Venice, such a jeweler’s box for a novel


Voilà un petit roman, une longue nouvelle particulièrement plaisante. Comment ne le serait-elle pas quand Venise sert de toile de fond. Venise la mystérieuse, la ville des masques qui servent avant tout à se dissimuler, à dissimuler la vérité. Venise la ville des faux-semblants. Venise la pourriture cachée par la beauté. Venise la décadente qui n’en finit pas de mourir en lançant ses derniers éclats, ses derniers feux.

Rodolfo est un homme en déroute, au chômage, ruiné, vivant d’expédients, alcoolique, malade voire mourant, mais avant tout italien, tout ce qu’il arrive à avoir il l’investit en vêtement pour ne pas physiquement visuellement montrer aux autres (et à lui-même) sa déchéance.

A la terrasse d’un café il rencontre une femme plus âgée que lui, Dorothy White, une ancienne danseuse du Lido qui vient dans la cité des doges se recueillir sur la tombe de son grand amour. A son contact, il va commencer à vaincre ses démons, à retrouver un peu de goût à la vie. Leur liaison va durer 7 jours, les soirées passées à la Fénice et la suite qu’il a réservé avec ses dernières économie au Lido. Mais le dernier soir Dorothy ne vient pas au rendez-vous.

Dernière valse à Venise nous montre un jeu de faux-semblants, de mensonges parfois rédempteurs. Où est la vérité ? La vérité de chacun des personnages, la vérité de leur histoire personnelle, la vérité de leur histoire qu’ils servent à leur partenaire. Une vraie comédie à la[** Goldoni*]. Les deux protagonistes ne sont pas ce qu’ils disent être, mais qu’importe puisque ce qui est important c’est ce que l’on veut croire, tout le reste ne peut être que souffrances, que tortures morales. Avec un style descriptif voire intrusif [**Stéphane Héaume*] arrive à projeter la « personnalité » de Venise à travers celle de ses deux personnages. Un moment de pur régal.

[** Émile Cougut*]|right>


[**Dernière valse à Venise
Stéphane Héaume*]
Serge Safran, éditeur. 14€90


Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées en contrebas de la page.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 04/11/2017

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus