[**Le département Mathématiques et Systèmes à l’honneur
Prix de l’Académie des sciences*]

L’excellence de la recherche à[** MINES ParisTech*] est doublement soulignée par l’Académie des sciences qui récompense deux enseignants-chercheurs du département Mathématiques et Systèmes.

Pierre Rouchon, professeur au Centre automatique et systèmes (CAS MINES ParisTech) a reçu le Grand Prix IMT – Académie des sciences, fondé par l’Institut Mines-Télécom.

Le Grand Prix IMT Académie des sciences récompense des travaux ayant conduit à l’émergence d’innovations et de démarches en rupture, et ayant contribué à la recherche en partenariat-avec les entreprises.


[**Pierre Rouchon*] est un éminent spécialiste de la théorie du contrôle. Ses contributions scientifiques majeures portent sur :

– les systèmes plats,
– les systèmes quantiques,
– et les observateurs asymptotiques invariants.

Ses travaux allient recherche fondamentale et recherche appliquée. Ils ont été présentés dans 168 publications, citées 12 000 fois, et fait l’objet de 9 brevets.

Ils ont notamment permis d’apporter des solutions concrètes et originales dans le cadre de collaborations industrielles. Ainsi par exemple : pour la commande de moteurs électriques, avec Schneider Electric, la distillation cryogénique de l’air, avec Air Liquide et la régulation des moteurs Diesel pour diminuer l’émission de particules fines, avec l’IFP et PSA.

> Découvrez ses travaux grâce à l’interview de l’IMT et la vidéo de MINES ParisTech
Jean-Philippe Vert, directeur du Centre de bio-informatique (CBIO MINES ParisTech) a reçu le Prix Pierre Faurre.

Le prix Faurre (remis par [**Alain-Jacques Valleron*], de l’Académie des sciences) est destiné à un chercheur de moins de 45 ans, ayant déjà réalisé une œuvre significative dans l’application des mathématiques, de l’informatique, de l’automatique et du calcul scientifique, aux sciences du vivant. (photo : Juliette Agnel_Académie des sciences)


[**Jean-Philippe Vert*] s’intéresse aux méthodes d’apprentissage statistiques et à leurs applications en biologie et en médecine, notamment pour la recherche sur le cancer.
Il a introduit de nouvelles méthodes d’apprentissage statistiques par noyaux, pour l’analyse des données sur graphes et pour des données structurées, comme des formes 3D, des séries temporelles, ou des ensembles de permutations.

Avec ses collaborateurs, il a développé des algorithmes d’apprentissage pour analyser les interactions entre des facteurs biologiques et des composants biomédicaux, qui sont utilisées pour le dépistage et la chimiogénomique.

Avec ses collègues de l’Institut Curie, il a élucidé certaines anomalies génétiques et épigénétiques dans le cancer du sein et le neuroblastome, qui est le cancer le plus fréquent chez les nourrissons.

Pour mieux comprendre l’enjeu de ses recherches, écoutez sa conférence à l’ENS « Can Big Data cure Cancer? »

Communiqué


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le bord gauche de l’article soit en contrebas de la page.

Retrouvez tous les articles parus dans Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 23/12/2017)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus