A college boy in Spain during the 16th century faced to intolerance and Inquisition


Avec ce livre, Les aventures de l’infortuné marrane Juan de Fuigueras, [**Jean-Pierre Gattégno*] nous emmène dans l'[**Espagne*] du XVIè siècle. Quel dépaysement, littéraire en tous cas quand on connait le parcours et les oeuvres de l’écrivain célèbre pour ses romans policiers dont plusieurs d ‘ailleurs, tel Passage à l’acte: mortel transfert, furent transposés avec succès au cinéma.

C’est un roman et un beau roman cultivé, une belle plume alerte, un style d’écriture qui s’apparente aux romans de l’époque décrite à savoir de courts chapitres avec une introduction liminaire qui fait titre, et une fluidité de la langue qui n’est pas sans analogie avec les romans picaresques. Déjà en soi le lecteur ne peut être que ravi, ajoutons aussi une forme d’ironie toute voltairienne et les analogies avec Candide sont d’évidence, on ne peut s’empêcher dans certains chapitres de penser à Candide, Cunégonde et au docteur Pangloss ! Voila un condensé sémantique et stylistique déjà très prometteur.

Les indications temporelles sont suggérées, pas de dates précises, ce que l’on sait c’est que le narrateur Juan de Figeras est né peu après 1492 «Je suis né à Séville lorsque [**Philippe III*], qui venait d’accéder au trône, se préparait à ruiner encore plus l’Espagne ». Date doublement connue, en effet la chute de Grenade le 2 janvier qui achevait la Reconquista des rois catholiques, fut suivie en mars de l’expulsion des Juifs d’Espagne, puis plus tard des moresques. Ajoutons que le 3 août 1492 de cette année là [**Christophe Colomb*] cingle vers l ‘Amérique où il arrivera le 11 octobre.

La pureté du sang, la limpieza de sangre, le fondamentalisme religieux, imprègne la royauté espagnole, cette notion primale de la pureté et de ce qu’en terme moderne on peut sans le moindre doute qualifier de sectaire, de xénophobe et de raciste sert d’accommodement facile à une société qui vivait alors de la rente des richesses et de l’or importés d’Amérique et avait oublié le travail.

Bien entendu et le titre du roman est parfaitement explicite il s’agit de l’histoire aventureuse d’un marrane, c ‘est à dire d’un Juif converti au catholicisme et qui dans le secret de sa maisonnée continue à suivre les préceptes et le culte de ses ancêtres au risque d’être dénoncé à l’Inquisition et de connaître un sort funeste. Tout serait simple si le héros ne connaissait sa particularité. Or il en ignore tout, a été élevé par des parents dans la foi catholique jusqu’à être envoyé dans un collège pour devenir prêtre. Rien ne lui laisse à penser sa judéité ainsi que celle de sa famille et tout au long du déroulement de l’histoire il s’étonne du regard des autres, ignorant dans sa candeur rigoureusement tout de la foi mosaïque. Au fur et à mesure du temps qui passe, il s’interroge.

C’est un livre vif, drôle, truculent, paillard quelque fois et souvent dans la métaphore, et ce jeune-homme tout de vertu va vite découvrir un monde de canailles, de vauriens, jusqu’à en devenir un lui même. Il endosse différents habits, côtoie putains ou joueurs de bonneteau, faux rabbin ou chef de bande, grand d’Espagne ou prêtres libidineux. Un parcours initiatique dans un monde de fripons et où la vie ne vaut plus grand chose surtout quand on est confronté aux sbires de l’Inquisition. La limpieza de sangre est obsessionnelle et les délations, les dénonciations sont monnaie courante. Jean-Pierre Gattegno démontre avec intelligence et sans nul cuistrerie les mécanismes psychiques de cette phobie meurtrière mais il le fait avec des mots simples et sous la forme d’un dialogue vif entre les personnages.

Dans l’extrait suivant, c ‘est un grand d’Espagne qui s’exprime:

«– En réalité (…), on se moquait bien que leur conversion fut insincère. Ce n’était pas cela qu’on leur reprochait .
– Que leur reprochait-on alors ?
– De s’enrichir par leur travail et leur intelligence et ainsi de menacer les grands dans leurs prérogatives. Les gens de ma condition n’ont jamais créé la moindre richesse, ils ne se soucient que de leur rang. Ils dilapident l’or des Indes pour continuer à être ce qu’ils sont. Ce faisant ils ruinent l’Espagne. Ainsi craignent-ils que les marranes à force d’industrie, ne finissent par les évincer. Pis encore, les vrais chrétiens auraient pu suivre cet exemple, et supplanter une noblesse à laquelle ils ne peuvent prétendre par leur naissance. C’est la vraie raison de l’expulsion des marranes, si on les avait laissé faire, ils auraient transformé le pays. Or les gens de ma condition veulent que rien ne bouge. La religion, c’était un prétexte, des balivernes pour se débarrasser d’eux …
».

Voila qui a le mérite d’être dit, c ‘est beau comme du [**Lampedusa*]. Je l’avoue je trouve ce roman furieusement moderne !

Vous aimez les romans de cape et d’épée, vous allez être servis et vous allez sans doute aucun vous régaler. Par ailleurs, [**Jean-Pierre Gattegno*], tout au long de ce livre restitue la vie de l’Espagne du XVIIème siècle grâce à une connaissance historique pointilleuse, les références sont justes, et les descriptions qu’il fait des villes et des bourgades ainsi que de leurs habitants foisonnent de vie et sont au demeurant très visuelles. Voilà un roman bien écrit, agréable à lire, profond et qui avec finesse restitue un pan important de l’histoire européenne. Qui plus est, il n’est pas sans résonance avec le monde qui nous entoure. Alors roman d’aventure et immersion historique, les deux pour pour le prix d’un, n’hésitez pas !

[**Pierre-Alain Lévy*]


[**Les aventures de l’infortuné marrane Juan de Figueras
Jean-Pierre Gattégno*]
Éditions de L’Antilope. 22€

**Pour mieux se documenter sur l’expulsion des Juifs d’Espagne et les marranes,*] lire l’excellent article paru dans [ Le Monde et signé par Henri Tincq

[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

– Retrouvez toutes les critiques de LIVRES parues dans WUKALI

Retrouvez tous les articles parus dans toutes les rubriques de Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page ou en utilisant la fenêtre «Recherche» en y indiquant un mot-clé.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 13/03/2018)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus