An invitation to act and to be !


[**Théodore Ushev*] est un réalisateur de films d’animation né en Bulgarie, il a émigré au Canada en 1999. Son dernier film [**«Vaysha l’aveugle»*] a remporté le prix spécial du jury ainsi que le prix du jury junior pour court métrage lors de l’édition 2016 du festival international du film d’animation d’Annecy. Il a pareillement été nommé pour l’Oscar du meilleur court-métrage d’animation à la 89e cérémonie des Oscars. Pour sa réalisation le cinéaste a obtenu le soutien actif de l’ONF au Canada et de la chaîne culturelle franco-allemande Arte et c est lors de sa résidence d’artiste en France à l’Abbaye de Fontevraud que ce film a pu être conceptualisé dans ses détails


Le sujet est intéressant et s’il puise dans l’imaginaire du conte, du rêve et du fantastique, il porte en soi une philosophie et invite à la réflexion. Vivre le temps présent ou comme le disait le poète latin Horace «Carpe diem», à savoir, saisissons le jour, vivons le temps présent, vivons la vie, une ode à l’optimisme et à l’action, à la réalisation existentielle comme l’on aurait pu le clamer en 1968 aujourd’hui célébré!

La trame en est simple, l’histoire d’une petite fille qui est née avec une particularité qui la distingue des autres enfants, à savoir : chacun de ses yeux voit différemment ce qui s’offre à la vue, ainsi l’oeil gauche est tourné vers le passé tandis que le droit envisage l’avenir, l’un revit les belles heures du temps écoulé tandis que l’autre envisage avec effroi et inquiétude les moments devant soi à vivre. La dualité de ces deux visions est paralysante pour autant que l’on a pas établi un choix procédant d’une volonté. C’est presque du[** Pirandello*]!

Par delà la narration riche de poésie, ce qui séduit immédiatement dans ce film c’est son aspect visuel. En effet on croirait voir des gravures, presque des gravures sur bois et plutôt en l’occurence des estampes en linogravures, une technique qui eut son heure de gloire il y a plusieurs dizaines d’années. Il convient de savoir que durant ses études à Sofia, Theodor Usher fréquenta l’école des beaux-arts, et fut un affichiste alors renommé. (Pour la petite histoire et comme précédemment j’ai fait allusion à mai 68, c est cette technique de linogravure qui fut utilisée par les étudiants des beaux-arts de Paris lors de ce fameux mois de mai. Rien à voir au demeurant avec ce film vous l’aviez compris, je ferme la parenthèse !)

C’est cette technique de la linogravure reprise en technique numérique qui a été choisie pour la réalisation de «Vaysha l’aveugle».

Une technique longue, méthodique faite des recouvrements multiples pour aboutir à une impression de relief. Cette impression de relief renforcée par une illusion carrément stroboscopique qui dans la dualité des images projetées simultanément (d’un côté le passé, à gauche et de l’autre, à droite, l’avenir), concourt à donner cette impression de puissance, de force comme une mise en abyme. C’est d’une rare élégance et d’un grand raffinement, jusqu’au choix des couleurs qui ont été traitées séparément dans une occurrence de travail conséquente que l’on a du mal à imaginer. C’est tout simplement beau et raffiné et un oeil distrait pourrait croire voir en visionnant ce film comme ces gravures sur bois ( sur lino!) d’un autre temps, voire carrément expressionnistes. L’accompagnement musicale est tout à fait plaisant, les mélomanes éclairés auront pu reconnaitre les tambours, les timbales et les cuivres de la musique pour les funérailles de la reine Mary d'[**Henry Purcell.*] C’est solennel et comminatoire, comme un ordre à choisir pour un temps éternel.

J’espère que vous avez su apprécier Vaisha l’aveugle de [**Theodor Usher,*] quant à moi ce film m’a beaucoup plu ; en effet j’apprécie tout particulièrement cette fécondation de l’art, cette nouvelle moisson née de graines depuis longtemps semées et qui germent pour des renouveaux féconds et prometteurs. Ajouterais-je, mais je ne crois pas que cela soit nécessaire: Vivons!

[**Pierre-Alain Lévy*]


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

Retrouvez tous les films d’animation présentés dans WUKALI,(plus de 250 !) prenez du temps à les visionner, à les partager

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 24/03/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus