It’s tough and sometimes boring to have to read such so-called thrillers !


Nous avons tous dans nos bibliothèques un rayonnage réservé aux « romans de gare  », ces romans lus en vitesse et qui une fois rangés sont vite oubliés. [**Double JE*] de [**Jean-Francois Prè*], en fait indéniablement partie. Un roman policier, d’espionnage, de science-fiction dont l’action se passe à notre époque.

Une belle et sexy avocate, Laurence Friedman, s’allie avec son ami le commissaire à la retraite Georges Langsamer pour déjouer un complot dont le responsable est le patron d’une multinationale pétrolière se croyant au dessus de toutes les lois. Ils arrivent sans mal à surmonter le piège que représente les frères Tredennis, des jumeaux monozygotes : Nestor, le gentil professeur d’anglais, naïf et totalement sous la coupe de Marc le truand quelque peu obsédé sexuel.

Argent, pouvoirs occultes, tout y est, même les Francs-maçons. Indéniablement [**Jean-François Prè*] partage tous les fantasmes contre la Franc-maçonnerie. Il suffit de lire l’action de la loge Isis, ce qui est certain c’est que jamais elle ne pourrait se réunir au sein du [**Grand Orient de France*] (cela ferait longtemps vu son fonctionnement qu’elle aurait été dissoute). Il y a un vieux fantasme entre la Franc-maçonnerie et la pseudo [**Loge P4*] et ses liens avec la [**banque Ambrosiano*]. Vieille histoire que l’on retrouve sans mal en filigrane dans ce roman. Et je ne parle pas du fantasme selon lequel la Franc-maçonnerie est prête à tout pour aboutir à l’amélioration de l’humanité, même le massacre de milliers d’innocents. Certes [**Grafton*] était Franc-maçon, mais l’eugénisme est combattu depuis longtemps par les Francs-maçons.

Et que dire d’un pape et d’une église catholique pour qui être chrétien et Franc-maçon est un gage d’honnêteté, c’est vite oublier que tous les Francs-maçons sont excommuniés.

Des absurdités, il y en a d’autres, surtout au niveau de la police et de la procédure : un commissaire divisionnaire qui confie un carnet qui devrait être mis sous scellés même à un de ses amis, ça n’existe pas, il serait immédiatement radié des cadres. Je ne vais même pas parler du fonctionnement de la police : les Renseignements Généraux ne sont pas un fantasmagorique service du contrôle du renseignement territorial, la simple lecture des journaux nous apprend que la nouvelle appellation est Sous direction du renseignement territorial. Mais cela n’est rien par rapport à une autre absurdité : il est strictement impossible qu’un commandant de police puisse de chez lui avoir accès aux fichiers de la direction générale de la sécurité intérieure. Un commandant ne peut avoir accès à tout ce fichier, et pour des raisons évidentes de sécurité informatique, il ne peut le consulter qu’à son bureau, jamais de son domicile.

Que dire du style ? Jean-François Prè est un ancien journaliste de [**TF1*] et du [**Parisien*] et il sait écrire, rien à dire. A titre très personnel, je n’apprécie pas particulièrement la débauche d’argot ou de parlé populaire : un sexe masculin est Popaul, la police : la maison poulaga, « elle est chouette sa maison à la con », « elle y est allé pedibus », etc. N’est pas [**Frédéric Dard*] qui veut…

Un vrai roman de gare, je persiste et je signe !

[**Émile Cougut*]


[**Double JE
Jean-Francois Prè*]
Eaux Troubles éditions. 18€


WUKALI 24/10/2016
*Courrier des lecteurs *] : [redaction@wukali.com

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus