French presidential election, with humour and wit !


L’élection présidentielle, un exceptionnel moment de la vie politique française. Cela nous a donné l’idée de rédiger pour **Wukali*] des billets d’humeur et de fantaisie, impertinents, irrévérencieux, critiques ou ardents sur les candidats qui se présentent. Peut-être même seriez-vous intéressés à nous proposer un texte, n’hésitez donc pas à nous contacter : [redaction@wukali.com

Voici le premier, il est signé par [**Benoît Rayski*], et c’est [**Philippe Poutou*] qui débute la série.

[**Pierre-Alain Lévy*]


[([**Poutou*])]

Camarade Philippe, je vais t’appeler par ton nom ! Car c’est ton nom qui te vaut mon suffrage.[** Poutou*]… combien de candidats plus notoires que toi, caressés par les médias, seraient heureux de s’appeler comme cela ! Poutou, ça sonne comme une comptine pour enfants, comme une ballade du temps jadis ! Dites Poutou et vous entendez aussitôt Loulou, Toutou, Doudou. Les autres, les gros, les gras ont des noms franchement repoussants, [**Hamon, Mélenchon, Macron, Fillon*]… et on fait quoi avec tous ces « on » ? Et on entend quoi avec eux ? Cochon, con ! Tu l’auras compris, camarade, mon vote en ta faveur est un acte d’amour poétique. Imaginez un peu : « président Poutou ! » Tu auras toutes les femmes et les filles de France à tes genoux.

Des esprits chagrins me suggéraient de m’intéresser à ton programme et à la charte du NPA. Des jean-foutre, des aigris, des empêcheurs de vivre en joie ! Quand on s’appelle Poutou et qu’on est un combattant révolutionnaire, on n’a pas besoin de programme. On est comme les souverains qui firent la France : de droit divin. Tu es un bâtard, un glorieux bâtard. Un bâtard royal comme[** Louis XIII, Louis XIV, Louis XV*] en firent des flopées. C’est[** Olivier Besancenot*] qui t’a fait. Lui-même avait été fait par un merveilleux couple du nom de [**Krivine*] et de[** Bensaïd*]. Et eux-mêmes descendaient en droite ligne du grand Léon ([**Lev Davidovitch Bronstein*], dit [**Trotski)*]. En voilà une lignée ! De grande classe ! De race ! Et c’est ainsi que tu domines aristocratiquement tous les gueux et les manants qui prétendent entrer à l’Élysée. Ne te commets pas avec cette tourbe. Ne fraie pas avec la populace. Ta place est à Versailles ! Ton sang royal t’y convie et je te vois – « Poutou Ier » – serrant contre ton cœur le Manifeste du Parti communiste pour prêter serment au Père-Lachaise devant le mur des Fédérés.

[**Benoît Rayski*]


*Contact *] : [redaction@wukali.com
WUKALI 05/04/2017

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus