From Quebec and now performing in France an in Europe, The Cirque Eloïze, a fabulous circus show !

Allez, et si on posait nos valises à « l’hôtel », le temps d’un spectacle ?
Au Grand Théâtre de Provence, ces mardi 22, mercredi 23 et jeudi 24 octobre 2019, on file à vive allure vers des fragments de vie farfelue, des anecdotes originales et truculentes. On s’installe dans un lobby d’hôtel, lieu de passages et de rencontres.

On connaît le légendaire « Cirque du Soleil ». On se souvient également des « 7 doigts de la main », troupe géniale récemment programmée à Aix et à Marseille. On a adoré « Machine de cirque » débarquée en mars 2019 au Grand Théâtre de Provence pour trois jours à guichets fermés. Et le public n’a pas davantage oublié « Far West », joué la saison passée au théâtre du Gymnase à Marseille. Déjà du grand spectacle proposé par le[** cirque Eloïze*].

La troupe canadienne installée à Montréal vient de fêter ses 25 ans. Comme on est bien loin de l’image traditionnelle du cirque ! On réalise à quel point le savoir-faire artistique québécois est phénoménal. On s’étonne : comment toutes ces troupes peuvent-elles apporter à l’infini quelque chose de nouveau à l’art du cirque ? Une nouvelle couleur, un nouvel esprit, une nouvelle dynamique, une nouvelle théâtralité, tout en proposant le même savant mélange de disciplines artistiques ?


Dans le Grand Hôtel du[** cirque Eloïze*], il y a ces voyageurs, ces employés qui se croisent dans un établissement « art déco » au charme vieillot, un établissement poussiéreux au départ, et qui, une fois épousseté, balayé, nettoyé, trouvera un second souffle, un nouvel élan, une nouvelle vie. Le passé se réveille. Douze artistes sur scène donnent l’impression d’une foule dense et bigarrée. Des grands, des petits, des bruns, des blonds, des filles, des garçons : grooms, soubrettes, voyageurs, maîtres d’hôtel embarqués dans une même histoire.

Ici on trouve un air de ressemblance à Charlot, dans les mimiques, le costume et la gestuelle ; là, on rencontre une fée clochette à queue de cheval virevoltante, qui s’envole comme par magie. Là encore quelques « clowns » maladroits chutent habilement et se relèvent en experts dans des éclats de rires. :Enfants, parents, tribu-famille, tous joyeusement réunis pour vivre « un agréable séjour » souhaité en début de soirée par le maître d’hôtel. Sous une pluie d’étoiles circassiennes, on y chante, on y chante, on y jongle, on y joue d’un instrument. Chacun sa discipline ?

Oui, sans doute, mais on jubile de voir que les spécialités de chacun se font celles de tous. C’est le cirque des arts en partage. Tous réalisent des acrobaties époustouflantes autour d’un chariot porte-bagages, d’une réception rouge grenat dans une harmonie de bleu, d’un vieux phonographe qui grésille. La voix de la chanteuse ne chevrote pas quant à elle, une voix comme fil conducteur du spectacle. [**Sabrina Halde*] nous raconte la vie d’« Hôtel » en chansons, nous fait son cinéma, un peu à la manière des comédies musicales de la Belle époque. Elle chante a capella, propose aussi bien du swing que des airs lyriques. On aime encore l’énergie des artistes qui, installés dans des roues Cyr, tournoient tout en exécutant d’étonnantes acrobaties. On s’amuse encore de la séquence chorale, à laquelle un spectateur participe. Invité si gentiment à monter sur scène, il assure !

On découvre encore une belle artiste, casse-cou assurément, qui, sur sa corde lisse, tricote avec ses jambes et se laisse choir, emportant dans sa chute notre cœur avec elle. Ils sont du reste tous intrépides, comme cet équilibriste, qui perché à plusieurs mètres, sous les toits de l’hôtel, fait mine de tomber et rit de nos frayeurs. Le mains à mains n’a besoin de rien ou presque. Les duos proposaient des numéros tout en puissance, et ces corps d’athlète noués par les mains, se transforment soudain en statues antiques.

On savoure encore les performances au mât chinois, autant intrigué par l’immobilisme des acrobates que par leurs figures graphiquement spectaculaires, ces envolées, ces chassé-croisés de montées et de descentes des artistes, des figures glissées, comment ne pas perdre le fil dans la vision de ces corps qui s’enroulent en un tour de main … et de pieds, autour du mât ? Tête en bas, rotations…qui est qui dans ce charivari ? Il y a parfois du [**Buster Keaton*] dans quelques chutes burlesques mais fort heureusement bien millimétrées. Dans ce joli tableau de hula hoop, une seule artiste sur scène fait une belle démonstration de son art. Elle est rejointe par ses acolytes, et la joyeuse troupe au complet se retrouve pour jouer une partition technique et humoristique. Pour finir, une dizaine de cerceaux roulent sur scène et les jolies formes rondes des arceaux contrastent avec la géométrie du décor.

Tous ces numéros sont formidablement mis en scène par[** Emmanuel Guillaume*]. C’est une histoire qui n’a pas vraiment un lever de rideau ni un clap de fin, comme au théâtre ou au cinéma. Aussi, on aimerait une suite… dans l’Hôtel et prolonger le séjour à la rencontre d’autres voyageurs.

A découvrir sans faute !

[**Pétra Wauters*]

[(
[**Quelques dates à venir de la tournée du Cirque Eloïze en France et en Europe *]

Cannes France
26 octobre 2019
Palais des Festivals et des Congrès de Cannes La Croisette

[**Gérone*] Espagne
Du 31 octobre au 02 novembre 2019
Teatre Municipal de Girona

[**Annecy*] France
Du 13 novembre au 17 novembre 2019
Bonlieu – Scène nationale Annecy

[**Le Havre*] France
Du 21 novembre au 24 novembre 2019
Le Volcan

[**Saint-Germain-en-Laye*]. France
26 novembre 2019
Théâtre Alexandre Dumas

Arcachon. France
29 novembre 2019
Théâtre l’Olympia

[**Mulhouse*].France
Du 04 décembre au 07 décembre 2019
La Filature

[**Bremen*]. Allemagne
Du 13 décembre au 14 décembre 2019
Metropol Theater

[**Ste-Maxime*]. France
Du 20 décembre au 21 décembre 2019
Le Carré Sainte-Maxime

[**Breda*]. Pays-Bas
Du 25 décembre au 26 décembre 2019
Chasse Theatre

[**Ljubljana*]. Slovénie
Du 28 décembre au 31 décembre 2019
Cankarjev Dom
)]


Illustration de l’entête: la troupe du cirque Eloïze. Photo © Pierre Manning


[(

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 25/10/2019

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write French but only English, we don’t mind !)

– Pour lire et retrouver les articles récemment parus mais déjà disparus de la page d’accueil, aller tout en bas de la colonne de gauche et cliquer « Articles précédents  » dans les numérotations indiquées.

– Vous pouvez retrouver tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Rechercher» en y indiquant un mot-clé.)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus