A Lost Paradise planted with plane trees along French roads in the countryside. Tenderness and natural poetry


Publié aux éditions du Rocher, un livre généreux de[** Christian Laborde*], nourri d’humanisme et de tendresse pour la nature. Tom, jeune homme quelque peu « désocialisé », est le chanteur d’un groupe de musique qui vit « au jour le jour », logeant chez ses amis, travaillant quand il en a envie. Cette vie lui convient, sa mère est décédée, les liens avec son père sont plus que distendus. Jusqu’à ce matin où un appel téléphonique lui apprend le décès de son grand-père. Il emprunte la voiture de Bébert et descend à Lumac, dont rien que la consonance nous fait situer ce village dans le sud-ouest. Il a pour coéquipière (qui s’est imposée) Joy, gentille prostituée amoureuse de lui.

Dans ce voyage tout son passé qui lui revient avec ce grand-père et sa grand mère qui l’ont élevé et bien des questionnements se posent alors. Les réponses il va les avoir à Lumac, grâce au maire du village et surtout grâce à Joy qui lui montre que l’on peut surmonter même les pires épreuves pour regarder vers l’avenir. Bien sûr il y a des épreuves, dont certaines sont très dures, car elle nous obligent à commettre des actes que naturellement nous refusons de faire. L’amour, l’empathie de Joy va permettre à Tom d’assumer, d’apprécier son passé et de se projeter vers l’avenir. Mais n’est-ce pas le vrai héritage de ce grand-père si mystérieux.

Si je peux donner ne serait-ce qu’une raison de lire Le sérieux bienveillant des platanes ce sont les deux pages qui constituent une ode, un acte d’amour pour les platanes en particulier et les arbres en général. C’est toute une philosophie de vie autour de la nature que développe[** Christian Laborde *] qui n’est pas sans faire passer au magnifique livre La douceur de l’ombre [**d’Alain Corbin*]. Il n’est pas nécessaire comme moi d’être originaire du sud-ouest pour apprécier les longues allées de platanes qui bordent, enfin hélas qui bordaient, les routes. Il y en a de moins en moins car les platanes sont dangereux. Promenez-vous dans le Gers et vous verrez des panneaux « arbres » car il est bien connu que le platane gersois à la particularité de se précipiter sur les voitures surtout quand le conducteur est ivre (sic mais, hélas, réel). Les routes bordées d’arbres, héritage d’Henri II nous plongent non seulement dans la fraîcheur l’été, mais dans un espace spatio temporel qui n’est pas l’habituel, une vision de la grandeur des problèmes essentiels de la vie qui relativise grandement nos petits problèmes quotidiens. C’est ce que le grand-père de Tom avait compris et qu’il lègue à son petit fils.

Tout cela pour dire qu’il faut lire ce petit livre, quasiment une longue nouvelle pour non seulement passer un très bon moment de lecture mais réfléchir à la majesté des arbres.

Émile Cougut


Le sérieux beinveillant des platanes
Christian Laborde

éditions du Rocher. 19€


WUKALI 30 /07/2016
*Courrier des lecteurs *] : [redaction@wukali.com

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus