When middle age love strikes… a pleasant novel !


Julien Lefèvre n’aime pas les voyages et pourtant régulièrement il prend le train entre Paris et Avignon pour rejoindre son épouse dans leur maison dans les Alpilles. Julien Lefèvre est un égoïste quelque peu pleurnichard pas particulièrement sympathique. Les deux enfants sont grands et sont partis du giron familial pour vivre leurs destins ; lui écrit : pour le cinéma, pour la télévision et même de la fiction, d’ailleurs son dernier roman vient de paraître et son faible succès fait penser à l’auteur que ce n’est pas celui-là qui lui permettra d’obtenir le prix Nobel de littérature. En plus, voire surtout si on veut comprendre la personnalité du personnage principal de ce roman, Julien Lefèvre est tout le temps malade : sciatique, allergies multiples et diverses, goutte et j’en passe aussi se promène-t-il toujours avec sa poche de médicaments dont il fait une consommation permettant de gras dividendes aux actionnaires des usines pharmaceutiques. En plus, il est rempli d’angoisses, il passe son temps, en outre à vérifier que les portes, portières de voiture sont bien fermées. Un homme ronchon, insatisfait de ce qu’il est devenu.

Et puis un jour dans le train qui le mène dans le sud, devant lui une jeune femme aux yeux cernés s’installe, s’endort ce qui lui permet d’admirer ses seins, non retenus dans un soutien-gorge. Pour la remercier il lui offre un café au wagon bar et si charmé par la plastique de sa voisine, lui le parfait maniaque, se trompe de valises. A sa décharge, la standardisation des bagages, fait que l’inconnue avait exactement le même bagage. Nettement moins victime de ses angoisses, il part à la recherche de la belle inconnue pour récupérer son bien et lui restituer le sien. Sans grande surprise, commence une liaison torride. Lucien Lefèvre est moins malade, moins angoissé, mais pris dans ce bonheur inattendu, il se ferme à son entourage propre qui lui évolue et pas toujours dans ce qu’il croit être acquis.

[**Méfiez-vous des femmes aux yeux cernés*] est un bon livre, bien écrit, sur le démon de midi, sur les élans de cœur que certains vivent à la veille de la vieillesse. Au niveau du thème, rien de neuf, au niveau de son traitement, un moment de lecture agréable.

[**Émile Cougut*]


[**Méfiez-vous des femmes aux yeux cernés
Daniel Janneau*]
Fauves édition. 18€

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus