Paul Éluard est avec Guillaume Apollinaire un des plus grands amoureux-poètes du 20ème siècle. L’un et l’autre à des périodes différentes ont connu les affres des temps et de la guerre. Leurs poésies nous offrent des chemins de tendresse, ils ont été des vigies sensibles aux mouvements des idées et de l’art.


[**- La Terre est bleue*]

La terre est bleue comme une orange
Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s’entendre
Les fous et les amours
Elle sa bouche d’alliance
Tous les secrets tous les sourires
Et quels vêtements d’indulgence
À la croire toute nue.

Les guêpes fleurissent vert
L’aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.
Oeil de sourd
Faites mon portait.
Il se modifiera pour remplir tous les vides.
Faites mon portrait sans bruit, seul le silence,
A moins que – s’il – sauf – excepté –
Je ne vous entends pas.

Il s’agit, il ne s’agit plus.
Je voudrais ressembler –
Fâcheuse coïncidence, entre autres grandes affaires.
Sans fatigue, têtes nouées
Aux mains de mon activité.

[**Paul Éluard*] (1895-1952)
in L’Amour la Poésie


*Contact *] : [redaction@wukali.com
WUKALI 31/12/2016
Illustration de l’entête: Nusch et Paul Éluard. photo Dora Maar

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus