A sensitive animal photographer


«Quand un vicomte rencontre un autre vicomte, qu’est ce qu’ils se racontent, des histoires de vicomte…» vous connaissez probablement cette chanson, eh bien c’est précisément la même chose avec les photographes, et c’est en visitant l’exposition d’un de mes amis, Gilles Barthelet, que j’ai fait connaissance avec Florence Dabenoc. La variété des sujets qu’elle aborde est impressionnante. Dans la série qu’elle présente ici c’est son regard sur la faune sauvage de l’Afrique, une vision poétique que le choix du noir et blanc rend encore plus pénétrant. Exerçant le métier de vétérinaire, elle a choisi la photographie pour exalter à travers ces bestiaires iconiques cette vie animale à laquelle elle consacre son existence. Florence Dabenoc vient d’être sélectionnée pour exposer lors du 20ème Festival International de la photo nature et animalier de Montier-en-der qui se tiendra au mois de novembre 2016. Une étape sans nul doute vers une consécration plus large de ses travaux.

André Nitschke


– Quelques mots de présentation sur vous Florence ?

Lorraine de naissance et de cœur, docteur vétérinaire dans la vie, la photographie est l’une de mes passions. C’est mon père qui m’a transmis le virus. Il était passionné par l’image et perfectionniste. C’est en l’observant pendant toute mon enfance, toujours à la recherche des meilleurs réglages, et soignant ses cadrages, que s’est implantée en moi la petite graine de cette passion, qui occupe au fil des ans une place grandissante dans ma vie. Mes parents m’ont également transmis le virus du voyage ainsi que l’amour et le respect des animaux et de la Nature. 



– La photographie est elle pour vous un partage ?

Mon mari et mes enfants m’encouragent à vivre pleinement ma passion pour la photographie. Nous avons en commun l’amour des voyages, des découvertes d’autres cultures , de la Nature et de la vie sauvage. Et c’est un vrai
 bonheur de pouvoir conjuguer toutes ces passions en famille. Nous voyageons aux quatre coins du Monde depuis leur plus jeune âge. 
Une vraie famille de globe-trotteurs ! 



C’est pendant ces voyages que je peux prendre le temps de m’adonner à ma passion 
et je les remercie tous les trois pour leur patience, 
car quand j’ai l’œil rivé dans mon viseur, je perds la notion du temps qui s’écoule et ils passent souvent de longs moments à m’attendre ! 
Tous les photographes savent de quoi je parle !

– Quels sont vos sujets de prédilection ?

J’aime aborder tous les sujets en photographie : l’architecture, les paysages, les portraits, la danse, la Nature et je pense que chaque « discipline » permet de nourrir les autres.
Mon sujet de prédilection et celui qui avec lequel je vis mes plus belles aventures ( expositions, festivals, diaporamas, concours ) c’est la photographie animalière, plus précisément la faune africaine. Je vis une histoire d’amour avec l’Afrique qui m’a toujours attirée et ce depuis mon enfance. J’ai la chance de m’y rendre une fois par an depuis quelques années, et ses immenses zones protégées où peut s’épanouir la vie sauvage sont l’une de mes plus belles sources d’inspirations. Avec un goût qui s’affirme de plus en plus pour le noir et blanc, le graphisme, et parfois l’abstraction en jouant avec les effets dynamiques du mouvement notamment. Ou comment essayer d’aborder différemment ce sujet maintes fois traité déjà, en y apportant ma sensibilité personnelle et de la créativité ( j’espère !


WUKALI 01/06/2016
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus