We’ just loved it ! Such a humorous and funny title… !



Candice Bushnell
a bien du talent, nous avions aimé Sex and the city, nous avons adoré En finir avec Monica . Que la vie est difficile quand on est une femme riche,célèbre dans la quarantaine. Soit, il y a des moments agréables avec les copines toutes aussi superficielles les unes que les autres, les fêtes très alcoolisées (essentiellement avec du champagne rosé), la drogue (la cocaïne est si facile à sniffer), le sexe avec une série indéterminée d’amants. S’il n’y avait que ça, la vie de Pandy Wallis lui serait douce. Mais, auteur de romans à succès pour le public, au privé victime d’un mariage raté, sa vie est un galère infernale. Depuis toujours, Pandy voulait être écrivain, un écrivain qui fait de la « littérature » et maintenant qu’elle a réussi à faire un livre sur son ancêtre Lady Wallis, femme forte et indépendante de la fin du XVIII siècle qui immigra aux États Unis, malgré les efforts d’Henry, son agent, il est refusé. En plus ce rejet des éditeurs arrive au plus mauvais moment pour elle : pour pouvoir divorcer de Johnny, elle a accepté de lui laisser toute sa fortune. Pandy est une victime, victime de deux personnes : d’elle-même à travers son héroïne, Monica, et du beau Johnny, un pervers très très narcissique, dont le seul attrait est sa technique au niveau sexuel (spécialiste de la baise debout) qui ne s’est marié avec elle que pour son argent. Malgré tout le mal qu’on lui avait dit sur lui, Pandy est tombée amoureuse avant de se rendre compte que derrière une belle façade physique, il n’était qu’un petit escroc qui vit à ses crochets.

Mais elle ne l’aurait pas rencontré si elle n’avait pas créé le personnage de Monica qui est vite devenu le symbole de la femme « libre » et indépendante de ce début de millénaire. Pandy a du mal à savoir qui est qui : est-elle Pandy ou est-elle Monica ? Monica n’est-elle pas la partie fantasmée, rêvée de Pandy ? Et puis, il y a aussi SondraBeth, une actrice qui devient célèbre du jour au lendemain quand elle joua le rôle de Monica et qui est tellement dans le personnage qu’elle devient Monica dans la vie. Pandy et SondraBeth furent les meilleurs amies du monde jusqu’à une histoire d’homme « partagé » (au lit) mette fin à cette histoire.

Pandy veut ne plus être perçue que comme l’auteur de Monica, elle veut en finir avec elle qui est la cause principale des échecs de sa vie privée. Une série de circonstances vont l’aider à « tuer » Monica. Pour y arriver, elle devra se réconcilier avec son ex-meilleure amie qui elle aussi veut vivre sa vie et non celle de Monica. Elle sera aidée par ses « anges gardiens », sa petite sœur Hellenor, sorte d’arlésienne qui habite à Amsterdam et surtout son agent Henry qui s’avère n’être pas exactement celui que tout un chacun croit qu’il est. Cerise sur le gâteau, elle arrivera à se débarrasser définitivement de Johnny.

On peut lire En finir avec Monica comme une satire du monde des célébrités ou l’apparence, le superficiel, l’argent sont bien plus importants que la vérité, que le fond, que la personnalité de chacun. Tout le monde joue un rôle dans la vie quotidienne, mais dans l’univers de Pandy, les masques sont bien plus incrustés dans le visage que dans le monde « normal ». On plaint parfois Pandy, mais le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle adore le superficiel, sa vie est avant tout basée sur le carpe diem le plus mal compris : elle consomme (alcool, sexe) sans modération, sans vraiment s’inquiéter de la conséquence de ses actes. Ce qui la « sauve » c’est que pour arriver à la célébrité, bien que née avec une cuillère tout au moins en métal argenté, elle a du travailler et porte en elle un secret qui ne la « fait pas déraper ».

On peut lire En finir avec Monica aussi comme un roman féministe, les hommes en prennent pour leur grade, sauf Henry, tous obsédés par le sexe, l’argent ou leur ego, les victimes étant les femmes qui sont exploitées par eux. Il n’y a qu’au niveau du sexe ou la femme peut dominer, encore faut il qu’elle ne soit pas aveuglée par l’amour.

Vous avez aimé Sex and the City ? Savez vous qu’avant d’être la sérié télévisuelle et un ou deux films, c’est d’abord un livre de Candace Bushnell ? De fait, peu importe que vous le sachiez ou pas. Donc si vous avez aimé Sex and the City et si vous ne l’avez pas lu, pour passer un très bon moment à la plage, achetez et Sex and the City, et En finir avec Monica, détente assurée !

Émile Cougut


En finir avec Monica
Candace Bushnell

éditions Albin Michel. 20€90


WUKALI 17/06/2016
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus