zoonose coronavirus WUKALI
Accueil Actualités Coronavirus, Zoonose, ce qu’il convient de savoir

Coronavirus, Zoonose, ce qu’il convient de savoir

par Pierre-Alain Lévy

Coronavirus COVID 19 oblige, pandémie, zoonose, on dit tout, on lit tout et son contraire et souvent n’importe quoi ! Et c’est bien là le problème, nous y reviendrons d’ailleurs dans un prochain article. Zoonose, transmission de la maladie de l’animal à l’homme, Wuhan, épidémie, chauve-souris, pangolin, il nous a paru utile de faire le point à ce sujet.

Voici tout d’abord la définition des zoonoses telle qu’en donne le ministère de l’Agriculture : Les zoonoses sont des maladies ou infections qui se transmettent des animaux vertébrés à l’homme, et vice versa. Les pathogènes en cause peuvent être des bactéries, des virus ou des parasites. La transmission de ces maladies se fait soit directement, lors d’un contact entre un animal et un être humain, soit indirectement par voie alimentaire ou par l’intermédiaire d’un vecteur (insecte, arachnides…). Selon l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), 60% des maladies infectieuses humaines sont zoonotiques.

Un article juste paru dans la revue américaine LiveScience traite pleinement du sujet, il nous a paru intéressant de vous le reporter:

Les zoonoses sont des maladies causées par des germes transmis entre les animaux et les humains

« En termes simples, une zoonose est une maladie d’origine animale qui peut provoquer des maladies chez l’homme », a déclaré le docteur Barbara Han, écologiste spécialiste des maladies au Cary Institute of Ecosystem Studies à New York.

Les maladies zoonotiques sont répandues dans le monde; elles peuvent être causées soit par des virus, des bactéries, des parasites ou des champignons, et peuvent provoquer une maladie légère ou grave, voire la mort. Selon le CDC (Centers for Disease Control and Prevention), environ 60% des maladies infectieuses connues chez l’homme peuvent être propagées par des animaux et 3 nouvelles maladies sur 4 sont d’origine animale.

Comment se transmettent les zoonoses?

Le contact direct avec les animaux est le moyen le plus simple pour les maladies de se propager des animaux aux humains, par exemple en caressant, en manipulant ou en se faisant mordre ou griffer par un animal. Les personnes qui travaillent dans le domaine de l’élevage ou dans les industries de soins aux animaux (zoos ou aquariums, par exemple) sont plus susceptibles d’être exposées aux zoonoses car elles sont souvent en contact direct avec les animaux. Les animaux domestiques peuvent également être une source directe d’exposition, tout comme les animaux sauvages qui entrent en contact avec les chasseurs.

Passer du temps dans des zones où vivent des animaux peut entraîner une exposition indirecte aux agents zoonotiques par contact avec de l’eau ou des surfaces avec lesquelles des animaux infectés sont également entrés en contact. Certains germes zoonotiques peuvent même contaminer l’air que nous respirons. Les hantavirus, par exemple, sont une famille de virus propagés par des rongeurs, mais rarement par contact direct. Au lieu de cela, les virus se propagent le plus souvent par la matière fécale aérosolisée infectée du rongeur, a déclaré Han à Live Science. Par exemple, les gens qui balaient leurs hangars dans les campagnes peuvent inhaler de la poussière contaminée par des particules fécales infectées de souris.

Tique

Les maladies zoonotiques peuvent également être transmises des animaux aux humains par le biais d’insectes qui agissent comme un «intermédiaire» ou des vecteurs de l’agent pathogène. Les tiques, par exemple, transfèrent des agents pathogènes transmissibles par le sang, tels que les bactéries qui causent la maladie de Lyme, d’un animal infecté à d’autres animaux et humains, selon la Global Lyme Alliance. Les moustiques et les puces sont également des vecteurs courants de maladies zoonotiques, comme le virus Zika (transmis par les moustiques) et la bactérie responsable de la peste (transmise par les puces).

Les gens peuvent également contracter des zoonoses en consommant des aliments contaminés. Manger de la viande ou des œufs insuffisamment cuits ou manger des produits non lavés contaminés par des excréments d’animaux peut entraîner des maladies causées par des germes transportés par un animal. Boire du lait cru non pasteurisé ou de l’eau contaminée peut également provoquer la propagation de maladies zoonotiques aux humains.

Exemples de maladies zoonotiques

L’Organisation mondiale de la santé collabore avec des groupes gouvernementaux et non gouvernementaux du monde entier pour identifier et gérer la menace mondiale des zoonoses. Il y a beaucoup trop de maladies zoonotiques pour les énumérer ici, donc aux fins de cet article, nous nous concentrerons sur des exemples de maladies zoonotiques répandues aux États-Unis.

En mai 2019, le CDC ( équivalent américain des agences nationales de contrôle de santé en France. NDLR ) a publié un rapport réalisé en collaboration avec le département américain de l’Agriculture (USDA) et le ministère de l’Intérieur (Department of the Interior), décrivant les huit maladies zoonotiques les plus préoccupantes aux États-Unis. Ils ont établi la liste suivante

Grippe zoonotique
Salmonellose
Virus du Nil occidental
Peste
Coronavirus émergents
Rage
Brucellose
Maladie de Lyme

La grippe zoonotique est une grippe causée par des virus d’origine animale ou des virus de la grippe de type A. Sur les quatre types de virus grippaux, les virus de type A causent la maladie la plus grave et se trouvent chez les canards, les poulets, les porcs, les baleines, les chevaux, les phoques et les chats, selon le CDC.

Seuls les virus de la grippe de type A sont connus pour provoquer des pandémies de grippe ou des épidémies mondiales de grippe. Les virus grippaux de type A et de type B peuvent provoquer des épidémies de grippe saisonnière, mais les virus de type B ne circulent que chez l’homme. Les virus de la grippe de type C provoquent rarement des maladies graves, tandis que le type D infecte principalement les bovins et n’est pas connu pour infecter les humains.

La salmonellose est une maladie causée par une infection due à la bactérie Salmonella et provenant de produits alimentaires contaminés. La contamination se produit généralement lorsque des excréments infectés d’un animal entrent en contact avec des cultures ou de l’eau, et que les gens consomment ou touchent ensuite ces produits avant même de se laver les mains. La salmonellose est l’une des infections bactériennes les plus courantes aux États-Unis, mais la grande majorité des personnes infectées se remettent de leurs symptômes en deux à sept jours sans traitement.

Le virus du Nil occidental et la bactérie responsable de la peste sont tous deux transmis par des insectes vecteurs. Les moustiques transmettent le virus du Nil occidental d’un animal infecté (le plus souvent un oiseau) à une personne, et les puces transportent la bactérie responsable de la peste (Yersinia pestis) des rongeurs aux humains. Moins de 1% des personnes infectées par le virus du Nil occidental développent des symptômes graves et les antibiotiques sont très efficaces pour traiter la peste.

La rage est une maladie virale qui affecte de nombreux mammifères, y compris les humains. Aux États-Unis, la rage se retrouve principalement chez les chauves-souris, les ratons laveurs, les mouffettes et les renards, selon le CDC, mais les chiens domestiques non vaccinés peuvent également transporter et transmettre le virus. Le virus se propage par la morsure ou par la griffure d’un animal enragé. La maladie provoque une inflammation du cerveau et entraînera la mort si elle n’est pas traitée avant le début des symptômes.

Transmission de la brucellose

La brucellose, ou fièvre méditerranéenne, est une maladie causée par diverses espèces de bactéries Brucella que l’on trouve le plus souvent dans le bétail à sabots, les bovins, les moutons, les porcs et les chèvres, bien que les chiens domestiques puissent également être porteurs de la bactérie responsable de la maladie, selon le CDC. Une personne peut être infectée par la bactérie en consommant de la viande insuffisamment cuite ou des produits laitiers non pasteurisés, ou en manipulant des animaux infectés. La mort par brucellose est rare, mais les symptômes peuvent durer des semaines à plusieurs mois.

La maladie de Lyme est la maladie à transmission vectorielle la plus courante aux États-Unis, selon le CDC. La maladie est causée par des variétés de bactéries Borrelia sont transmises par deux espèces de tiques à pattes noires (également appelées tiques du cerf): Ixodes scapularis et Ixodes pacificus. Les tiques ne sont pas nées avec la bactérie, mais elles la ramassent lorsqu’elles se nourrissent d’un animal infecté, comme une souris ou un cerf.

Pourquoi les zoonoses constituent-elles une préoccupation croissante?

Les maladies zoonotiques constituent une préoccupation majeure pour la santé humaine et cela pour deux raisons: « la fréquence des maladies zoonotiques augmente; et il est difficile de prédire où elles vont apparaître. » Les scientifiques ne savent pas exactement pourquoi les maladies zoonotiques semblent augmenter, mais ils disposent d’ hypothèses solides.

Parmi ces raisons et des plus simples, « les humains envahissent aujourd’hui plus souvent qu’autrefois les habitats naturels des animaux, ce qui facilite plus d’interactions entre les humains et les animaux. » »Lorsque nous faisons des ouvertures dans les forêts pour l’exploitation forestière ou empiétons sur les habitats … vous définissez des scénarios où vous contactez la faune sur une base plus fréquente » précise Barbara Han.

Déforestation en Indonésie sur l’île de Sumatra. ©Beawiharta

Certaines pratiques culturelles peuvent également contribuer à davantage de maladies zoonotiques. Par exemple, de nombreuses personnes aux États-Unis pratiquent la chasse et « dans de nombreux endroits du monde, c’est la principale source de protéines ». « Mettre la pression sur l’environnement par la chasse et le développement déséquilibre l’écosystème », a déclaré la chercheuse, et rend plus difficile la survie des animaux tels qu’ils étaient.

Les animaux sont obligés de voyager plus loin et de rechercher avec plus de difficulté de la nourriture ou même d’autres de leurs comparses pour se reproduire, et dans cet état de stress chronique, ces animaux sont plus sensibles aux maladies et plus susceptibles de propager des maladies vers les humains. Ces pratiques de chasse a contrario offrent également plus de possibilités aux humains d’être exposées aux maladies zoonotiques.

Il faut cependant savoir qu’il existe des mesures claires et bien établies pour que tout un chacun tout comme les scientifiques peuvent prendre pour minimiser le risque d’exposition et les impacts des zoonoses.

Au niveau individuel, une bonne hygiène constitue la base. Le CDC recommande de toujours se laver les mains avec du savon et de l’eau propre après avoir passé du temps autour des animaux ou dans des zones où vivent des animaux, même si vous n’avez pas touché les animaux. En ce qui concerne vos animaux de compagnie, vaccinez vos chiens et chats, nettoyez-les soigneusement et évitez de vous blottir contre les reptiles ou les oiseaux car ces animaux sont plus susceptibles de propager des germes.

En termes de recherche scientifique sur la prévention des zoonoses, « je pense qu’il y a beaucoup à faire« , a déclaré le docteur Barbara Han. « En général, les scientifiques doivent travailler à trouver des moyens pour que les humains puisent coexister durablement avec nos voisins sauvages », a-t-elle déclaré. Cela signifie en apprendre davantage sur les animaux dans l’environnement – comment les animaux vivent-ils, où vont-ils, que mangent-ils et que font-ils, a-t-elle déclaré.

« Si vous ne savez pas ce qu’il y a dans votre poulailler ou dans votre arrière-cour, alors vous ne savez pas ce que les animaux portent et qui peut vous être nocif », a ainsi déclaré le docteur Han. Une compréhension plus approfondie de l’écosystème peut aider les scientifiques à trouver de meilleures façons de prédire et de prévenir l’apparition de maladies zoonotiques. « Nous pouvons tirer beaucoup de bénéfices de nos investissements dans la recherche fondamentale« , a-t-elle souligné

Barbara Han. Cary Institute of Ecosystem Studies (NYC)

Barbara Han est écologiste spécialisée sur les maladies au Cary Institute of Ecosystem Studies à New York. Elle utilise l’apprentissage automatique et d’autres outils de calcul et de modélisation pour prédire de nouveaux hôtes animaux, des insectes vecteurs, des agents pathogènes et des environnements à partir desquels une transmission par débordement et des épidémies peuvent se produire.




Traduction de l’article, adaptation et illustration Wukali

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus