Accueil Actualités Un roman aux multiples entrées d’Anna Rozen

Un roman aux multiples entrées d’Anna Rozen

par Émile Cougut

Un superbe roman d’Anna Rozen, ne pas le manquer en librairie. Les gens heureux n’ont pas d’histoire entendons nous dans une chanson. C’est aussi souvent le problème de bien des écrivains : leurs personnages, leurs « héros » n’ont pas particulièrement de problèmes psychologiques, ne vivent pas des situations « hors normes », ressemblent à n’importe qui  dans la « vie » réelle, le lecteur s’identifie plus ou moins à eux sans mal et… 

Et il y a deux, voire trois ou quatre solutions : la pire c’est que c’est tellement « banal », descriptif que le sommeil finit vite par s’insinuer dans l’esprit et le corps du lecteur qui finit par s’endormir et surtout oublier le contenu de ces quelques pages.
La seconde, c’est que dans la routine, dans la banalité, un  « grain de sable » vient s’insinuer qui fait tout basculer (on pense à  Simenon et plus près de nous à Armel Job).
Il y a ceux qui comme Balzac mettent leur talent, leur génie au niveau de la description de toute une société, d’un univers qui n’est que la somme des banalités de tous les personnages.
Bien sûr il y a, comme dans la « vraie vie », des personnages qui sont « a-typiques » et qui servent plus ou  moins de moteur à l’intrigue.
Et puis il y a ceux que l’on pourrait ranger dans le premier groupe, mais que l’on ne peut pas car il y des éléments et du second et du troisième groupe…  

Loin des querelles du monde, le nouveau roman  d’Anna Rozen fait indéniablement partie de cette quatrième catégorie.

Germain Pourrières est un écrivain à succès, c’est à dire qu’il ne fait que des « best-sellers », des écrits qui se vendent bien, voire très bien. Pour pouvoir travailler sereinement, il s’est créé un univers routinier, surtout au niveau de la nourriture, mais c’est aussi un jouisseur, amateur de dîners fins et de belles femmes.
Bon soit, il s’occupe de son neveu, Joseph, adolescent attardé que lui a confié sa sœur Bergère quand elle est allée s’occuper d’un troupeau de moutons angora au fin fond de la campagne reculée. Joseph souhaite partir sur les traces de son père, qu’il n’a pas connu, en Inde en laissant son amie végan à la charge de son oncle.

Sauf que Germain souhaite écrire autre chose, sans se soucier du tirage potentiel. Il est soutenu par son éditeur, parfait épicurien, Jean-François. Mais ce dernier est terrassé par un cancer du pancréas. Malgré cette perte, Germain mène a bien son nouvel ouvrage qui va être sans mal publié par le repreneur de la maison d’édition de Jean-François.  Tout au plus, la promotion devrait être originale, mais en parfaite harmonie avec les aspirations profondes de Germain.

Germain n’est pas le personnage le plus sympathique de la littérature, loin de là : c’est un parfait égotiste, mais un égotiste qui souhaite évoluer, en espérant se révéler à lui-même. Mais,  progressivement, un certain désenchantement s’instaure et rien, strictement rien, à la fin du roman ne laisse penser que Germain va sortir de sa routine, de sa bulle, va évoluer. Tout au plus va-t-il encore plus se retrancher derrière les murailles qu’il s’est créées.  

Mais voyons, Germain,  ne symboliserait-il pas à lui seul une partie de la nature humaine, une partie de nous-mêmes ?

Loin des querelles du monde
Anna Rozen

éditions Le Dilettante. 17€50

                                                                      

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus