Chinese challenge in scientific matters


La Chine vient très largement de passer en tête des fabricants de superordinateurs à grande puissance, c’est ce que révèle la presse chinoise. Le Sunway TaihuLight ( c’est son nom) a une puissance pour traiter 93 Petaflops opérations à la seconde ( un Petraflop = un million de milliards ). Il distance d’une vitesse de près de trois fois supérieure le précédent superordinateur également chinois le Tianhe-2. Ces deux superordinateurs sont en tête devant les Américains

Le TaihuLight comprend 41.000 puces chacune avec 260 processeurs soit 10.65 millions de processeurs comparés avec les 560.000 de la machine américaine la plus performante. Sur le plan de sa consommation énergétique il est aussi moins gourmand avec 15.3 mégawatts soit 17,8 mégawatts de moins que le Tianhe-2

Hors les spécialistes du domaine, ce qu’il faut toutefois noter c’est que les pièces de cet ordinateur sont de conception et de fabrication chinoises tout comme son architecture informatique à la différence du Tianhe-2 qui utilisait des pièces américaines. Rappelons qu’en 2015, l’administration américaine avait mis son veto à l’exportation vers la Chine de puces de hautes performances au motif que le Tianhe-1A avait été «utilisé pour la mise au point d’essais nucléaires».

Il est utile de préciser que ces superordinateurs sont utilisés dans maints domaines allant de la défense à la prévision météorologique, de la création industrielle au design technique ou la cyber sécurité. La France possède plusieurs de ces superordinateurs qui servent dans les domaines de la production industrielle, de la simulation nucléaire, de la recherche, de la prévision météo par exemple ou comme outil de recherche et d’étude à l’École Polytechnique à Palaiseau.

En 2001, la Chine ne disposait pas de superordinateurs dans les 500 recensés au monde. Aujourd’hui elle en comptabilise 167 soit légèrement plus que les Américains qui en annoncent 165.

Pour le professeur Depei Qian de l’université de Beihang 北京航空航天大学 (Pékin), directeur du programme 863 计划 (un programme initialement conçu à l’époque de Deng Xiao Ping pour rattraper le retard technologique chinois sur les pays occidentaux et régulièrement depuis réactivé et adapté), «c’est une pierre qui marque l’histoire».

Il faut toutefois signaler que les États-Unis, le Japon et l’Europe sont de loin en avance quant aux applications adaptées pour ces supercalculateurs. Faut-il aussi ajouter comme le fait savoir le professeur Quian, que dans la liste de ces super-ordinateurs chinois certains ne sont pas stricto sensu des superordinateurs mais davantage des systèmes de centre de gestion d’information (data centers) et qui ne sont pas répertoriés ipso facto dans les inventaires américains ou japonais.

En juillet 2015, le Président Obama a entériné une décision pour mettre au point un ordinateur 10 fois plus rapide que le Sunway TaihuLight, Le Département américain de l’énergie a dores et déjà alloué une subvention de 522 millions $ pour construire 3 superordinateurs d’une puissance supérieure à 100 petaflops/ s et qui devraient être opérationnels aux alentours de 2018.

Norbert Goldschmidt pour l’adaptation


WUKALI Première parution 22/06/2016
*Courrier des lecteurs *] : [redaction@wukali.com

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus