A master pianist


Par Marc Dumont /. Ce mercredi 4 décembre, **Salle Gaveau*] à [**Paris*], avait lieu un concert pas comme les autres. Par la personnalité de [**Françoise Thinat*] tout d’abord. Pédagogue enthousiaste, débordant d’une incroyable énergie, elle n’a jamais pensé « carrière ». Elle a toujours favorisé les autres, les musiciens, les jeunes. Par son enseignement, pendant une trentaine d’années, à Toulouse, Orléans, à l’Ecole Normale de Paris. Par les masterclass qu’elle a données et donne toujours, même au bout du monde – au [**Japon*], en [**Corée*]. Par la création et la direction de ce qui lui tient tant à coeur depuis 1994 : le Concours de piano XXè siècle d’Orléans. Elle a inventé, en 2004, le concours « Brin d’herbe » et vient de créer une fondation, « [Galaxie Y. »* (Cliquer) Il s’agit, dans les deux cas, d’aider les jeunes pianistes talentueux.


Il y a cette générosité innée et aussi l’envie de jouer, toujours, encore. En Corée comme à la salle Gaveau, où en 1984, déjà, elle donnait un récital remarqué. Le choix du programme donnait le ton. C’est peu dire que « Thème et variations » de [**Gabriel Fauré*] ne court pas les récitals ni les enregistrements. Ce n’était que le prélude inattendu et poétique à une première partie faite de musiques françaises. Suivaient six nocturnes de [**Jacques Lenot*], donnés en création mondiale, mais auxquels on veut rêver une longue vie, tant leur musicalité surprenante, tour à tour liquide ou percussive, nous faisait voyager loin. A ce monde d’aujourd’hui succédaient six préludes de [**Claude Debussy*]. Lenot les éclairait d’une lumière encore plus moderne et stupéfiante. D’autant que Françoise avait choisi un discours sans rupture, enchainant les six poèmes les uns aux autres, donnant l’impression d’une petite suite miroitante, inédite, qui nous racontait une histoire intime. Comme si [**Yvonne Lefébure*], en lien direct avec le monde de Debussy, faisait planer son ombre bienveillante sur [**Françoise Thinat*], son ancienne élève.


La seconde partie était entièrement consacrée aux vingt quatre Préludes de [**Chopin*], que la jeune pianiste de 84 printemps vient d’ailleurs d’enregistrer. Et là aussi, la magie jouait à plein. Car ce que l’on entendait venait d’un univers tellement personnel, comme si Chopin se réinventait sous nos yeux. Car Françoise enchaînait les préludes sans aucune césure, d’où ce sentiment si particulier d’une recréation bouillonnante et, en même temps, d’un investissement total dans une lecture profondément personnelle. La main gauche faisait basculer, par sa puissance, sa prégnance, notre écoute de ces oeuvres, réinventant un équilibre particulier, alors que la main du chant, véloce, était parfois en retrait. La pianiste nous dit tant de choses, nous fait entrer dans un monde intérieur qui semble puiser aux sources d’un temps disparu.

Les bravos fusent. La salle se lève pour acclamer Françoise, qui salue discrètement, concentrée, s’enfuyant presque, ne jouant aucun personnage mais habitée par ce qu’elle vient de faire – ou peut-être par ce qu’elle n’a pas pu transmettre totalement, à ses yeux, de sa vision si profonde et exigeante de ces oeuvres. Elle est revenue, furtivement, un léger sourire aux lèvres, pour donner trois bis généreux, à commencer par le rare « Paysage » de [**Chausson*] suivi des« poissons d’or » de [**Debussy.*]

S’ensuivit une séance de dédicaces où elle fut prise d’assaut par un public où amis, anciens élèves, jeunes Japonaises et Coréennes se mêlaient joyeusement. Avec ce sentiment d’avoir vécu un moment très spécial. Les fantômes d’[**Yvonne Lefébure*], mais aussi de [**Marguerite Long*], de [**Blanche Selva*] ou de [**Ricardo Vines*] n’étaient pas loin.

[**Marc Dumont*]


Illustration de l’entête: Françoise Thinat. Gaveau. Photo © Jean-Baptiste Millot


[(

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 07/12/2019

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write French but only English, we don’t mind !)

– Pour lire et retrouver les articles récemment parus mais déjà disparus de la page d’accueil, aller tout en bas de la colonne de gauche et cliquer « Articles précédents  » dans les numérotations indiquées.

– Vous pouvez retrouver tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Rechercher» en y indiquant un mot-clé.)]

* www.galaxie-y.fr

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus