An excellent programm on tv devoted to classical music


[**à Madame Anne Sinclair, pour son émission sur France 3, Fauteuils d’orchestre.*]


[**Madame*],

23h40 ce vendredi 6 janvier 2017 et je viens de fermer la chaine[** France 3*] sur laquelle je regardais votre émission avec pour invité [**Renaud Capuçon*]. Un peu de silence enfin pour remettre de l’ordre dans mon esprit bouleversé après avoir vu et écouté dans l’émotion votre émission musicale sur une des chaînes du service-public. Un peu de repos aussi pour mes yeux pour avoir suivi ces cascades de lumières et de couleurs et ces prises de vue vertigineuses.

Votre émission est scandaleuse car elle est belle, elle est belle parce qu’elle est intelligente, elle est intelligente parce qu’elle est sensible. Je vous accuse, et le mot oui je sais n’est pas trop fort, d’être à la tête d’une camarilla de producteurs, de conseillers artistiques, de réalisateurs, d’ingénieurs du son, d’éclairagistes, de techniciens et de cameramen et bien sûr d’artistes qui veulent la réussite et le retour de la télévision de qualité aux heures de prime time, c’est à dire de grande écoute, et qui y réussissent !

Dans cette seconde émission où vous receviez **Renaud Capuçon*], vous avez d’abondance invité les Français au banquet de l’émotion et de la beauté. Quelle programmation en effet ! Autour du sémillant[** Renaud*] qui fait la joie des [ Aixois et dont nous avons pu lire à plusieurs reprise dans Wukali les entretiens signés par Pétra Wauters, une académie de talents : Martha Argerich, Ermonela Jaho, Kit Armstrong, Michel Cymes, Delphine De Vigan, Alexandre Duhamel, Edgar Moreau, Daniel Lozakovitj , Adrien La Marca , Guillaume Chilemme, Nicholas Angelich, Jean François Borras, Alexandra Conunova, Vassilena Serafimova, Thomas Enhco.


Renaud Capuçon – Beethoven – Martha Argerich

La maturité, l’élégance et la jeunesse, la liberté, le respect infini et la complicité, le brio et le plaisir partagé, la classe, le génie et le sentiment, je n’en finirais pas de propos louangeurs. Oui c’est cela de la grande télévision : le respect des artistes et celui concomitant du téléspectateur. Plusieurs fois au coeur de cette même émission, mes yeux se sont noyés de larmes et un noeud d’émotion m’a fait hoqueter de bonheur. Ce que je voyais, ce que j’entendais dans ces musiques sensibles : des images de télévision tout simplement belles et nouvelles sur l’écran, des prises de vue fantastiques rendues possibles grâce à de remarquables caméras de hautes technologies, des éclairages fastueux et modernes, mouvants et chauds habillant les musiciens de couleurs, des oranges, des rouges et des ocres, des noirs intenses et des bruns, des raies de lumières qui n’avaient rien à envier aux scènes les plus sophistiquées du show-biz et qui tels des écrins habillaient et servaient les musiciens et la musique. Un renouvellement total du format musical de télévision qui d’un coup vient de mettre au rancart les savoirs-faire antérieurs.


Renaud Capuçon – Beethoven – Kit Armstrong

Quant à vos invités… ils ont donné de la musique classique l’image parfaite de la vérité, de la jeunesse, de l’expression artistique et du sentiment bien-sûr !. Une programmation qui est en soi toute une propédeutique, une méthodologie fine du «supplément d’âme», une leçon de civisme décontractée.

Recevoir dans son salon [**Martha Argerich*], retrouver sur un document d’archive [**Isaac Stern*], découvrir la beauté complète dans les interprétation de ce jeune prodige de 15 ans [**Daniel Lozakovitj*] et que dire de[** Kit Armstrong*] dont la musique sourd quand il joue de toutes les parties de son corps et qui cherche le repos en se plongeant dans l’étude des mathématiques fondamentales ! C’était le banquet de Platon avec des musiciens et interprètes virtuoses. L’orchestre national de France sous la direction de [**Domingo Hindoyan*], [**Ermonela Jaho*], soprano albanaise à la voix sublime et maîtrisée, mais aussi [**Alexandre Duhamel*] et [**Jean-François Borras*], deux chanteurs lyriques dans des répertoires italiens ou français et pas des plus faciles. C’était aussi une atmosphère amicale autour de[** Renaud Capuçon*] qui avait rassemblé ses amis proches, [**Michel Cymes*], son luthier [**Pierre Barthel*] qui fournit des explications sur son métier et les grands violons [**Guarneri*] ou [**Stradivaeri*], ainsi que ses partenaires en musique. Une émission de transmission intergénérationnelle qui aurait pu avoir pour symbole le violon sur lequel aujourd’hui joue Renaud Capuçon, un Guarneri del Gesù, ayant été fabriqué au 18ème siècle pour le vicomte de Panette et qui appartint pendant cinquante ans à [**Isaac Stern*].

J’attends maintenant avec impatience le prochain Fauteuils d’orchestre, «Friday night fever» sans aucun doute! Quand sera-t-il programmé, quels musiciens ? Une prochaine soirée de plaisirs complices autour de la musique bien évidemment ! Qu’on se le dise … !

Bravo et Merci [**Anne Sinclair*] !
Bravo et Merci [**France 3*] !

[**Pierre-Alain Lévy*]


**L’intégrité de cette émission, soit 2h 26 de plaisir, est accessible en replay sur*] [ France 3 (cliquer)


*Contact *] : [redaction@wukali.com
WUKALI 07/01/2017
Illustration de l’entête: capture d’écran France 3

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus