Antonio Machado (1875-1939) est un des grands poètes de la littérature espagnole du 20ème siècle. Il fut professeur de français. En 1939, à la fin de la guerre civile en Espagne, il s’exila en France à Collioure où il mourut peu après son arrivée.


La muerte del niño herido

Otra vez en la noche…Es el martillo
de la fiebre en las sienes bien vendadas
del niño. – Madre, ¡el pájaro amarillo !
¡Las mariposas negras y moradas !

-Duerme, hijo mío.- Y la manita oprime
la madre, junto al lecho. – ¡Oh flor de fuego !
¿Quién ha de helarte, flor de sangre, ¿Dime ?
Hay en la pobre alcoba olor de espliego ;

fuera, la oronda luna que blanquea
cúpula y torre a la ciudad sombría.
Invisible avión moscardonea.

-¿Duermes, oh dulce flor de sangre mía ?
El cristal del balcón repiquetea.
¡Oh fría, fría, fría, fría, fría !

Antonio Machado. (1875 Seville-1939 Collioure)


La mort de l’enfant blessé

À nouveau dans la nuit… C’est le marteau
de la fièvre aux tempes bien bandées
de l’enfant. – Mère, l’oiseau jaune !
Les papillons noirs et mauves !

– Dors, mon enfant. – Auprès du lit, la mère
serre la petite main -. Oh ! fleur de feu !
Qui te glacera, fleur de sang, dis-moi ?
Dans la pauvre chambre une odeur de lavande ;

dehors, la lune ronde qui blanchit
le dôme et la tour de la ville assombrie.
Un avion invisible bourdonne.

– Dors-tu, oh ! douce fleur de mon sang ?
Un cliquetis de vitre la fenêtre.
– Oh ! froide, froide, froide, froide !

Poésies de la guerre (1936-1939)


WUKALI 25/10/2019-28/09/2015
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus