An animation filmmaker in the Soviet Union


[**Fyodor Khitruk*] ([**Фёдор Саве́льевич Хитру́к*]) est né à Tver (Твери) en Russie le 1er mai 1917. Il est un des plus fameux cinéastes russes de films d’animation de l’ex-URSS. Très jeune il quitte l’URSS avec sa famille qui s’installe à Stuttgart en Allemagne, il étudie dans une école d’art. Avec la montée du nazisme et de la violence antisémite en Allemagne, c’est le retour vers la «mère-patrie». Il découvre émerveillé en 1933 les «Trois petits cochons» de [**Walt Disney*] (il raconte cela dans ses mémoires), cela le convainc de poursuivre ses études dans le domaine du film d’animation puis intègre à Moscou les studios Soyuzmultfilm (Союзмультфильм), il y fera carrière. Son premier film «Histoire d’un crime» date de 1962. Il contraste par le graphisme avec les productions russes du temps marquées par la rivalité formelle avec les productions américaines de Disney.

Le sujet de «L’Histoire d’un crime est simple, c’est celle d’un citoyen russe lambda, Vasily Vasilievich, bon citoyen, «bon travailleur», bureaucrate parfait, vivant dans un immeuble de type HLM et qui empêché de dormir du fait du bruit fait par ses voisins (et de la médiocrité de l’habitat), excédé, explose en fureur contre deux ménagères et les assomme raides mortes avec une casserole. Vous conviendrez que l’histoire est bien banale certes…et pourrait se dérouler dans bien d’autres pays, non ? Prêtez attention aux dernières images et lisez les commentaires (traduction en anglais) en faveur du héros du film. Certaines images partagées entre plusieurs plans sont intéressantes et très influencées par les pages de bandes dessinées séquencées en deux ou trois plans, avec le mouvement en plus bien évidemment. On est loin d’un film de propagande, tout le contraire. A bien écouter (lire), il y aurait comme une petite musique critique… une solidarité avec ce pauvre Vasily Vasilievich. Le film est sorti en 1962 soit six ans après le rapport de [**Nikita Khrouchtchev*] et nombre de citoyens soviétiques espéraient dans un mutisme contraint une amélioration de leur situation. Ils devront attendre encore bien longtemps, c’est un peu cela le secret de l’âme russe…! Ce film s’est distingué et a été récompensé dans de nombreux festivals internationaux.

J’ai sélectionné pour la quinzaine à venir pour cette rubrique trois autres films de Fyodor Khitruk, «Le Buffle et le lion» et «Winnie the pooh», puis «L ‘homme dans le cadre», trois films aux styles très différents. Ne manquez pas ces rendez-vous, n’hésitez pas à me faire part de vos coups de coeur, à très bientôt !

[**Pierre-Alain Lévy*]


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

Retrouvez tous les films d’animation et de tous les styles présentés dans Wukali ( près de 300 !)

– Peut-être même souhaiteriez pouvoir publier des articles dans Wukali, nous proposer des sujets, participer à notre équipe rédactionnelle, n’hésitez pas à nous contacter ! (even if you don’t write French but only English)

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com

WUKALI Article mis en ligne le 25/08/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus