A cold case not yet totally solved

**[**1-La découverte du corps*]

Nous sommes le[** 1er décembre 1948*], à 6h30 du matin sur la plage de la petite ville de Somerton, près d’A[**délaïde*] en [**Australie*]. John Lyons et deux cavaliers découvrent le cadavre d’un inconnu. La police arrive très vite sur les lieux et constate la présence d’un corps humain de sexe masculin et de type caucasien, âgé de 40 à 45 ans. Les enquêteurs vont tout faire pour découvrir l’identité de l’individu. Ils n’y parviendront jamais, malgré des appels à témoins et des avis de recherche dans le monde entier. La frustration fut telle que l’enquête est toujours ouverte, 70 ans après les faits…

Par son contexte local exacerbé et par son aspect ténébreux, l’affaire fera grand bruit partout sur la planète. A l’époque, l’homme de la rue sentait, confusément, qu’on lui cachait pas mal d’événements, mais sans plus. Il se résignait…

Jusqu’à très récemment l’énigme est restée entière. Encore aujourd’hui la véritable identité de l’inconnu est secrète pour le grand public, certainement pas pour les dirigeants de l’époque ou pour les services d’espionnage de tout bord qui furent, malgré eux, mêlés à une histoire d’amour sur fond de guerre froide et de tentatives d’infiltrations soviétiques en Australie : c’est un récit que John Le Carré aurait rêvé d’écrire. Cette affaire tourna au désastre pour la police, obligeant les autorités australiennes à réorganiser leurs services secrets déficients…

Commençons par raconter les innombrables péripéties de cette aventure hors-du-commun. Nous verrons ensuite les découvertes récentes et les conclusions que nous pourrons en tirer mais, qu’on le comprenne bien : la réalité dépasse de loin, de très loin, la fiction…

**[**2- Les faits*]

Les policiers trouvèrent la victime couchée sur le sable, ses jambes croisées vers la mer alors que sa tête reposait sur la digue. La position des jambes croisées, celle des bras surprennent : le gauche est tendu, le droit plié. La première constatation qui s’impose c’est que le corps de la victime a été transporté là, par au moins deux hommes costauds et à l’aide d’un véhicule de bonne taille mais discret. On comprendra rapidement qu’il a été tué dans les environs.

Une cigarette à moitié usagée est trouvée sur le col droit du manteau de « Monsieur X », une autre non allumée derrière une oreille. Dans ses poches sont ramassés différents objets : un ticket de train de deuxième classe, non utilisé, pour le parcours d’Adélaïde à Henley Beach, un ticket de bus de la ville, utilisé, un petit peigne américain en aluminium, un paquet de chewing-gum aux fruits, à moitié plein, un paquet de cigarettes de la marque «  Army club » contenant des cigarettes de marque « Kensitas », beaucoup plus chères et luxueuses, et une boîte d’allumettes « Bryant and May » presque vide. L’homme était donc un grand fumeur et probablement issu d’une classe sociale moyenne (la cigarette derrière l’oreille). Bizarrement aucun argent, aucun document d’identité ou autre, rien de la vie personnelle de l’homme n’est découvert. Le ticket de bus a été utilisé pour descendre à un arrêt situé a 1100 mètres au nord de l’endroit où a été récupéré le corps de la victime.

Un appel à témoins est immédiatement lancé dans la ville. Un couple déclarera avoir aperçu l’homme couché sur le dos, dans la même position et au même endroit, la veille au soir 30 novembre. Un autre couple affirmera avoir vu l’homme vers 19 heures, le 30 novembre, s’étirer en étendant mollement son bras gauche. Un troisième couple a observé l’homme entre 19h30 et 20 heures le même soir, alors que l’éclairage public était allumé. Ils ne l’ont pas vu bouger et en ont conclu qu’il était ivre mort. Le consensus se fait sur un point : l’individu était dans cette position le 30 novembre au soir…

**[**3-L’autopsie*]

L’époque ne possédait pas le niveau technologique d’aujourd’hui, aussi l’autopsie fut-elle imparfaite, bien que poussée au mieux par un légiste compétent. La victime mesurait 1,80 m, avait des yeux noisettes, des cheveux blonds-roux, les tempes grisonnantes d’un homme de 40 à 45 ans, une taille étroite et des épaules larges de sportif. Le légiste fut étonné de la forme physique exceptionnelle qui se dégageait de cet individu. Ses mains et ses ongles, en parfait état, disaient qu’il n’était pas un travailleur manuel. Quant à ses orteils, les petites étaient taillées en biseaux à la manière de celles des danseurs, ou de personnes portant des bottes à bout pointu en permanence. Ses mollets étaient anormalement musclés, à la manière des danseurs classiques.

Ses vêtements étaient de très bonne qualité : une chemise blanche, une cravate rouge et bleu, un pantalon marron, des chaussettes, des chaussures, un pull-over brun tricoté et une élégante veste grise et marron à double boutonnage à l’européenne, alors que c’était le printemps austral et qu’il faisait très doux. Il n’avait pas de chapeau ( très inhabituel pour un homme en costume en 1948) et on ne trouva aucun portefeuille. Il était bien rasé. De plus, toutes les étiquettes de ses vêtements avaient été enlevées… De toute évidence, on avait voulu retirer tout ce qui aurait pu permettre d’identifier cet homme.

On prit son empreinte dentaire et l’on constata qu’elle était inconnue sur le territoire australien, idem pour ses empreintes. La déduction logique fut de conclure que l’homme était d’origine étrangère et de passage sur l’île-continent. Des photos de la victime furent réalisées. On est très surpris d’apprendre que le légiste lui trouva « un air britannique » quand on les regarde : front haut, chevelure ébouriffée, peau épaisse, nez camus presque épaté, yeux fendus en amande à l’asiatique, menton volontaire, oreilles développées, bouche incurvée mince… Cet individu a plutôt l’apparence d’un Russe.

L’heure du décès a été située par le légiste vers 2 ou 3h du matin, le 1er décembre 1948. Le médecin indiqua que la mort était d’origine criminelle : « probablement un poison genre barbiturique ou soluble hypnotique », mais il ne put déterminer lequel. [**Scotland Yard*] fut appelé en renfort, puis toutes les polices occidentales. On ne découvrit absolument rien sur la victime à l’échelle mondiale, même en Amérique du sud et en Asie. L’URSS et ses satellites ne répondirent pas. Le mort était-il originaire d’un pays de l’Est ???

**[**4- L’enquête*]

Le 14 janvier 1949 on trouva, abandonnée ou oubliée à la consigne de la gare d’Adélaïde, une mallette marron dont l’étiquette avait disparu. Elle a été enregistrée le 30 novembre 1948, après 11h du matin. Malheureusement, personne ne se souvint du dépositaire. A l’intérieur: une robe de chambre à carreaux rouges taille 7, des chaussons rouges en feutre, 4 paires de caleçons, un pyjama, du matériel de rasage, une paire de pantalons marron clair sur lesquels du sable était visible, un tournevis d’électricien, un couteau de table bien affûté, une paire de ciseaux aux pointes aiguisées et un pinceau à pochoir utilisé sur les bateaux commerciaux, pour marquer les cargaisons. En regardant bien, on s’aperçut de la présence d’un carton de fil ciré orange de marque « Barbour », d’un type inconnu en Australie. Mais c’était le même modèle qui avait servi à repriser la doublure des poches du mort. Toutes les marques d’identification des vêtements avaient disparu ici aussi. Pourquoi l’homme les avait-il ôtées? Selon toute probabilité, c’était l’individu lui-même qui avait du déposer sa mallette à la consigne de la gare. On en eut vite la certitude : sur une cravate apparaît le nom « T.Keane », sur un sac à linge « Keane » et « Kean » sur un tricot de corps ; on trouva aussi trois notes de blanchisserie(1171/7,4393/7 et 3053/7). Très vite on se rendit compte que les marques « Keane » ne pouvaient être enlevées qu’en abîmant les vêtements : c’est bien la preuve que l’inconnu avait retiré les marques lui-même et qu’il espérait récupérer la mallette. Cela impliquait aussi qu’il devait avoir un rendez-vous risqué : prendre des précautions telles que retirer les marques de ses vêtement signifie une méfiance, une forme d’insécurité et de volonté de ne pas être identifié si l’on meurt. Implicitement, c’est aussi une preuve d’appartenance au monde de l’espionnage.

Aucun T.Keane n’était porté disparu dans le monde anglophone et les numéros de blanchisserie demeurèrent in-traçables. Un tailleur local fut appelé en renfort pour examiner le manteau que portait la victime :c’était un vêtement de prix taillé sur mesure. Sa confection particulière prouvait qu’il avait été fabriqué aux États-Unis. Donc l’homme était passé dans ce pays avant de venir en Australie, puisqu’il arrivait de l’étranger.
En étudiant les horaires des trains, les enquêteurs conclurent que l’homme avait débarqué d’un train de nuit en provenance de Melbourne, Sydney ou Port Augusta. Puis les policiers comprirent que l’homme s’était rasé et douché dans les bains publics adjacents, avant d’acheter son billet pour Henley Beach, que pour une raison ignorée, il n’utilisa pas. Ensuite, l’homme enregistra sa mallette à la consigne de la gare et monta dans le bus de Gleneg

A partir de là, la police fit du sur-place. Il fallait donc un œil nouveau pour essayer d’aller de l’avant dans cet imbroglio coriace.

**[**5-L’enquête progresse*]

On fit alors appel aux lumières de [**John Burton Cleland*], un des meilleurs pathologistes du pays, qui ne devait pas trahir la confiance mise en lui : il découvrit que les chaussures de l’homme étaient d’une propreté incroyable et avaient été vernies, ce qui s’opposait à l’idée que l’homme avait pu se promener sur le sable de la plage. La probabilité que la victime ait été tuée ailleurs s’accrut donc.

C’est alors qu’intervint le professeur de physiologie et de pharmacologie de l’université d’Adélaïde, [**Cedric Stanton Hicks*], qui précisa que seul un certain type de drogue pouvait provoquer une mort si rapide, sans qu’aucune trace ne soit détectable avec les moyens scientifiques de l’époque : la digitaline ou l’ouabaïne. Il indiqua aussi que si la mort était survenue 7 heures après le dernier mouvement de la victime, cela impliquait que l’homme ait ingurgité une dose massive de poison. On remarquera que l’estimation de l’heure du décès avait été faite juste après la découverte du cadavre, quant on ne parlait pas encore de poison. Quand l’empoisonnement fut certain, on en déduisit que l’heure de la mort était fausse. L’utilisation de poisons puissants signifie que le, ou les assassins, avait des connaissances très étendues dans ce domaine et que le meurtre a été prémédité : les compétences ordinaires des espions en somme.

Mais la découverte capitale sera le fait du pathologiste, elle consiste en un morceau de papier portant l’inscription « Tamam Shud  » dans une poche du pantalon de la victime. Les deux mots, traduits du persan, donnent les mots français « terminé » ou « fini  ».
Cette locution figure sur la dernière page des Rubayiat (poésies) d'[**Omar Khayyam*]. Le verso du bout de papier était vierge. On chercha alors à quelle édition appartenait ce morceau de papier.

Le 22 juillet 1949 un homme vint déclarer à la police qu’il avait trouvé une version rarissime de la première édition, traduite en 1859 par Edward Fitzegarld, sur le siège arrière de sa voiture laissée ouverte et garée sur Jetty Road à Gleneg, une semaine ou deux avant la découverte du corps. L’homme était donc déjà passé à Gleneg… Les mots « Tamam Shud  » avaient été arrachés du livre et des tests au microscope prouvèrent que le morceau de papier retrouvé sur la victime provenait bien de cet exemplaire. Le thème récurrent des poésies d’Omar Khayyam, les Rubaiyat, c’est qu’il faut vivre l’instant présent au maximum pour ne pas avoir de regrets en mourant.
Au dos du livre, on lut des inscriptions écrites au crayon noir : 5 lignes de lettres capitales, la deuxième est barrée et considérée, aujourd’hui, comme partiellement identique à la quatrième. Les lettres seraient donc, sinon un code, tout au moins une sorte de moyen mnémotechnique pour mémoriser quelque chose que l’on ne veut pas qu’un étranger puisse comprendre.

Voici ce rébus proposé à votre sagacité :

WRGOABA
MLIAOI la ligne de lettres barrées
WTBIMPANETP
MLIABOAIAQC
ITTMTSAMSTGAB

un x minuscule semble figurer au-dessus du O de la quatrième ligne. On supposa qu’il s’agissait d’un code écrit en langue étrangère et des experts en décryptage furent mis à contribution. Casser le code se révéla impossible, même pour le ministère de la défense australien.

Plus intéressant fut le fait qu’on trouva deux numéros de téléphone, également au dos du livre. L’un conduisit à une banque où rien ne put être découvert. Ce fut une impasse mais il est certain que la piste ne fut pas convenablement exploitée par une police inexpérimentée en matière d’espionnage.

**[**6- «JESTYN »*]

Le second numéro aurait du revêtir une importance capitale, mais il fut mal compris et mal utilisé par des policiers qui se comportèrent en gamins obsédés par une chasse au trésor, et qui se firent manipulés par une femme bien préparée à son activité d’espionnage potentiel, mais qui était alors un « agent dormant » du KGB soviétique pour lequel elle avait, semble-t-il, déjà travaillé.

Ce second numéro, en liste rouge, était celui d’une ancienne infirmière habitant Mosley Street, Gleneg, a quatre cents mètres du lieu où le cadavre fut trouvé. A l’époque, il n’était pas facile de se procurer un numéro de téléphone en liste rouge. Alors, comment un individu qui venait d’arriver en Australie pouvait-il le connaître, l’écrire sur un papier avant de passer, PAR HASARD, à proximité immédiate du domicile de cette femme qui lui était inconnue ? Que les policiers du temps aient pu croire une fable pareille est hallucinant d’amateurisme !

Officiellement, son nom n’a jamais été donné au public par la police. Elle est connue sous le surnom de [**« Jestyn »*]. Officiellement toujours, elle est née à Marrickville, dans l’état de Nouvelle-Galles du sud, en 1921. Elle mourut en mai 2007. Malheureusement, encore aujourd’hui, aucun investigateur professionnel n’a cherché à percer les incohérences de son existence. On peut dire qu’un « consensus sur le sujet » lui a épargné de gros ennuis : d’abord une inculpation pour meurtre ou complicité de meurtre et, cerise sur le gâteau, une assignation pour intelligence avec l’ennemi et espionnage au profit d’une puissance étrangère. Ce n’est pas rien ! On reste pantois devant tant d’invraisemblances et devant l’incompétence coupable de la police locale.

[**Mais revenons aux déclarations de cette « Mata-Hari  »*].

Elle déclara qu’elle avait travaillé dans un hôpital de Sydney pendant la guerre (ce qui est exact). A cette époque, elle possédait une copie des Rubayiat qu’elle donna, en 1945, au Clifton Gardens Hotel à Sydney, à un lieutenant nommé [**Alfred Boxall*] qui œuvrait à la section du transport de l’eau de l’armée australienne (exact encore). Elle indiqua qu’elle avait déménagé à Melbourne et qu’elle s’était mariée. Elle affirma avoir reçu une lettre de Boxall mais elle lui répondit qu’elle était mariée. Elle certifia que, vers la fin de 1948, un mystérieux personnage avait posé des questions la concernant à ses voisins. Or, quand il fut retrouvé, L’ex-lieutenant Boxall dit aux enquêteurs n’avoir jamais revu, ni cherché à revoir, « Jestyn ». Sur l’exemplaire de Boxall, « Jestyn » avait écrit le poème 70 des Rubayiat. Le voici traduit en français :

« Vraiment vraiment de Repentance j’ai souvent
Fait acte-mais étais-je sobre quand je prêtais serment ?
Et puis et puis une rose dans la main est venu le printemps
Déchirant le manteau usé qu’était ma Pénitence »
Jestyn
.

C’est ce nom qui figure sous le poème, sur la couverture du livre qu’elle offrit à Boxall… En réalité Jestyn vivait en concubinage avec l’homme qu’elle allait épouser, mais elle n’était pas mariée. C’était une très belle femme qui avait accouché d’un fils prénommé [**Robin*] en juillet 1947. Elle disait que l’enfant était le fils de [**Prosper Thomson*], son futur mari. Nous savons aujourd’hui que c’est faux. Elle nia connaître la victime et la raison pour laquelle l’homme était passé si près de sa maison la nuit où il fut assassiné. C’est alors que les policiers lui montrèrent la reproduction en plâtre du buste de l’inconnu. D’après le sergent inspecteur[** Leane*], la réaction de la femme au regard du visage sculpté fut : « un vif mouvement de recul donnant l’impression qu’elle allait s’évanouir », mais elle se reprit. On ne comprend vraiment pas que les enquêteurs n’aient pas « cuisiné » ce témoin récalcitrant !

En 2002, [**Paul Lawson*], qui créa le buste, et qui était présent quand celui-ci fut montré à « Jestyn », affirma «  qu’après un premier coup d’œil, elle a détourné le regard et ne l’a plus regardé. ». Détail passionnant, lourd de sous-entendus: Paul Lawson refusa de dire si quelqu’un, quelque part, avait reconnu l’homme…Ce qui en dit long sur l’implication des services secrets…

Lorsque l’on sait (nous en discuterons plus loin), et cela sera prouvé en 2009 par l’équipe du [**professeur Derek Abbott*] de l’Université d’Adélaïde, que l’inconnu de Somerton était le père du fils de « Jestyn », on ne peut qu’être stupéfait du sang-froid de cette femme face au portrait sculpté de cet inconnu, pour nous, mais qui ne l’était pas pour elle !

Voir le visage du père de son fils, pour ainsi dire recréé devant soi, alors que l’on sait qu’il est mort, que l’on a, d’une manière ou d’une autre, participé à ce meurtre, et ne pas s’effondrer psychiquement devant ce reproche vivant, cela implique une lucidité, une discipline personnelle qui ne peut venir que d’un entraînement. Aucun être humain ne possède naturellement un pareil contrôle de lui-même. Cette femme a été modelée, aux limites du fanatisme, par une idéologie extrémiste, mais laquelle ? Nous y reviendrons…

**[**7- L’Impasse*]

Finalement, le corps de la victime fut enterré dans un cimetière d’Adélaïde. La tombe fut régulièrement fleurie pendant des années mais on ignore par qui… Encore une incohérence incroyable.

A ce moment, la réceptionniste du Strathmore Hotel, en face de la gare d’Adélaïde, contacta la police et révéla qu’un homme très étrange avait logé dans la chambre 21, à l’époque de la mort de l’inconnu et qu’il était parti le 30 novembre 1948. Elle se souvint d’un détail bizarre : le personnel de nettoyage avait trouvé une sacoche médicale noire et une seringue hypodermique dans la chambre. L’homme devait donc être morphinomane ou opiomane et la preuve était faite qu’il était bien dans la région depuis, au moins, deux à trois semaines.

[**A SUIVRE… rendez-vous pour la saison 2 : Jeudi 19 octobre 2017*]

[**Jacques Tcharny*]


Cet article vous a intéressé, vous souhaitez le partager ou en discuter avec vos amis, utilisez les icônes Facebook (J’aime) ,Tweeter, + Partager, positionnées en contrebas de la page.

Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 15/10/2017

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus