For Easter 2020, let’s meet in Aix, such fantastic concerts and a unique atmosphere


[**Présentation de la 8ème édition du festival de Pâques d’Aix-en-Provence du 4 au 19 avril 2020*]

Cette année, ce sont les Aixois qui ont eu ce dimanche, au Conservatoire Darius Milhaud, la primeur de la présentation de cette 8ème édition du [**Festival de Pâques*], relayée par une conférence de presse le mardi 8 octobre à l’Hôtel national des Invalides à Paris.

Le directeur artistique est avec nous pour lever le voile sur ces trois semaines de concerts, étalés pour la première fois sur trois week-ends. Le violoniste nous commente le programme. Quel bonheur ! Il faut dire que [**Renaud Capuçon*] était à Aix ce samedi 6 et dimanche 7 octobre 2019 pour deux concerts des intégrales de Beethoven avec le talentueux [**Kit Armstrong*],

« En huit ans, on a beaucoup grandi, à un point que vous n’imaginez pas » se réjouit [**Dominique Bluzet*], directeur exécutif du festival. « Nous avions comme ambition de faire de ce moment l’un des plus grands temps forts de la musique. Nous sommes heureux de voir à quel point cet objectif est atteint. Ce festival est devenu l’un des plus grands d’Europe.

Mais cela ne sert à rien d’avoir autant de chance dans la vie, si ce n’est pas pour la partager ! Avec Renaud Capuçon, nous souhaitons que cette solidarité soit tout à la fois sociale, humaine et territoriale. Partager avec le plus grand nombre. Aller vers ceux qui n’ont pas forcément accès à la musique classique. Travailler avec des associations pour pouvoir diffuser ce bonheur du Festival, retransmettre des concerts en direct, comme c’est déjà le cas au centre de soins palliatifs de Gardanne notamment. Ce partenariat nous tient particulièrement à cœur
», confie Dominique Bluzet, qui précise que les retransmissions se feront jusque dans les chambres qui seront sonorisées. Gardanne accueille également des concerts. Mais il est d’autres lieux qui vont bénéficier de cette solidarité sociale.

La solidarité territoriale n’est pas mise à l’écart. « Aix capitale de la musique. Le Salzbourg français ! » se réjouit Dominique Bluzet. « Aix rayonnera davantage encore. Nous irons vers des endroits isolés où la musique n’arrive pas. » Promet le directeur. S’ajoutent à cela des émissions retransmises sur Radio Classique, des concerts jeune public et famille, des musiques du monde entier, des interprétations confiées à de jeunes musiciens, le [**Prix Michel Lucas*] (qui était Président du CIC) qui récompensera six jeunes issus de conservatoire. Au programme encore un ciné concert, des masters classe, de la danse… « Si un festival ce n’est qu’un catalogue, cela ne sert à rien », souligne Dominique Bluzet. « Ce qui est le plus important, c’est le sens que l’on donne à cette action », et de s’adresser au public « Sans vous, cela ne servirait à rien ! »
Il en rêvait depuis longtemps. Avec humour Dominique Bluzet annonce une grande chasse aux œufs, non pas dans un jardin, mais au théâtre ! « Nous allons cacher des œufs de Pâques partout dans le théâtre du jeu de Paume, et on demandera aux enfants de les trouver avant le concert ». Il reconnaît que sa proposition peut surprendre !
Quoiqu’il en soit, ce sera une façon chocolatée de découvrir le lieu en famille. « Peut-être que dans 50 ans ou 100 ans, qui sait, l’un de me successeurs tombera par hasard sur un œuf trop bien caché ! »

Levons le voile sans plus attendre sur ce programme qui aura nécessité plus de deux ans de préparation.


Le [**4 avril*] à 20h30 au Grand Théâtre de Provence, [**concert d’ouverture avec Renaud Capuçon et l’Orchestre de la Monnaie de Bruxelles*] dirigé par [**Alain Altinoglou*]. On pourra entendre le concerto pour violon de Tchaïkovski, « une œuvre pour violon exceptionnelle » se réjouit Dominique Bluzet. Suite du programme : Tristan et Isolde de Wagner, l’acte 1 et la mort d’Isolde, puis Richard Strauss, Till l’espiègle.

Le festival célèbrera également le [**250ème anniversaire Beethoven (1770/1827).*]
« On célèbrera le compositeur un peu partout sur la planète et bien sûr nous allons marquer d’une certaine façon cet anniversaire avec quelques œuvres phares » confie Renaud Capuçon.

[**Lundi 6 avril*] au Théâtre du Jeu de Paume à 20h30, le [**Quatuor Ebène*] jouera Beethoven : « Il s’agit d’un des meilleurs quatuors français » commente Renaud Capuçon. Au programme, le quatuor à cordes n°2, en sol majeur op.18, le n°16 en fa majeur op. 135 et enfin, le n°14 en ut dièse mineur, op.131,

[**Mercredi 8 avril*] à 20h30, au Grand Théâtre de Provence : Missa Solemnis, l’œuvre testamentaire de Beethoven interprétée par le Cercle de l’Harmonie et le chœur du Conservatoire Darius Milhaud sous la direction de [**Jérémie Rhorer*]. « Une œuvre magistrale, d’une puissance spirituelle très forte et d’une beauté indicible » ajoute Renaud Capuçon. Une chance pour nous, car cette œuvre est très rarement programmée. « Je suis très heureux qu’on ait réussi à la monter. »

[**Samedi 18 avril*] à 16h au théâtre du jeu de paume, on aura encore le plaisir d’écouter les sonates pour violoncelle(s) de Beethoven, avec [**Emmanuelle Bertrand, Marc Coppey, Ophélie Gaillard, Anne Gastinel, Jérôme Pernoo, Xavier Philips*], accompagnés en alternance au piano par [**Jérôme Ducros*] et [**Guillaume Gellom.*] « Nous allons pouvoir assister à une déclinaison inédite de l’école de violoncelle française, avec pour chaque sonate, une interprétation différente. Nous avons la chance d’avoir plusieurs générations de violoncellistes incroyables et ce genre de concert n’existe pas, en tout cas, je n’en ai jamais vu. Je ne sais pas comment j’en ai eu l’idée, mais en tout cas, je suis content de l’avoir eue ! » se réjouit le violoniste qui ajoute :« En voyant le programme imprimé, sur papier, je repasse en revue les concerts, et si j’ai de l’appétit en voyant cela, c’est bon signe ! »

Le [**Vendredi 17 avril*] à 20h30, en l’église du Saint Esprit, après Beethoven, Bach avec les mêmes violoncellistes qui offrent leurs regards croisés sur les 6 suites pour violoncelles BWV 1007 à 1012.

[**Dimanche 19 avril*] 17h au Grand Théâtre de Provence; Le concert de clôture rend hommage à Beethoven avec la carte Blanche à [**Renaud Capuçon*] qui sera accompagné de la [**Camerata de Salzbourg*]. Ils nous livreront quelques partitions magnifiques du compositeur allemand avec[** Edgar Moreau*] au violoncelle et Beatrice Rana au piano. Au programme : les Romances pour violon et orchestre, Symphonie n° 1 en ut majeur ,op.21 et le triple concerto en do majeur, op.56.

Encore au programme :

[**Mercredi 8 avril*] à 18h au Conservatoire Darius Milhaud, un moment important encore du festival, la création de [**Nicolas Bacri*]. Un compositeur français, « ni d’avant-garde, ni d’arrières-gardes, mais sur-ses-gardes » comme il aime se définir. « Dans quelques années, vous pourrez dire à vous enfants et petits enfants, que vous avez assisté à une création de Nicolas Bacri ! » promet Renaud Capuçon. « Nos compositeurs d’aujourd’hui sont aussi « géniaux » , il faut les écouter. La musique d’aujourd’hui , je préfère d’ailleurs ce terme à la musique contemporaine, nous fait découvrir des musiciens avec un langage bien à eux. Soyez téméraires ! N’imaginez pas que vous allez vous embêter. C’est tout le contraire. Vous allez écouter de la musique qui régénère. Vous ne serez pas déçus ! Bacri a de plus un langage facile d’écoute. »

Renaud Capuçon a une profonde estime pour ce compositeur, vous l’aurez compris, lui qui découvrait, dans sa boite aux lettres, alors qu’il avait une vingtaine d’années, une œuvre de Nicolas Bacri, une « sonate dédiée à Renaud Capuçon » envoyée par la poste. « j’ai mis du temps à rentrer chez moi, je lisais ma sonate en chemin ! ». Jolie anecdote !

Nicolas Bacri sera avec le [**Quatuor Voce*] : Benjamin Britten Canticle I Opus40 (extraits). Ils joueront le quatuor à cordes n°9 de Bacri, « Canto di Speranza », Le Quatuor à cordes n°11, une création mondiale Commande du festival de Pâques, Toccata Sinfonica, opus 34b, et enfin, Of time and love, cante n°8, op 145a pour soprano et sextuor à cordes sur les Sonnets 63 à 65 de Shakespeare.

[**Jeudi 9 avril*] à 18h, au Théâtre du jeu de Paume, Génération@Aix. « Le festival de Pâques propose aux jeunes talents une tribune de prestige . Au programme Mozart et Fauré. Ces jeunes musiciens que nous avons accueillis se produisent désormais dans toutes les salles internationales » confie Renaud Capuçon. « Nous les suivons et c’est quelque chose de très important pour nous. »

Le [**Vendredi 10 avril*] 20h30 la traditionnelle Passion du Vendredi saint :« Au grand théâtre de Provence le public pourra assister à la Passion selon Saint Jean de Bach. Nous serons heureux d’accueillir [**Marc Minkowki*] à la direction , [**Les musiciens du Louvre, orchestre et chœur*]. Une pléiade de chanteurs magnifiques . Le public est très fidèle aux Passions. C’est l’un des concerts les plus demandés » souligne Renaud Capuçon.

Le [**Dimanche 5 avril*] à 19h au Grand Théatre de Provence, « [**Philippe Jaroussky*] revient à Aix avec son ensemble [**Artaserse*]. Le public pourra écouter sa voix de contre-ténor, d’une virtuosité éclatante, dans des œuvres de Ziani, Caldara, Fago, Chelleri, Scarlatti, Vivaldi, Hasse.

Le[** Mardi 7 avril*], à 18h le Conservatoire Darius Milhaud accueille les solistes des orchestres philarmoniques de Berlin et Vienne. « [**Philarmonix, Vienna Berlin Music [**Club*]*], ce sont 8 musiciens exceptionnels qui jouent ensemble » explique Renaud Capuçon. « Ils proposent un melting pot de musiques et s’amusent avec l’excellence. Ces solistes des plus grands orchestres nous joueront du Brahms, Strauss, Satie mais aussi Sting et Queen ! »

[**Mardi 7 avril*], 20h30. Un grand moment de musique sacrée au Grand Théâtre de Provence. [**René Jacobs*], à la direction du [**Kammerorchester Basel*], nous livrera la Salve Regina et le stabat Mater de Haydn. « Nous sommes très heureux d’accueillir René Jacobs pour la première fois au Festival de Pâques » se réjouit Renaud Capuçon.

[**Jeudi 9 avril*] 20h30 au Grand théâtre, [**Valery Gergiev*] à la direction de l’[**Orchestre du Mariinsky*], avec au piano [**Denis Patsuev*] « un colosse dans le sens noble du terme », dira le violoniste. « Au programme Debussy, prélude à l’après midi d’un faune, Rachmaninov concerto pour piano n°4, et Richard Strauss, Ein Heldenleben, une œuvre rare, qui est peu jouée. »

[**Vendredi 10 avril*] à 18h au Théâtre du jeu de Paume, un programme autour de Gabriel Fauré et Johannes Brahms. « C’est un de mes concerts coup de cœur », avoue Renaud Capuçon, « ces musiciens sont exceptionnels et le programme passionnant ».

Le Vendredi 11 avril à 18h au Conservatoire Darius Milhaud : [**Sirba Octed*], avec au violon son directeur artistique, [**Richard Schmoucler*]. « On découvrira un florilège de titres marqués par les sonorités des musiques populaires juives, tziganes… C’est important aussi d’entendre cette musique et se « reconnecter » avec elle me semble quelque chose d’essentiel. »

[**Samedi 11 avril*] 20h30 au Grand Théâtre de Provence : [**Martha Algerich*] et [**Renaud Capuçon*]…. Ce dernier laisse à Dominique Bluzet le soin de présenter les concerts dans lesquels il joue. De toute évidence, notre violoniste préfère parler des autres musiciens qu’il admire plutôt que de lui-même ! « Nous avons une relation privilégiée avec Martha Algerich ». nous dira Dominique Bluzet. « On se souvient de [**Daniel Barenboim*] venu la rejoindre sur scène. et de l’étonnement du public dans la salle ! Personne n’était au courant ! C’est aussi une relation extraordinaire qui unit Renaud Capuçon et Martha Algerich. Schumann, Sonate pour violon et piano, sonate pour piano et violon N°9 en la majeur de Beethoven et la sonate de Franck ».

[**Dimanche 12 avril*] 20h30 au Grand Théâtre de Provence : [**Anne-Sophie Mutter & Friends*] avec un magnifique programme autour de Beethoven, mais aussi [**Jörg Widmann*], Quatuor à cordes n°6, « Etude sur Beethoven » (création française). «C’est un compositeur allemand, explique Renaud Capuçon, l’un des plus fameux de sa génération. En 2013, pour la première année du festival, le public a pu assister à la création mondiale d’une pièce écrite spécialement pour moi-même et Frank Braley. Une œuvre créée par ce compositeur, qui est aussi clarinettiste ».

[**Lundi 13 avril*] 20h30 au Grand Théâtre de Provence. « Nous accueillons un nouveau venu », commente le directeur artistique du festival. « [**Vladimir Jurowsky.*] C’est un grand chef russe, chef titulaire du London Philharmonic Orchestra. Au programme la symphonie N°9 de Mahler. C’est un véritable évènement ».

[** Mardi 14 avril*] à 20h30 au Conservatoire Darius Milhaud, l’[**Ensemble Intercontemporain*] avec [**Matthias Pintscher*]. « Je serai accompagné de [**Bertrand Chamayou*] au piano. Au programme des œuvres de Ligeti, le concerto de chambre. Nous jouerons d’Alban Berg, son Kammerkonzert pour piano et violon et treize instruments à vent, l’une des pièces les plus magiques du compositeur. Nous terminerons par une pièce de Pinstscher « Bereshit » pour grand ensemble. … L’ensemble intercontemporain avait été créé et dirigé par Pierre Boulez » indique Renaud Capuçon .

Le [**Mercredi 15 avril*] à 20H30 au Grand Théâtre de Provence, [**Sir John Eliot Gardiner*] et le [**English Baroque Soloists*] reviennent pour proposer des déclinaisons de pièces sacrées ou profanes de Monteverdi.

[**Jeudi 16 avril*] à 18h au Conservatoire Darius Milhaud, « place aux jeunes musiciens déjà très présents partout en Europe. [**Denis Kozhukhin*], jouera du Schubert, du Grieg, et du Ravel. Ce pianiste russe est un protégé de [**Daniel Barenboïm*]. Je le connais depuis une quinzaine d’année et j’ai eu la chance de jouer plusieurs fois avec lui et je peux vous assurer que c’est une personnalité musicale assez hors du commun. » commente Renaud Capuçon

[**Jeudi 16 avril*] à 20H30, au Grand Théâtre de Provence. « Nous accueillons un chef que vous connaissez bien : [**François-Xavier Roth*], dont la carrière est immense. Il sera à la direction de son ensemble, [**Les Siècles*]. A ses côtés, [**Isabelle Faust*] au violon, une de mes collègues que j’apprécie énormément. Ensemble ils donneront l’Oiseau de feu, puis le Sacre du Printemps de Stravinski, une œuvre majeure ».
[**
Vendredi 17 avril*] à 18h au Conservatoire Darius Milhaud, [**Diana Tishchenko*] au violon et [**Zoltan Fejervari*] au piano. Programme Schubert, Ravel et Stravinski.

[**Samedi 18 avril*] 20h30 au Grand Théâtre de Provence. « On se réjouit de la venue d’un immense ténor, Juan Diego Florez et de la formidable soprano Lisette Oropesa Ils seront avec l’Orchestre de l’opéra national de Lyon, pour offrir des œuvres de Hérold, Donizetti, Puccini, Mascagni, Gounod ».

[**Pétra Wauters*]


Tous renseignements complémentaires sur le festival de Pâques 2020 sur le site dédié (Cliquer)


[(

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 09/10/2019

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write French but only English, we don’t mind !)

– Pour lire et retrouver les articles récemment parus mais déjà disparus de la page d’accueil, aller tout en bas de la colonne de gauche et cliquer « Articles précédents  » dans les numérotations indiquées.

– Vous pouvez retrouver tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Rechercher» en y indiquant un mot-clé.)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus