So moving, so many beauties, such a tremendous choregrapher and beautiful dancers


Reprenant la trame d’un conte chinois, « La Fresque » signe le retour d'[**Angelin Preljocaj*] à l’exploration des contes. Une histoire incroyable, fantasmagorique, des décors et des vidéos qui sont de véritables tableaux, poétiques et féériques, de superbes costumes d’[**Azzedine Alaïa*], et une musique qui épouse parfaitement la danse, signée [**Nicolas Godin.*]

Une musique qui se déploie dans des rythmes ondulants ou saccadés quand les cheveux tournoient en une farandole de longues mèches ; une musique qui se fait pulsations, respirations, quand les corps amoureux se rapprochent. Musique et danses toutes en volutes sur fond galactique, pour plonger les spectateurs dans un monde fantastique ; Musique avec des guitares rock, des synthés, des saxophones ou encore des violons, pour sublimer les danses en ombres chinoises ou les pas-de-deux, entre sensualité et exotisme.

Le chorégraphe a eu cette belle idée de reprendre le canevas d’un conte chinois. Une incursion dans le fantastique et l’insolite qui lui a permis de créer cette fresque dans un mariage d’ influences qui porte sa signature.

L’histoire est celle de deux voyageurs qui se promènent dans la montage. Ils rencontrent un moine qui décide de les emmener dans son monastère pour leur faire découvrir une fresque magnifique. Une composition toute en harmonie de tons, de couleurs, de lumières… Ils sont fascinés par tant de beauté. L’un des personnages de la fresque est une femme, cheveux noir de jais, dénoués. Le rôle est tenu par [**Yuré Tsugawa*], sublime danseuse, (déjà l’héroïne de Blanche Neige ou Roméo et Juliette). Les cheveux dénoués signifie en [**Chine*] qu’elle est libre, sans époux. Sous le charme, l’un des voyageurs, [**Jean-Charles Jousni*], (déjà son Prince dans Blanche Neige et son Roméo) se sent transporté, au sens propre comme au figuré, puisque voilà qu’il culbute de l’autre côté du tableau. Il se retrouve à l’intérieur de la fresque, avec tous les personnages qui animent la scène… Il se glisse dans l’œuvre, et nous, spectateurs, vivons des moments de grâce, dans cette succession de tableaux si différents les uns des autres qui nous parlent de cette vie, « ailleurs ». De magnifiques trouvailles qui nous laissent rêveurs. Les cheveux jouent un rôle à part entière. Ils s’envolent, se tressent, se balancent, dessinent des arabesques sur un fond noir, décor mouvant de cheveux bouclés balayés par le vent. On peut y voir des méduses qui dérivent, flottent, dans une danse voluptueuse. Ces tableaux nous conduisent au mariage. Des jeunes femmes saisissent des mèches de la jeune fiancée, dansent, en manège autour d’elle, dans un moment de pure poésie. Une fois noués en chignon, ils scellent l’alliance. L’aventure dure des années… des années de grâce et de pur bonheur, jusqu’à ce jour terrible où le jeune marié passe de l’autre côté du mur… de l’autre côté de la fresque, chassé par des guerriers, il glisse dans le présent et retrouve son compagnon de route.

Mais où étais-tu ? Cela fait un quart d’heure que l’on te cherche ! est-il écrit dans le conte. Le voyageur désorienté, regarde de nouveau la fresque devant lui et découvre le tableau, tel qu’il était « avant ». La jeune femme, son épouse, a repris la pause. L’a-t-elle jamais quittée ? Le petit groupe est figé, prisonnier de la fresque. Son épouse est bien là, mais un détail a changé : ses cheveux sont noués… symbole des femmes mariées. De toute évidence, Il s’est passé quelque chose d’extraordinaire.

Avec cette nouvelle création, [**Angelin Preljocaj*] a encore une subjugué son public. Cette dernière création d’Angelin Preljocaj a été jouée au Grand Théâtre d’Aix-en- Provence du 20 au 24 Septembre. Il a su créer des tableaux fabuleux autour d’un thème qui lui est cher : Le conte. Le chorégraphe possède un sens du fantastique hors du commun. Et ses danseurs de le suivre, jusqu’au bout du rêve.

Existe-t-il un passage secret qui permette d’accéder à l’essence d’une image qui nous fascine ? Interroge Angelin Preljocaj.

[**OUI*], et nous l’avons emprunté, grâce à vous. [**Merci !*]

[**Pétra Wauters*]


Les Danseurs :
[**Clara Freschel, Nuriya Nagimova, Nagisa Shirai, Anna Tatarova, Yurié Tsugawa, Sergi Amoros Aparicio, Marius Delcourt, Antoine Dubois,*]

Calendrier de la tournée
Grand Théâtre de Provence, Comédie de Valence du 12 au 14 octobre 2016

Théâtre de l’Olivier, Istres, 16 octobre 2016

Théâtre National de Bucarest (Roumanie)
Dans le cadre du FNT 21 et 22 octobre 2016


WUKALI 01/10/2016
*Courrier des lecteurs *] : [redaction@wukali.com
Crédit photos: © Jean-Claude Carbonne

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus