Political analysis about France six month before Presidential election


En France nous vivons de symboles et d’images d’Épinal, cela souvent nous empêche de penser. On installe un buste d'[**Olympe de Gouges*] dans la salle des quatre colonnes de l’Assemblée Nationale, il était grand temps qu’une femme soit ainsi honorée dans ce cénacle machiste.

A se pencher sur sa biographie ( elle fut guillotinée pendant la Terreur) on découvre qu’« Olympe de Gouges a fait la promotion continue des droits civils et politiques au féminin, que ce soit dans ses brochures politiques ou dans son théâtre engagé. Dans une de ses pièces, elle stigmatise la prise de voile forcée des jeunes filles sans dot, usage fréquent dans la France d’Ancien régime ; dans une autre, elle revendique une loi sur le divorce si nécessaire, selon elle, pour permettre aux femmes maltraitées d’échapper à leur bourreau domestique ; dans son roman «Le prince philosophe», elle insiste sur l’importance de l’éducation » comme le souligne [**Olivier Blanc*], historien. Les mêmes combats pour la liberté et l’émancipation sont toujours à reprendre. Qui ne peut voir dans les luttes qui furent siennes des convergences avec les débats d’aujourd’hui quand l’esprit régressif progresse, que les droits de la femme sont menacés et que les repères se diluent dans le maelström de l’information et de la manipulation !

Assemblée d’hommes, de mâles, de mecs l’Assemblée Nationale ? Nul doute! Il suffit de regarder les bancs de l’Hémicycle le jour de la séance des questions au Gouvernement diffusée à la télévision pour s’en convaincre ! Chacun sait, le pouvoir s’exprime par des symboles, par des mots porteurs, par des gestes, par des postures, par des élans lyriques parfois, et les idées « révolutionnaires » c ‘est à dire celles qui percutent le consensus mou de la société et transforment durablement celle-ci, mettent bien longtemps à triompher du «réel», à percoler dans l’inconscient collectif et apparaître un jour comme d’évidence. L’échelle du temps est en général de l’ordre d’une génération, c ‘est-à-dire une vingtaine d’années, l’intervalle nécessaire pour qu’une classe d’âge succède à la précédente, c ‘est aussi bête que cela! Ce phénomène d ‘ailleurs englobe l’ensemble des activités humaines, les modes, les styles ( et tout particulièrement ce qui a trait à l’art) se succèdent et s’annulent en donnant l’apparence faussée d’un parfait continuum, d’un mouvement lisse et sans aspérités, quelle erreur ! Notre cerveau reptilien pèse lourd dans nos décisions !

L’on aura alors oublié toutes les guérillas, les pressions populaires d’où qu’elles viennent, les réactions conservatrices d’un camp politique voire d’un autre opposé, les manipulations, la langue de bois en action et la désinformation. Nul besoin me semble-t-il de donner des exemples, un simple regard sur les sommaires de nos journaux ou dans les actualités télévisées en rend compte ! Qui n’a vu récemment par exemple les cohortes processionnaires de La Manif pour tous qui donnent de la voix ou les opposants rancis à la loi Veil

. Il nous appartient donc d’être vigilant pour affirmer nos valeurs, celles de la démocratie et du débat parlementaire et de notre laïcité clef de voûte, de toute l’architecture de notre république et il ne s’agit certes pas que de mots!

Les droits de l’homme, les droits de la femme aussi serais-je tenté d’ajouter sans vouloir rentrer sur une définition du genre, c’est à dire ce fond de valeurs en réalité de nature fort ancienne mais qui a triomphé au siècle des Lumières constitue la pierre d’achoppement sur laquelle les ennemis du progrès se retrouvent pour les combattre. Ils se répartissent aujourd’hui en deux fractions: d’une part les réactionnaires qui fondent l’extrême-droite structurante ( naguère du GRECE ou du Club de l’Horloge , du Front National, d’Alain Soral et de ses comparses) et de l’autre l’Islamisme, tous ces courants qui se retrouvent dans une interprétation combattive et peu amène du Coran, le salafisme, les Frères Musulmans

avec ce bon Tarik Ramadan, nul besoin d’en rajouter !

Qu’on y prenne garde, la menace n ‘est pas toujours là où on la croit dressée. Le populisme n’épargne aucune démocratie, et l’on entend même en [**France*] des candidats névrosés et auto proclamés à l’élection présidentielle revendiquer un usage du référendum populaire et plébiscitaire qui se moque comme d’une guigne de l’expression même de la démocratie que représente la désignation parlementaire, faisant faut-il ainsi l’observer, la courte échelle au Front National !

Si l’on s’intéresse à ce qui se passe dans la campagne pour l’élection présidentielle américaine, on ne peut qu’être effrayé. [**Donald Trump*], un bateleur de foire habitué des plateaux de télévision et des salles de catch a submergé l’«establishment» du parti républicain et caracole dans des proportions inquiétantes dans les sondages talonnant la candidate démocrate. Heureusement au demeurant qu’il est lui-même son plus parfait ennemi ( absence de déclaration d’impôts, discours sexistes récurrents, racistes, propos désastreux en matière de diplomatie, ou ses insultes face à[** Hillary Clinton*] « nasty woman » ). N’empêche!

C’est la débâcle intellectuelle, «ils ne mourraient pas tous , mais tous étaient frappés», comme disait le bon [**La Fontaine*].

Comme des glaçons erratiques naviguant au gré des flots et menaçant la navigation, le lien social, la pensée est éclatée et offerte au plus vendeur. Un marché de gré à gré où tout est négociable, les idées comme les bovins sur le foirail s’offrant aux plus madrés, aux plus pervers. Tout est égal à tout et l’absence d’un corpus consistant du savoir ( ce qui s’appelle aussi la culture générale) lié aux démissions successives du pouvoir et de l’éducation nous ont conduit au bord du gouffre. La pensée est aujourd’hui orpheline, la culture risque de n’être plus que maraîchère !

Voila un an les massacres commis en France par les islamistes ont semblé un temps avoir un effet cathartique sur nos concitoyens. Hélas après les scandaleux discours juste prononcés au lendemain de l’attentat de Nice, la voie royale si j’ose dire, est offerte au parti lepéniste.

Rien dans les discours de ceux qui se prétendent investis à droite pour obtenir l’onction du suffrage universel de mai 2017 n’apporte de réponse. Bien au contraire et comme le signalait à juste titre [**Jean d’Ormesson*], «le meilleur d’entre nous»comme le qualifiait [**Jacques Chirac*], maire de Paris, n ‘a jamais brillé par sa capacité de prospective politique. Qui ne se souvient de [**Thomson*] qu’il estimait alors qu’il était Premier ministre ne pas même valoir le Franc symbolique de rachat ! Les mois qui suivirent lui donnèrent tout fait tort ! Je n’aurais la cruauté de parler des autres

Quant à la gauche, les ambitieux, les intellectuels frustrés en mal de reconnaissance, les seconds couteaux, les démagogues, se pressent au portillon. La science politique devrait les conduire à plus de retenue! Chacun se rappelle les résultats catastrophiques de l’élection de 2002. Il n ‘est pas bon depuis le congrès de Tours de se déclarer social-démocrate en France et le chef de l’état en a fait les frais !

[**Jaurès*] pourtant, et il sert de modèle à bien des donneurs de leçon, çà fait bien et «gauche», disait dans le fameux discours à la jeunesse ( Albi 1903) : «[**Le courage, c’est d’aller à l ‘idéal et de comprendre le réel*]». Si la phrase est belle et exemplaire elle est incantatoire, en France en tous cas où l’esprit de consensus n’existe pas, où il faut s’affronter dans l’arène politique en permanence dans des joutes manichéennes incapables d’analyser la société d’aujourd’hui dans tous ses formats, toutes ses multiples composantes, civilisationnelles et internationales notamment, et le plus grave, sans prospective aucune !

Oui mais voilà comme le chantait jadis [**Guy Béart*], [**«Le premier qui dit la vérité doit être exécuté…»*] .

Rien n’est simple et binaire et tout se complexifie avec les différentes crises qui se succèdent, économiques et politiques, et les conflits et les guerres qui secouent la planète. Les Britanniques ont fait le pari stupide du[** Brexit*]. Mis à part les touristes qui pour l’instant se font plaisir en pratiquant le shopping dans les rues de[** Londres*], les grandes entreprises et les sociétés installées autour de la [**City*] préparent déjà leur déménagement.

Alors six mois nous séparent de l’échéance présidentielle, tout et le contraire de tout est dit et le café du commerce pérore sur Facebook.

«Les Français sont le peuple le plus intelligent de la terre», disait [**Voltaire*]. Il leur appartient désormais de le démontrer…

[**Pierre-Alain Lévy*]


WUKALI

27/10/2016
*Courrier des lecteurs *] : [redaction@wukali.com

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus