquantaine d’oeuvres du peintre expressionniste Montmartrois Gen Paul et particulièrement l’un des thèmes de prédilection du peintre à savoir des scènes de jazz, de musiciens, et clowns en mouvement dont Les TrompettistesHuile sur toile, estimé 15 000 – 20 000 €.

D’autre part un ensemble de 7 tableaux de Bernard Lorjou, d’une étonnante intensité, composent également cette collection. Artiste militant se considérant lui-même comme un« témoin de son temps », il partagea certains de ses combats avec Michou, et particulièrement celui de la recherche contre le sida.


Parmi ces œuvres dont le style onirique figuratif dégage un cri de couleur et de lumière, une importante huile sur toile, Les fêtes de la mer, estimée 15 000 – 20 000 €.

A noter que la famille a offert généreusement une œuvre de Gen Paul au Musée du Vieux Montmartre en souvenir de Michou et, ne figurera donc pas dans la vente.

Mobilier et objets d’art, le bleu pour fil conducteur

Au sein d’un décor unique niché au sommet du village de Montmartre face au Sacré Cœur se sont mélés œuvres modernes, sculptures néoclassiques, mobilier et objets d’art mis en scène avec goût par Michou.

On retrouve un mélange de mobilier de la Maison Roméo telle qu’une commode de style Louis XIV bleue lapis, estimée 2 000 – 3 000 €, ou une console en bois dorée avec son dessus en marbre blanc, estimée 1 500 – 2 000 €, une paire de candélabres de style Louis XV en bronze à patine et bronze doré, estimée 800 – 1 000 €, avec des sculptures dont un Hermès en bronze d’après Jean Bologne, estimé 2 000 – 3 000 €.

Seront également proposés en vente d’importants services de verres et de cristal, des services Christofle, des services d’assiettes en porcelaine dont une suite de 8 assiettes en porcelaine, circa 1989-1990, décorées par Jean Gray, estimées 800 – 1 000 €, des objets dont certains signés Daum, Lalique et Baccarat, ou encore un ensemble d’œuvres teintées bleue signées et dédicacées du verrier Jean-Claude Novaro

Michou, « le prince bleu de Montmartre »

Dans les années 60-70, le personnage de Michou se peaufine jusqu’à se crée un style à part. Le prince bleu de Montmartre est né. L’homme ne quittera plus ses costumes, lunettes et panamas bleus.

La légendaire garde-robe bleue réunit une trentaine de pièces aussi iconiques qu’insolites, vêtements et accessoires.

Lors de cette vente événement, les collectionneurs pourront acquérir notamment la valise siglée Louis Vuitton avec laquelle Michou partait en tournée, estimée 2 000 –3 000 €, ou encore des accessoires tels qu’une paire de Weston, estimée 150 – 200 €, ou un authentique panama bleu, estimé 100 – 150 €.

Exposition du dimanche 5 au jeudi 9 juillet 2020, de 11h à 19h
le 8 juillet, de 14h à 18h, sur rendez-vous
le 9 juillet, sur rendez-vous

Vente aux enchères le vendredi 10 juillet 2020, à 14h
Artcurial, 7, Rond-Point des Champs-Elysées, 75008 Paris

Illustration de l’entête: Bernard Lorjou. Les fêtes de la mer. Huile sur toile 206/350cm. Collection Michel Catty dit «  Michou». Estimation 15.000-20.000€

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus