« Shine on my way », « The Age of man », sound successes (of course!) for this French group, altogether Folk and electro music


[**Yogan Le Fouler-Barthel*] et [**Jérémy Benichou*][**, un duo divin !
Rencontre au domaine de Château La Coste, en Provence.*]

Ils sont deux, tournent ensemble depuis 2013, et font de la musique depuis leur plus jeune âge. Ils sont jeunes, charmants, drôles et bourrés de talent. Cela pourrait être pire pour démarrer une carrière ! Car elle promet, en effet, d’être belle et longue. Déjà, parce que leur musique à ce « je ne sais quoi » qui accroche, émeut, touche, bouscule, et ce qu’elle évoque peut être ressenti par le plus grand nombre ; des jeunes, des moins jeunes, et aussi des pros, qui ont su reconnaître en eux l’étoffe des grands. [**Yogan*], chanteur lead et auteur-compositeur, né dans le Gers, a grandi en région parisienne, avec un passage à Strasbourg, puis à Troyes et en Finlande. [**Jérémy*], guitariste, arrangeur, né à Montréal, a grandi en Rhône-Alpes. C’est d’ailleurs à Lyon que tout a commencé pour eux et depuis, ils ont cette envie irrésistible et impérieuse de mettre en musique et en mots toutes une palette de sentiments, d’impressions, une faune d’émotions et de couleurs.


Folk, électro, de belles basses, de belles mélodies, qui se retiennent, sans ritournelle. Ils sont sur les ondes, on les connaît, même si on ne sait pas encore vraiment qui ils sont. Cela ne saurait tarder. Car on est loin des tubes fabriqués qui se retiennent le temps d’un été. Ecoutez « The Age Of Man » qui nous parle de notre rapport au monde, rapport aux autres. C’est dynamique, enlevé, à la fois joyeux et sensible. Des influences Britpop, folk, on songe à [**Elliott Smith*], ou encore [**Supergrass*]. On peut encore penser à [**Coldplay*], [**Queen*] ou [**Sting*] ! N’ayons pas peur des belles influences, des héritiers spirituels si ils nourrissent l’excellence. Un journaliste anglais écrivait un jour : « Diva Faune, c’est l’équilibre parfait entre le familier et l’unique. » C’est si bien vu.

Le 10 juin 2017, les deux musiciens se sont produits au domaine de Château La Coste, près d’Aix-en-Provence. Un lieu magique qui propose une merveilleuse balade culturelle qui permet au public de découvrir des œuvres de grands noms de l’art contemporain et de l’architecture, au beau milieu des vignes. Le concert de Diva Faune, dans le pavillon de musique de [**Frank O. Gehry*] fut tout simplement un moment de pur bonheur. Nous avons rencontré Diva Faune à l’issue du concert.


– [**Pourquoi vous êtes vous appelé, Diva Faune ? Un nom qui accroche bien ?*]

[**Yogan*] : Je ne sais pas si cela se retient bien car je suis mauvais juge ! Faune c’est dans le sens de faune urbaine, la foule. Le nom du groupe porte un peu le nom de son public, puisque que la diva faune, c’est vous, c’est nous, une« belle Faune »! Avec le « diva« , l’éventail s’élargit, on ajoute un peu du divin, du caractériel pourquoi pas ! Il s’agit de montrer la diversité de l’être humain.

– [**Parlez nous de votre rencontre et de votre travail ensemble.*]

[**Yogan*] : Nous nous sommes rencontrés par des amis communs au moment où je cherchais un guitariste. Cela faisait déjà un moment que je faisais tourner mes compositions et j’étudiais sous quelles formes les présenter. Puis à force de jouer ensemble, de discuter de comment tout cela pourrait se faire, Jérémy a finalement eu un rôle beaucoup plus large. Parmi les compositions que je fais, je lui présente celles que je pense être les meilleures en version guitare voix, une présentation plutôt épurée, et lui la sublime !

[**Jérémy :*] Je travaille dessus pendant que Yogan écrit les paroles. Je m’occupe de la production, au sens large du terme, sous forme de réalisations sonores et d’arrangements.

– [**Un concert à Château La Coste, ce doit être magique ?*]

[**Jérémy :*] C’est Mélodyn Production qui nous a trouvé ce lieu étonnant. Arrivé sur le site de Château Lacoste, haut-lieu de culture c’est déjà un grand plaisir. L’atmosphère y est spéciale. Le public est réactif et l’acoustique est excellente.

[**Yogan :*] j’ai joué en ayant l’impression de rêver par moment ! J’avais une sensation cotonneuse, presque irréelle. Je ne reconnaissais pas le cadre habituel des concerts. C’était bien.

– [**La Fête de la musique, les festivals, l’été, on joue à ciel ouvert. Cela vous convient il ?*]

[**Jérémy.*] Il y a quelque chose de déroutant, c’est de ne pas avoir de structure au dessus de notre tête ! Cela empêche la lumière d’arriver. Mes lumières sur mes instruments, mes machines, ce sont mes repères, et si je ne les vois pas bien, c’est un peu l’aventure, mais au final, tout se passe toujours bien !

– [**Vous vous produisez à l’étranger.*]

[**Yogan.*] Ce n’est pas prévu pour ces prochaines dates. Mais nous l’avons fait. Nous avons joué en Angleterre et déjà fait la première partie de groupes américains et anglais.

[**Jérémy.*] On a une réelle volonté de voyager et un amour pour le monde anglo-saxon et notamment pour les Etats-Unis.

– [**Chanterez-vous en français ?*]

[**Yogan.*] Je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait. Mais peut-être qu’un jour, on viendra nous le demander. Pour Diva Faune, le moment n’est pas encore venu. Diva Faune chante en anglais. Cela fait partie de nos influences, de la musique que l’on a connue.

– [**Justement, vos influences sont multiples.*]

[**Yogan*]. Oui, mais je n’essaie jamais d’écrire à la manière de… Les compositions que j’envoie à Jérémy ne représentent qu’une petite partie de celles que je fais. Les autres je les garde en réserve. Et celles que j’ai écrites ne sont aussi qu’une petite partie des idées que j’ai en mémoire dans mon dictaphone.

– [**Vous retrouvez des idées dans votre dictaphone ?*]

[**Yogan.*] Je me rends compte que non. Des compositions me reviennent en mémoire naturellement, et je peux les exploiter ensuite. C’est finalement le même mécanisme chez les gens quand ils retiennent une chanson. Et je me dis que si moi je l’ai retenue, c’est que eux aussi seront susceptibles de la retenir. Mon dictaphone sert juste à me rassurer !

– [**Vous entrez dans la cour des grands ! Vous avez travaillé avec Mark Plati, son nom seul évoque David Bowie, The Cure… entre autres !*]

[**Jérémy.*] Oui, c’est formidable. Le new-yorkais [**Mark Plati*] était bassiste de[** Bowie*], il a travaillé aussi avec [**the Cure*]. C’est vrai que l’on a eu un peu l’impression de rentrer dans la cour des grands ! Disons, en « sous-marin », car tout cela n’était pas connu du public à ce moment-là. Les choses se sont faites ainsi, à la suite d’une rencontre. Notre éditeur [**Jean-Christophe Bourgeois*] de Sony/ATV Music Publishing nous a proposé de belles collaborations à faire !

[**Yogan.*] Mark Plati a mixé la majeure partie de nos titres et une partie de ceux qui seront sur le prochain l’EP, («Extended Play» )

– [**Vos clips sont impressionnants.*]

[**Yogan.*] Oui. Nous aimons tout particulièrement le travail d’[**Akim Laouar Aronsen*], qui a réalisé « The Age of Man ». C’est un ami d’enfance. Il est l’un des réalisateurs à suivre et il est très demandé. Il se fait littéralement arracher par toutes les Productions et par des artistes internationaux pour réaliser des clips.


Voilà encore une belle référence ! Gageons qu’un jour, un groupe de musiciens talentueux, sortira à son tour de l’anonymat, et parlera de ses plus belles références en citant [**Yogan Le Fouler-Barthel*] et [**Jérémy Bénichou*], de [**Diva Faune*] !
On attend avec impatience le prochain album …

[**Pétra Wauters*]


Pour en savoir plus sur Diva Faune :
Toutes les dates de la tournée


Contact : redaction@wukali.com
WUKALI 28/06/2017
Illustrations : ©Cyril Demesure

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus