« An increasing inability to grasp the world and deal with the things happening around us », according to Forbes


Par Palantir Dewuka / La montée en puissance des données volumineuses, de l’intelligence artificielle et de la robotique soulèvent des questions quant à la façon dont nos vies actuelles et futures se dérouleront.
Le vieux cliché dit que la seule constante est le changement. «Rien n’est éternel sauf le changement», disait déjà en son temps [**Héraclite*], mais voila le changement a beaucoup changé depuis cette époque là !

Le changement technologique que nous traversons actuellement semble être plus important et plus transformationnel que tout ce qui a été fait auparavant. Des concepts tels que l’intelligence artificielle, la robotique, l’apprentissage automatique, la crypto-monnaie et la fintech (ainsi que de nombreux autres termes avec le suffixe “tech“) sont tout ce que nous allons avoir à utiliser si nous voulons nous en sortir et espérons-le prospérer dans ce nouveau monde.

Il est bon de nous rappeler cependant que l’humanité a déjà connu un changement technologique transformationnel. On peut même dire que cela nous définit comme une espèce. Malgré toutes les guerres, l’oppression, les catastrophes naturelles et les épidémies que nous avons traversées, nous avons sans doute réussi à gérer les changements, compte tenu du fait que nous sommes à présent 7 milliards sur la planète.
Partout où nous regardons autour de nous, nous constatons que le monde devient de plus en plus incontrôlable. Qu’il s’agisse de la presse économique, des médias en général ou de nos conversations personnelles, nous assistons à un sentiment accru d’incertitude, de turbulence et de changement. Ce sentiment a récemment abouti à la notion de VUCA .

[**VUCA*] , acronyme des mots “ volatility, uncertainty, complexity, ambiguity “ , est né à la [**US Army War College*] à la fin des années 80 pour décrire le nouveau genre de monde volatile, incertain, complexe et ambigu qui était en train de germer après la fin de la guerre froide. Les créateurs du terme ne savaient pas qu’il jouerait un rôle majeur pour tenter d’expliquer les difficultés que les représentants américains rencontreraient en Irak vingt ans plus tard.

De nos jours, l’acronyme décrit les innombrables variables et facteurs imprévisibles qui affectent notre monde en adaptation. Parce qu’aujourd’hui, nous assistons à de grands changements, dans un avenir moins prévisible avec plus de choix exponentiels.

Il semble évident qu’à travers la numérisation, les données volumineuses, l’intelligence artificielle, la robotisation, la (dé) mondialisation, le terrorisme, les crises financières, le changement climatique et les changements de pouvoir au niveau mondial, nous ressentons une volatilité, une incertitude, une complexité et une ambiguïté accrues dans le monde qui nous entoure. Cependant, de tels sentiments sont aussi vieux que l’humanité et on peut se demander si notre situation est aujourd’hui plus vitale que pendant la peste noire, les deux guerres mondiales, ou lorsque nous avons découvert que la terre n’était ni plate ni le centre de l’univers.

Au cours des dernières décennies, la presse spécialisée et la littérature académique se sont multipliées pour faire état d’une incapacité croissante à comprendre le monde et à faire face aux événements qui nous entourent. Les exemples incluent l’incertitude, la turbulence, les changements rapides, le dynamisme, les perturbations, la complexité, l’hyper-concurrence, les marchés à grande vitesse et les flux.

Depuis quelques années, la notion de « VUCA » gagne en popularité en tant que terme couvrant les différentes dimensions de cet environnement « incontrôlable ». Certains préfèrent dire : “ le monde est fou “. Nous vivons dans un environnement de grande variabilité, dans lequel les connaissances actuelles risquent de ne plus être à jour demain. Il est difficile de séparer le bruit d’informations des signaux importants et où les relations de cause à effet sont ambiguës, sans conditions claires.
Si le monde est de plus en plus VUCA, définissons les quatre éléments de l’acronyme selon les analyses d’experts :

– La[** volatilité*] fait référence à la vitesse de changement d’une industrie, d’un marché ou du monde en général. Elle est associée aux fluctuations de la demande, aux turbulences et aux délais courts sur les marchés. Plus le monde est instable, plus les choses changent rapidement. La nature, la vitesse, le volume et l’ampleur du changement ont changé.

Ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera pas demain. Les produits qui rencontrent un succès absolu aujourd’hui pourraient disparaître d’ici un an. Pensez à la montée et à la chute de BlackBerry en dix ans. Les industries traditionnelles, les entreprises et les descriptions de poste meurent plus jeunes et les nouvelles naissent à une vitesse accélérée. Cela signifie que tout ce que nous demandons à nos enfants d’apprendre davantage aujourd’hui risque d’être inutile dans le monde de demain. Des évènements surgissent, totalement improbables, imprévus. Des bifurcations soudaines, des innovations disruptives, des retournements soudains peuvent intervenir. Comment comprendre, comment anticiper ? Comment devenir agile, pour répondre à cette volatilité ?

– Le deuxième terme derrière VUCA,[** l’incertitude*], découle souvent de la volatilité elle-même. Dans sa forme de base, incertitude signifie manque d’information. Bien que nous pensions vivre à l’ère de l’information, ce n’est en fait pas le cas, même si nous vivons tous dans l’incertitude tout le temps. Les défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui consistent à avoir trop et trop peu d’informations en même temps. Ce débordement d’informations est difficile à comprendre, car il est dans notre nature humaine d’essayer de comprendre ce qui se passe et d’avoir le sentiment de contrôler notre environnement. La gestion traditionnelle concerne tout ce contrôle : la planification, la définition d’objectifs et la supervision, tout cela se faisant de haut en bas avec une grande hiérarchie. Pendant des siècles, il n’était pas nécessaire de changer cette culture, mais de nos jours, alors que tout change si rapidement, aucune personne au plus haut niveau n’en sait assez pour prendre toutes les décisions.

Les changements majeurs se produisent si rapidement et si rapidement que nous ne pouvons pas les assimiler. Le passé n’est plus un prédicteur précis de l’avenir. L’incertitude fait référence à la capacité avec laquelle nous pouvons prédire l’avenir avec confiance. Une partie de l’incertitude est perçue et associée à l’incapacité des personnes à comprendre ce qui se passe. L’incertitude, cependant, est également une caractéristique plus objective d’un environnement. Les environnements vraiment incertains sont ceux qui ne permettent aucune prédiction, pas même sur une base statistique.

Plus le monde est incertain, plus il est difficile à prédire. Le manque de prévisibilité des problèmes et des évènements rend les prévisions extrêmement difficiles et la prise de décision également. Alors que le monde continue de se rétrécir et de s’interconnecter, l’information du matin d’un événement inattendu survenu de l’autre côté de la terre peut avoir un impact ici et maintenant. Rappelez-vous comment la faillite d’une banque d’investissement en 2008 a entraîné une crise financière mondiale. Un monde imprévisible, dans lequel les anticipations ne s’appuient plus sur du connu, sur le passé, mais bien sur le futur. Les innovations des entreprises pour s’assurer du succès ne fonctionnent plus, les stratégies à long terme sont déjouées, les règles de la concurrence se transforment soudain. Comment décider ?

Outre le fait que nous voulons avoir le contrôle, nous les humains, avons également tendance à penser que le monde qui nous entoure est plus simple qu’il ne l’est en réalité.

– La [**complexité*], le C dans le VUCA, raconte une histoire différente : en raison de la croissance rapide de la technologie, les causes possibles de tout se multiplient. Il est souvent facile d’expliquer par la suite pourquoi quelque chose s’est produit, mais il est presque impossible de prédire quand cela se produira réellement. Il y a également un terme pour ce phénomène appelé le biais narratif. Cela fait référence à la tendance humaine d’essayer d’expliquer notre environnement à travers des histoires. Comme nous avons généralement trop d’informations à traiter simultanément, nous créons un lien narratif qui ne tient compte que des informations que nous jugeons appropriées pour l’histoire. En fin de compte, nous construisons l’histoire de manière à faciliter sa compréhension même si elle ne représente pas réellement la réalité.

Il y a tellement de choses différentes qui se passent en même temps, avec autant de pièces mobiles que de personnes impliquées. La complexité fait référence au nombre de facteurs à prendre en compte, à leur variété et aux relations qui les unissent. Plus il y a de facteurs, plus ils sont variés et interconnectés, plus l’environnement est complexe. Sous haute complexité, il est impossible d’analyser entièrement l’environnement et de tirer des conclusions rationnelles. Plus le monde est complexe, plus il est difficile à analyser.

Les chaînes simples de cause à effet ont été remplacées par des systèmes complexes interconnectés. N’était-ce pas plus facile lorsque nos téléphones ou nos téléviseurs étaient simplement connectés au réseau téléphonique ou avec un fil relié à l’antenne ? Actuellement nous avons des boîtes de configuration, des routeurs, des connexions Wi-Fi, qui changent tous les deux ans. De même, le fait de faire affaire avec un grand nombre de pays, tous dotés de leur propre environnement réglementaire, de leurs tarifs et de leurs valeurs culturelles, a rendu les processus commerciaux assez complexes. Les systèmes sont interconnectés. La causalité linéaire, mécanique entre une cause et sa conséquence devient circulaire, globale, impliquant des causes et des conséquences qui bouclent entre elles. Comment reconstituer une logique entre les actions qu’une entreprise va décider et les conséquences qu’elle en attend ?

– [**L’ambiguïté*], le dernier mot de l’acronyme, signifie que même dans une situation où nous avons suffisamment d’informations, nous n’arrivons toujours pas à comprendre ce que cela signifie réellement. Ainsi, la différence entre ambiguïté et incertitude réside dans le fait que, dans des situations incertaines, les informations pertinentes sont indisponibles et inconnues, alors que dans des situations ambiguës, les informations pertinentes sont disponibles, mais leur signification globale reste inconnue.

On ne peut plus répondre aux questions qui, quoi, où, quand, pourquoi et comment ! L’ambiguïté fait référence à un manque de clarté quant à la manière d’interpréter ce qui se passe. Une situation est ambiguë, par exemple, lorsque les informations sont incomplètes, contradictoires ou trop inexactes pour en tirer des conclusions claires. Plus généralement, elle fait référence au flou et au flou des idées et de la terminologie. Plus le monde est ambigu, plus il est difficile à interpréter. Il s’agit de faire face à l’inconnu et de ne pas avoir la clarté du sens d’une situation ou d’un événement. Ceci est particulièrement le cas lorsque vous pénétrez de nouveaux marchés ou que vous lancez des produits en dehors de votre domaine de compétence. Pourquoi les tournevis rouges de renommée internationale ne se vendent-ils pas bien au Japon ? Le simple fait d’abandonner la couleur rouge fera l’affaire (le rouge est une couleur trop noble pour le travail manuel au Japon). Les évènements sont à la fois positifs et négatifs, ils ont deux faces, et ce qui est bien est en même temps porteur de conséquences improductives, voire contre productives. Comment évaluer les décisions avant de les prendre ?
En pratique, les quatre termes sont liés. Plus une industrie est complexe et volatile, par exemple, plus elle est difficile à prévoir et, par conséquent, plus incertaine. Cependant, tous les quatre représentent des éléments distincts qui rendent notre environnement, le monde, un marché, une industrie plus difficiles à saisir et à contrôler.

Cependant, grâce aux améliorations technologiques, nous sommes également devenus beaucoup plus capables de faire face à cette volatilité et à cette complexité accrue. La puissance et la vitesse de calcul, l’omniprésence de l’information, le développement d’algorithmes complexes, l’intelligence artificielle et la connectivité numérique du monde nous permettent de faire des analyses radicalement plus complexes et de répondre plus rapidement et de manière spectaculaire qu’il y a dix ans.

Alors que la volatilité et la complexité peuvent être établies et mesurées de manière assez objective, l’incertitude et l’ambiguïté sont davantage de nature perceptuelle. Dans diverses définitions, il est même proposé que les deux dernières soient le résultat des deux premières : plus une situation est volatile et complexe, plus nous la percevons incertaine et ambiguë. Cela signifie que le fait de connaître le monde est plus incertain et ambigu, cela dépend dans une large mesure de notre capacité à faire face à sa volatilité et à sa complexité.

Bien que l’incertitude et l’ambiguïté soient largement perçues par chacun d’entre nous, il s’avère que cette perception est assez dépendante de l’âge et concerne particulièrement les personnes de plus de 50 ans. Cela est étayé par des recherches psychologiques qui montrent, par exemple, que plus nous vieillissons, plus le temps passe vite et plus nous trouvons difficile de faire face aux changements qui nous entourent.

Une autre question importante est de savoir si les quatre éléments de VUCA reflètent des développements continus, fluctuants et progressifs ou si nous assistons à présent à une augmentation spectaculaire de ces quatre éléments. En d’autres termes, les changements que nous ressentons sont-ils un peu plus identiques, ou représentent-ils une rupture avec le passé ? Ce dernier est souvent suggéré. Mais le premier semble beaucoup plus probable. VUCA représente quatre facteurs en constante augmentation qui diminuent avec le temps, en fonction de la région du monde et de l’environnement dans lequel vous évoluez.

Cela signifie-t-il que le monde est plus vivant que jamais ? Cela dépend de comment, où et quand vous regardez et qui regarde.

En 2000, les organisations et les gouvernements fonctionnaient encore largement sur la base d’un avenir se déroulant de manière prévisible, stable et linéaire. La politique était encore, dans une certaine mesure, idéologique. L’économie se développait de façon linéaire. L’extrémisme radical était un problème du tiers-monde et les entreprises le temple de la religion capitaliste.

Les prospectivistes n’avaient pas prévu qu’en 20 ans : le terrorisme frapperait à plusieurs reprises l’Europe ; nous connaîtrions une décennie de faible/non croissance, la migration conduirait au populisme, Poutine serait actif dans les Balkans, Trump tirerait l’Amérique de la scène mondiale, le Brexit, la crise de la zone euro, la Grèce deviendrait un pays du deuxième monde et les Italiens voteraient pour « se débarrasser du contrôle financier allemand hostile ». Nous ne pouvons donc pas prédire le monde en 2040.

Nous sommes la[** génération Amazon*]. Nous avons l’habitude de vouloir aujourd’hui, pour l’avoir le lendemain. Les pressions politiques, économiques et sociales rendent les décisions à long terme difficiles. Chaque grande décision est sujette à un examen constant et une énorme pression. Nous ne sommes, au fond, qu’une génération de consommateurs. Laisse-moi décider ce que je veux maintenant. Ne me fais pas attendre.

Le monde d’aujourd’hui évolue à un rythme que nous n’avons jamais connu auparavant. Il suffit de regarder les nouvelles du soir pendant cinq minutes et vous verrez un monde instable et incertain. Ou jetez un coup d’œil aux défis technologiques actuels. Il y a vingt ans, personne n’aurait cru que l’avènement de l'[**iPhone*] changerait notre façon d’interagir avec le monde, des enfants aux seniors. Nous avions l’habitude de nous regarder dans les yeux et d’avoir des conversations. Aujourd’hui, la technologie nous donne plus de choix que nous pouvons en solliciter, par exemple [**Facebook, LinkedIn, Twitter, Snapchat *] et plus encore. Le rythme du changement d’aujourd’hui est différent de tout ce que nous n’avons jamais vu par le passé.

Parce que nos demandes changent chaque jour, les comportements qui nous ont menés hier ne sont pas nécessairement ce qui nous aidera demain. Cela signifie que les personnes qui apprennent rapidement de l’expérience et avancent avec de nouvelles idées seront mieux préparées pour réussir dans le monde de demain.
Notre monde se transforme si rapidement que notre capacité à inventer de nouvelles choses dépasse le rythme auquel nous pouvons les légaliser.

[**Palantir Dewuka*]


[(

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 27/12/2019 et initialement le 18/09/2019

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write French but only English, we don’t mind !)

– Pour lire et retrouver les articles récemment parus mais déjà disparus de la page d’accueil, aller tout en bas de la colonne de gauche et cliquer « Articles précédents  » dans les numérotations indiquées.

– Vous pouvez retrouver tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Rechercher» en y indiquant un mot-clé.)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus