Edmond was a donkey, a social tale


Edmond est un personnage hors du commun, un mari aimant, un employé modèle, discret, ne rechignant pas à la tâche, travaillant sans relâche ce qui suscite les moqueries et les quolibets de ses collègues. Un jour deux d’entre eux le coiffent d’un bonnet d’âne. Edmond garde cette coiffe d’aliénation sur sa tête, c’est le début d’un processus, il est autre, peu à peu il change et se prend pour un âne. Il est interné dans un hôpital psychiatrique au contact de malades qui souffrent et vivent dans d’autres mondes… Une fable, un regard sur notre société peut-être


Une histoire justement mise en images par Franck Dion dont nous avons déjà vu dans notre rubrique hebdomadaire différents aspects de son talent. On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui, ici en l occurence on peut mélanger fiction et réel, observation sociale et rêverie, une observation kafkaïenne, un univers angoissant, écrasant même comme cette histoire d’ascenseur que l’on mentionne dans ce film, un regard sur soi et sur les autres et une part de mystère. C’est aussi cela une oeuvre ! C’est une co-production Papy3d/Onf Nfb/Arte France – 2012. Ce film a été distingué dans nombre de grands festivals et notamment à Annecy en 2012 où il a obtenu le Prix Spécial du Jury, il a été nommé meilleur film d’animation des Césars 2013 et a obtenu le Bravo!FACT Award à Toronto la même année.

Pierre-Alain Lévy


WUKALI 10/09/2016
*Courrier des lecteurs *] : [redaction@wukali.com

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus