Super singing birds, more neurons we could have expected !


Navré, mais il va sérieusement falloir revoir nos expressions et traiter quelqu’un de «cervelle d’oiseau» sera le gratifier d’un remarquable compliment. Les oiseaux ont en effet bien davantage de neurones que nous ne le supposions. Une étude juste parue dans la revue américaine Science (Proceedings of the National Academy of Sciences) et appliquée sur 28 espèces d’oiseaux a démontré qu’ils ont davantage de neurones dans la partie dorsale du télencéphale, le territoire le plus antérieur du cerveau, à savoir la zone de l’intelligence, que les mammifères.


Ce sont les oiseaux chanteurs notamment, perroquets et autres variétés qui chantent et tout particulièrement le perroquet gris du Gabon ou tout bonnement le corbeau qui possèdent le plus de neurones allant de 227 millions à 2milliards 17 millions, soit près de deux fois autant de neurones que pour les primates de même masse cervicale et quatre fois plus que pour les rongeurs. Dans l’exposé des modalités expérimentales, les chercheurs ont ainsi disséqué des cervelles d’oiseaux jusqu’à leur dissolution dans un bain détergent s’assurant comme l’explique une chercheuse, Suzana Herculano-Houzel de l’université de Vanderbilt, que la suspension est homogène et qu’elle ainsi nomme: «une soupe de cerveau». Arrivé à ce stade, les chercheurs procèdent au comptage des cellules cérébrales de la zone ainsi choisie. Cette même région du télencéphale étant notamment celle qui permet l’apprentissage, la projection dans l’avenir, l’étude du chant, et de mimer les comportements humains. Ce qui a surpris les chercheurs, c ‘est que les neurones étaient plus petits qu’ils ne l’imaginaient avec des connexions plus courtes et plus compactes. La prochaine étape de la recherche consistera à découvrir si ces neurones étaient d’origine plus petits ou ont rétréci afin de maintenir l’oiseau plus léger afin qu’il puisse voler. «Tête de linotte», «tête de piaf» perdront-ils bientôt leur sens critique, quant à «être bavard comme une pie» voilà une expression qui va battre de l’aile !

[**Pierre-Alain Lévy*]

Nota: Nous avons tout particulièrement choisi cette vidéo pour illustrer cet article, l’intelligence de l’oiseau y est stupéfiante.


Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 08/08/2017

Première parution14/06/2016

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus