Wandering with love in South America


Tiens, un récit de voyage ! [**Éric Sarner*] ne voyage pas en Orient mais en Amérique du sud. Son point de départ n’est pas Paris mais Montevideo. Car c’est dans la capitale de l’Uruguay que cet écrivain, ce poète, ce traducteur a décidé, un peu par hasard, de résider. Il a acquis une maison, près du port, dans un quartier populaire mais ô combien « haut en couleur ». Il fait la rencontre d’une photographe brésilienne, métisse, Adriana, mère d’une petite fille, Xan, dont elle a quitté le père un irresponsable total. Tous les deux, parfois avec la petite Xan, vont visiter une partie de l’Amérique du sud : le Brésil, l’Uruguay et l’Argentine jusqu’au bout du monde : Ushuaia.

Le récit de voyage, voilà un exercice qui a eu ses beaux jours au XIXè siècle avec des auteurs comme [**de Nerval, Gauthier*] ou [**Dumas*] père. C’est, en outre, grâce à eux, que s’est développé le courant orientaliste.

Ce livre d’Éric Sarner est une vraie flânerie dans ces pays, les deux protagonistes prennent leur temps, le temps de renforcer le lien qui les unit à travers leur vécu, leurs découvertes communes. On fait des rencontres aussi bien avec un bouquiniste qu’avec des joueurs de candombé ; on a de plus ou moins longues digressions sur l’histoire de ces pays, voire du lieu, de la ville visitée ; se trouvent des descriptions dignes d’un (très) bon guide touristique ; des passages sur les cultures locales et certains de leurs représentants les plus emblématiques comme le peintre [**Joaquin Torres Garcia*], qui fut, en outre l’assistant de[** Gaudi*], sans compter un zeste d’ethnologie avec les religions locales issues de l’esclavage. Et puis bien sûr, il y a le symbole de ces pays : le maté, cette boisson que les autochtones passent leur temps à boire, en toute circonstance.

Éric Sarner est poète, aussi ces récits sont-ils entrecoupés de poèmes décrivant son état d’âme au moment où il les écrit.

Le récit de voyage au XIXème siècle servait à décrire les émotions que son auteur avait ressenti lors de ce que d’aucuns peuvent considérer comme un voyage initiatique, le moment où le jeune homme devient un homme. Éric Sarner, quant à lui, fait un beau voyage initiatique, vers l’amour.

[**Émile Cougut*]


[**Regarde par la fenêtre
Éric Sarner*]
éditions Akinomé. 19€80


[(

– Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées soit sur le côté gauche de l’article soit en contrebas de la page.

Retrouvez tous les articles parus dans Wukali en consultant les archives selon les catégories et dans les menus déroulants situés en haut de page

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 22/12/2017)]

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus