Accueil Archives 2011-2020 Iconographie de Salomé. 3 Romantisme, Symbolistes et Décadents

Iconographie de Salomé. 3 Romantisme, Symbolistes et Décadents

par Pierre Dambrine

When painting, poetry and literature mingle together

Voici, sous la plume érudite de [**Pierre Dambrine*], le troisième volet consacré à l’iconographie de Salomé.

**[**Les Lumières*]

Après 1700, les âmes damnées d’Hérodiade et Salomé disparaissent de l’horizon artistique. Dans le Salon de 1761, [**Diderot*] dénigre la Décollation de Saint Jean-Baptiste et d’autres tableaux bibliques de son contemporain [**Jean-Baptiste Marie Pierre*] qu’il admet pourtant être un bon peintre. Salomé avait connu son apogée au moment de la décadence maniériste. L’Age des Lumières la fait replonger au plus profond de l’oubli. À cette Belle au Bois Dormant, seul le «J’ai baisé ta bouche» de [**Richard Strauss*] en 1905 pourra redonner la gloire éternelle.

**[**Le Romantisme*]

Le désert, la solitude, voila de quoi inspirer les rares peintres romantiques qui n’ont pas oublié Jean le Baptiste (1). Mais, à part quelques gravures (2) ou commandes de plafonds (3), point de Salomé. En littérature, le plus illustre et presque le seul à se souvenir d’Hérodiade sera [**Henri Heine*], dans Atta Troll, Ein Sommernachtstraum ( 1841, traduit en français en 1846) (4). La découverte de l’Orient est une autre source d’inspiration, en fait résumée à un décor et des vêtements exotiques pour quelques portraitistes professionnels surtout préoccupés de réussir un beau visage à leur modèle, de préférence en occultant la tête de Jean-Baptiste (5). Salomé cède la place à des odalisques, et le banquet d’Hérode à des vues de harem, plus aptes à faire voyager les esprits que la Salomé trop classique de [**Victor Müller*] ( Salome mit der Haupt des Johannes, 1870) ou la mal fagotée du nancéien [**Henry-Léopold Lévy*] (Hérodiade, 1872)(6).

Quasiment oubliée des peintres depuis 1700, Salomé devra attendre son nouveau prophète, ce sera le symboliste [**Gustave Moreau*].

**[**Salomé, muse des symbolistes et déesse des décadents*]

Comment définir [**Pierre Puvis de Chavannes*]; préraphaélite du côté continental, précurseur du symbolisme ? En 1856, il n’est encore ni l’un ni l’autre lorsqu’il peint La fille d’Hérodiade donnant le signal du supplice de Saint Jean-Baptiste. Pour la fille d’Hérodiade de ses deux versions de la Décollation de Jean-Baptiste (1869), il prit comme modèle sa muse, princesse elle aussi, et il me semble bien que c’est le portrait du peintre qu’on voit en Saint Jean près d’être décapité, Puvis renouerait ainsi avec une tradition de la Renaissance et de l’âge baroque, où les décapités ( Jean-Baptiste, Goliath, Holopherne, Méduse) sont des autoportraits, et éventuellement Salomé ou Judith la maîtresse (1) ( on retrouvera plus loin beaucoup d’autres exemples).|center>

[**Henri Regnault*] est mort célibataire à 27 ans, tombé lors du siège de Paris en 1871: le modèle de sa célèbre Salomé sur fond jaune est une jeune Italienne inconnue, et on ne voit pas de tête coupée. Choc au Salon de 1870, admiré par [**Théodore de Banville*] (2), son tableau est maintenant exposé au Metropolitan Museum de New-York après avoir été en 1912 l’objet d’une polémique antisémite, relent tardif de l’Affaire Dreyfus. Assimilée à une juive, l’hérodienne au nom hébreu est montrée pour la première fois avec une arme; au XVème-XVIéme siècles, la vindicative Hérodiade tenait un couteau de table ou une aiguille, ici, la souriante Salomé caresse un large coutelas, inaugurant la lignée des Salomé dites castatrices (3). Ces femmes fatales sont munies de glaives, épées ou sabres, arborent parfois la tête coupée du saint ou, telles les femen actuelles, exhibent fièrement leur poitrine dénudée (4); la plus extrémiste est celle de [**Julius Klinger*], qui brandit un appareil génital masculin d’où s’écoule un jet de sperme sanglant (1909).

|lightbox=true|width=680>

Avant ces décadents, il y a eu les orientalistes, triomphant dans les Salons et glanant les Prix de Rome. [**Henri Martin*] fait plusieurs fois son propre portrait en Saint Jean, et sa Salomé allongée en contemple la tête auréolée (1886). |right>

En 1897, [**Émile Bernard*] se représente en décapité, tandis que son modèle pour Salomé est l’épouse égyptienne dont il va bientôt se séparer pour incompatibilité d’humeur.[** Gustave Moreau*] (1826-1896) sacrifiera aussi à cette martyrisation, et ce jusqu’à la fin de sa vie: son dernier autoportrait est une tête de vieillard décapitée brandie triomphalement par l’éternellement jeune Salomé; «J’ai fini par avoir aussi la tête de celui-là !», pourrait être la légende. Il faut dire que Gustave Moreau a été véritablement obsédé par Salomé dès le début des années 1870, réalisant plus de cent vingt dessins et tableaux dont le plus célèbre est L’Apparition de 1876 (5). Symboliste, Moreau l’est assurément et pas du tout orientaliste, académique, pompier ou décadent comme beaucoup de ses confrères «salomesques» de l’époque.

S’attaquant à son poème« Hérodiade», [**Mallarmé*] voulait «peindre non la chose, mais l’effet qu’elle produit»; la Salomé dansant de Moreau répond bien à cette proposition du poète, ainsi qu’à sa réflexion sur la danseuse [**Loie Fuller*] : elle n’est pas une femme qui danse, pour les raisons qu’elle n’est pas une femme et qu’elle ne danse pas. |center>

Sans relief, à la manière d’une peinture antique ou d’une empreinte rupestre, la Salomé de Moreau se caractérise par sa pose hiératique se répétant de dessins en huiles et en aquarelles. Comme un mannequin de vitrine, Moreau la revêt selon les circonstances( La Prison, le Jardin, le palais ou temple d’Hérode, la Décollation…) de tissus plus ou moins transparents, de coiffe ou de tiare, de bijoux et de pierres précieuses, et l’entoure d’éléments symboliques et ésotériques.|center>

Si la signification de la panthère noire, de la colombe ou de la couleur rouge ne nous échappe guère, celle de la fleur de lotus ou de statues copiées dans des magazines ou des recueils d’estampes est plus mystérieuse. Réfractaire au style surchargé de Gustave Moreau, son néanmoins émule Odilon Redon fait dans le dénuement avec ses Salomé de 1883 (L’Apparition, hommage au maître) 1885, 1893, 1910; malgré les seins nus, la chair est triste chez Odilon Redon, et ses tableaux aussi.

Également sans décor et réduit au seul personnage de Salomé, le tableau de l’américaine **Ella Ferris Pell*] peint à Paris en1890 est considéré maintenant comme un [manifeste du féminisme (5); il me semble cependant difficile d’évoquer cet aspect si l’on ignore tout de la vie et des convictions de l’artiste. L’éclairage n’est pas naturel puisqu’il se fait en contre-plongée trois-quarts, et Salomé dirige son regard vers cette source de lumière ( la tête du Saint, comme dans L’Apparition de Gustave Moreau ?) alors que son expression est indéchiffrable. Parmi les disciples de Gustave Moreau, [** Pierre Marcel-Béronneau*] lui a rendu hommage par une toile signée en 1914.

Le tableau symboliste le plus connu après ceux de Gustave Moreau reste néanmoins le pastel de[** Lucien Lévy-Dhurmer*] illustrant un «J’ai baisé ta bouche» d'[**Oscar Wilde*] (1896). Quelles différences entre ces Salomé symbolistes et celles bien charnelles évoluant dans des décors babyloniens ou mauresques des champions de l »art pompier que les Salons et publics plébiscitent alors ! Experts dans les armes qu’ils ont à opposer à la photographie, ces peintres développent les grandes dimensions, l’élargissement du cadre de vision, la richesses des couleurs et l’extrême finesse du détail (6); On ne peut qu’être impressionné par leur qualité d’exécution, mais la psychologie des personnages est laissée de côté. Auteur de plusieurs Salomé (7), [**Georges Rochegrosse*] n’hésite pas à peindre deux tableaux strictement identiques, à un détail près, puisque l’un représente une beauté orientale avec une corbeille de fruits, l’autre Salomé avec la tête de Jean-Baptiste sur un plateau ( précisons à sa décharge qu’il n’était pas le premier à faire ce tour de passe-passe (9) ).|center>|center>

Le décor oriental n’est pas une condition indispensable à cette décadence picturale, comme le montre le tableau du «peintre de la chair» [**Lovis Corinth*], Salomé II (1900), refusé par les sécessionnistes à Munich, mais accueilli avec grand succès à Berlin.On peut s’étonner de ne voir ici aucun des très grands noms de la peinture du XIXème siècle. C’est que la princesse Salomé ne s’accommode pas ni du soleil de Provence, ni des plages de Normandie ou des guinguettes de la Marne. Seul l’allemand [**Wilhelm Trübner*] a peint une Salomé en plein air (1897), mais il faut bien reconnaître qu’il n’est ni Manet ni Gauguin. L’impressionisme n’est guère représenté que par[** István Csók*], avec une Salomé nue dont le flou évoque le Renoir de la période «nacrée» (1901).

Dans tous ces tableaux la nudité est de règle, partielle ou quasi totale (9), le fantasme de la forte poitrine se retrouve parfois au centre de l’image (10), et une bimbeloterie de bracelets-serpent, coiffe-cobra et peaux de tigre. (11) va s’imposer comme parure obligée des futurs Salomé de la photographie et du cinéma muet.

La fin du XIXème siècle correspond aussi au développement du concept de dégénérescence, d’abord théorie médicale d’explication des maladies mentales, puis doctrine pour justicier le racisme et la xénophobie, Bram Dijkstra donne trois exemples démonstratifs, dont l’un venant d’un futur propagandiste nazi, de la dégénérescence appliquée aux représentations de la femme, des Juifs et des Africains (12). On pourrait aussi y ajouter les Salomé d'[**Adolf Münzer*] (1899) et de [**Carl Strathmann*], et Saint Jean Baptiste et Salomé de [**Jack Malczewski*] (1911). Réalisés entre 1895 et 1911, ces tableaux illustrent un des aspects les moins reluisants de ce début de Belle Époque par ailleurs si féconde sur le plan artistique.

[**Pierre Dambrine*]|right>


Illustration de l’entête: Salomé II (1899-1900) Franz Heinrich Louis Corinth (1858-1925). Huile sur toile 127cm/147cm. Museum der Bildenden Künste, Leipzig, RFA


[(
Récapitulatif et prochaines mises en ligne des articles consacrés à Salomé

Sont déjà parus: du Moyen-Âge à la Renaissance (Cliquer)

2/ [Le Baroque (Cliquer)

Suite et mise en ligne prochaine, mardi 4 février: Salomé statufiée

Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées en contrebas de la page.

[(Notes et Bibliographie

A/ Les Lumières

1) Saint Jean-Baptiste dans le désert: Goya, (1808); Thomas Cole, 1827; Wilhelm von Schadow (date?); Alexandre Cabanel, 1849
2) La fille d’Hérodiade, Henry Fuseli et Thomas Holloway, planche 174 dans Essays on Physiognomony de J.C Lavater, Londres, 1798; Gustave Doré, La Sainte Bible, Alfred Mame et Fils, Tours, 1866
3) Eugène Delacroix, plafond de la Bibliothèque du Palais Bourbon 1838-1847 ( il existe un tableau sensiblement identique datant de 1858 au musée de Berne); Paul Baudry, Grand foyer de l’Opéra de Paris, 1874
4) En suivant la Deutsche Mythologie de Grimm, Heine reprend le thème de l’amour passionné d’Hérodiade pour Jean, qui inspirera la Salomé d’Oscar Wilde: Car elle aimait jadis le prophète. La Bible ne le dit pas. – mais le peuple a gardé la mémoire des sanglantes amours d’Hérodiade. Autrement, le désir de cette dame serait inexplicable. Une femme demande-t-elle jamais la tête d’un homme qu’elle n’aime pas ?
5) Wilhelm von Schadow (Salomé avec la tête de Jean Baptiste, 1838); Paul Delaroche (Hérodiade,1843); Giacomo Antonio Caimi (Salomé fille d’Hérodiade, 1855); Jan Adam Kruseman (Salomé avec la tête de Jean Baptiste,1861.
6) Un autre nancéien, Aimé Morot, peindra une Hérodiade plus sexy en 1880

B/ Salomé, muse des symbolistes et des décadents

1) Titien (Salomé, 1515), Cranach, Le Caravage, Cristofano Allori( Judith avec la tête d’Holopherne, 1613)… Chez les femmes à l’instar d’Artemisia Gentileschi, Juana Romani se représentera en Salomé (1898), alors qu’elle avait déjà servi de modèle pour l’Hérodiade de Jean-Jacques Henner (1887)
2) Son sonnet La Danseuse (1870) se rapporte à ce tableau
3) Édouard Toudouze (Salomé triomphante, 1886); Alfred Stevens (Salomé,1888); Georges Rochegrosse (1892); Juana Romani (Salomé 1898); Luc-Olivier Merson (Salomé, lithographie, 1899); Léon Comerre ( Judith ou Salomé, 1900); Gustav Adolf Mossa (aquarelle Le goût du sang, 1904, Leo Bauer (Salome und Johannes der Taüfer, 1910); Armand Point (dessin Salomé tenant sur un plateau son glaive appuyée sur des roses, 1925)
4) Francisco Masriera y Manovens (Salome, 1888); Jules Lefebvre; Rudolf Ernst (La Danseuse épée); Pierre Bonnard (Salomé, 1900)
5) Bram Dijkstra, Les Idoles de la Perversité- Figures de la femme fatale dans la culture fin de siècle, chap.XI, Les leurres de l’or; Babylone et ses putains vierges; Judith et Salomé; la danse de la décollation, PP416-420. Seuil, 1992)
6) Georges Rochegrosse: Salomé dansant devant Hérode, 1887, Le souper d’Hérode ou Salomé devant Antipas, 1892; Louis Chalon: Le Banquet d’Hérode, 1895; Armand Point: Salomé dansant devant Hérode, 1898; J.J. Benjamin Constant, 1898; Rudolf Ernst, Salomé et les tigres.
7) Les Salomé cités en 3 et 6, ainsi que Salomé contemplant la tête de Saint-Jean Baptiste (date?); Rochegrosse a également illustré une édition d’Hérodias de Flaubert en 1892, et réalisé les décors de la pantomime dansée Salomé de Loïe Fuller à la Comédie Parisienne en 1895.
8) Titien avait fait exactement la même chose en 1550-1555, en prenant sa fille comme modèle.
9) Gyula Tornai (La Danse de Salomé, 1887); Jean Benner (Salomé, 1899); Pierre Bonnard( Salomé,1900); Achille Parachini (Salomé, 1912)
10) Jean-Baptiste Hippolyte de Vergèses (Salomé, 1882); Léon Herbo (Salomé, 1889); Paul Pujol (Salomé portant la tête de Saint Jean Baptiste, 1890); Charles Landelle ( La vengeance d’Hérodiade, 1900); Antoine Thivet (Salomé)
11) Pierre Bonnaud, 1900; Martin Monnickendam, 1913.
12) Max Slevogt (La danse de Salomé, 1895); Hugo von Habermann (Salomé, ou Hérodias, 1896); Albert von Keller (L’amour, 1908), in Bram Dijkstra. op. cité, pp 411-412 et 426 et 427)]


[(

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 31/01/2020, publication initiale 03/10/2017

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write French but only English, we don’t mind !)

– Pour lire et retrouver les articles récemment parus mais déjà disparus de la page d’accueil, aller tout en bas de la colonne de gauche et cliquer « Articles précédents  » dans les numérotations indiquées.

– Vous pouvez retrouver tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Rechercher» en y indiquant un mot-clé.)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus