Such an exciting fiction, some sort of detective story in medieval Ireland !


Les éditions 10/18 nous régalent avec ce dernier ouvrage de Peter Tremayne, il faut connaître les aventures de sœur Fidelma, sœur du roi de Numa (actuellement Munster en Irlande) Golgu Mac Failbe Flaind (qui a réellement existé) dans cette Irlande du VII siècle.

Les éditions 10/18 ont déjà publié dans leur collection « Grands détectives » 26 romans écrits par Peter Tremayne (pseudonyme de Peter Berresford Ellis, journaliste et romancier anglais) ayant cette héroïne pour le moins originale comme personnage principale.

Ceux qui ont lu et apprécié cette collection, connaissent le juge Ty, Amérotké, Hugh Corbett, frère Cadfeald, Nicolas le Floch et tant d’autres personnages évoluant à des époques différentes. Ce qui peut rebuter certains lecteurs, c’est le côté « romans policier » de ces séries. Mais ils se trompent ! Bien sûr, il y a une intrigue policière (généralement un meurtre et le héros qui finit après diverses péripéties à trouver le coupable), mais celle-ci n’est de fait que très accessoire, de fait une « technique d’écriture » pour rendre la lecture plaisante, moins descriptive que certains romans historiques dans lesquels les auteurs étalent à longueur de pages les us et coutumes de l’époque décrite. Pour les vrais amateurs de romans policier certaines intrigues sont « faibles », mais le plus souvent, comme dans les premiers Pennac (souvenez vous du Au bonheur des ogres ou à La fée Carabine) de l’extraordinaire Les orpailleurs du regretté Thierry Jonquet ou encore d’Élisabeth Georges voire Minette Walter, le lecteur ne suit pas l’intrigue, l’oublie parfois, tant son attention est prise par le cadre historique dans lequel elle se déroule. Bien sûr, les spécialistes de telle ou telle époque vont trouver des erreurs. Mais soyons sincères, même s’il y en a, elles sont rares, tous les auteurs publiés chez 10/18 ont une solide culture historique et une très bonne connaissance de l ‘époque qu’ils décrivent. Et puis rien n’interdit tout un chacun d’approfondir le savoir donné dans un de ces romans. Mon ami Félix Delmas est devenu un bon connaisseur des guerres de religion et des Valois après, se plait-il à répéter, la lecture de La Reine Margot, de La Dame de Moncereau et autre Les Quarante- cinq d’Alexandre Dumas.

Donc parmi les héros de la collection « Les grands détectives » se trouve sœur Fidelma qui vit en Irlande au VII siècle. C’est un dépaysement total et surtout une période de l’histoire que l’on connaît mal. L’Irlande est devenue chrétienne depuis une centaine d’années, ce qui fait que même si le pays est rempli de monastères, églises et autres lieux de méditation, il n’en demeure pas moins que les anciennes croyances paiennes, les druides sont encore très présents tout au moins dans la culture populaire. Et il s’agit en plus de l’église d’Irlande qui n’est pas exactement la même que celle de Rome d’où des conflits théologiques constants pour savoir celle qui doit être pratiquée sur le sol irlandais : les monastères doivent ils restés mixtes ? Comment doivent être tonsurés les moines ? Les religieux peuvent-ils se mariés ? Fidelma, religieuse se marie avec un moine angle, qui plus est converti dans son adolescence au contact d’un frère irlandais, Eadulf (ils ont un fils ensemble Aichu) qui partage une grande partie des aventures de son épouse.

Mais en plus l’organisation politique et sociale est vraiment une découverte : l’Irlande est divisée en 5 royaumes avec au sommet le Haut roi. La succession n’est pas par ordre de progéniture mâle, mais chaque roi choisit un vice roi qui est appelé à lui succéder à condition que l’assemblée du clan le décide. C’est le plus brave, le plus performant qui monte sur le trône. Mais surtout, là ou bien des lieux communs tombent est la place des femmes dans cette société. Soit, elles ne peuvent faire la guerre, mais elles ont une grande liberté, égale à celles des hommes, il y a plus de 14 sortes de divorces et l’homme violent est durement condamné. Et que dire du mariage qui se décline de plusieurs façon dont une plus qu’originale : le mariage à l’essai : au bout d’un an, si les époux ne s’entendent plus ils se séparent comme s’ils n’avaient jamais été mariés ! Tout cela est permis par un système juridique très développé qui prévoit quasiment tous les événements du quotidien, il y a même une législation sur les routes et les chemins. Qui dit système juridique implique un système judiciaire lui aussi précis dans le quel ce qui est importe est la vérité basée sur des faits et non des spéculations. La preuve matérielle a une énorme importance . Les juges sont des bréhons reconnus par leurs connaissances de cette législation et leur « objectivité ». Ils sont au sommet de la hiérarchie sociale avec les rois et les évêques. Juste en dessous se trouvent les anruth. C’est un grade qui récompense les 5 années d’étude pour l’obtenir. C’est celui qu’a obtenu Fidelma, car une femme pouvait non seulement poursuivre des études mais aussi exercer. D’ailleurs elle est dalaigh c’est à dire avocat et juge d’instruction. Cette fonction lui donne des droits importants pour obtenir la manifestation de la vérité. Et elle sait s’imposer dans cette quête et en tant que sœur du roi et en tant que dalaigh.

Le dernier opus de cette série La confrérie du corbeau est un magnifique résumé de toute cette culture, des luttes intestines qui transpercent cette société. Fidelma et Eadulf essaient d’élucider un double empoisonnement et vont se trouver en butte avec un mari violent, des membres d’une secte qui veulent restaurer la religion druidique, etc. Tout ce qui fait la qualité des enquêtes de Fidelma.

En Grande Bretagne, le travail de Peter Temayne connaît un immense sucés, tout un travail universitaire autour de la société irlandaise du début du Moyen-âge se développe, des colloques ont lieux, des sites « savants » sur la toiles se développent.
Un journaliste, un écrivain qui est attiré par une période du passé de son pays, un vrai talent d’écriture et de transmetteur permet de mieux appréhender une culture qui à bien des égards était bien plus égalitaire et développé que la nôtre. Plus violente aussi, mais avec une idée du droit et de l’intérêt « de la société », que nous devrions un peu plus méditer et partager.

Émile Cougut

La confrérie du corbeau
Peter Tremayne
éditions 10/18. 14€90


WUKALI 01/07/2016
*Courrier des lecteurs *] : [redaction@wukali.com

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus