An artist who has guts and balls…!


Pyotr Pavlensky artiste protestataire russe vient d’être jugé par un tribunal de Moscou pour avoir aspergé d’essence les portes du Service Fédéral de Sécurité de Russie, plus connu autrefois sous le nom de la place où il est installé la Lioubanka ( ex siège du KGB) et y avoir mis le feu. Il s’était fait photographié en novembre 2015 devant les portes du sinistre immeuble avec un jerrycan d’essence (voir photo). Dans un attendu on ne peut plus surprenant las magistrats ont estimé qu’il s’en était pris à un héritage culturel car «d’éminentes personnalités personnalités des sciences et de la culture y avait été emprisonnées», on appréciera…!

Il avait été condamné précédemment à 16 mois de prison pour un autre motif mais le jugement avait été invalidé pour vice de forme. Lors de sa parution devant les juges il a refusé de s’exprimer. Il risque jusqu’à 6 ans de prison.

Est-il bien utile de rappeler que la Lioubanka fut une centre de détention et de torture, que de nombreux hommes et femmes qui déplaisaient au régime dictatorial stalinien y furent emprisonnés, certains y moururent, que le nom même de Lioubanka était devenu le synonyme de terreur et d’arbitraire !

Depuis longtemps Pyotr Pavlensky dont les performances ciblées contre les limitations à la liberté du régime de Vladimir Poutine est devenu la bête noire du Kremlin. C’est dans sa chair même qu’il extériorise sa révolte et manifeste son opposition résolue au régime policier, aux violations de la liberté d’expression subrepticement mis en place depuis quelques années en Russie. C’est une personnalité controversée et ses performances suscitent sarcasmes et moqueries.

Il est bien dur dans la Russie d’aujourd’hui d’exprimer une opinion contraire à celle du pouvoir. Ceux qui ont tenté de s’opposer ont été muselés, pire encore certains ont été assassinés telle la journaliste Anna Politkovskaïa ou l’opposant politique Boris Nemtsov assassiné sur un pont à proximité du Kremlin. Le cinéaste Oleg Sentsov a quant à lui été condamné à 20 ans de prison pour s’être opposé à l’annexion de la Crimée.


Dans une tradition russe qui emprunte à la martyrologie, à l’histoire de l’église orthodoxe, Pyotr Pavlensky s ‘était ainsi lors de différentes performances cousu les lèvres, avait soutenu les Pussy Riots, mis nu devant le Kremlin et avait cloué ses testicules sur la Place Rouge, dernièrement il s’était entaillé l’oreille avec un couteau. Il n ‘en fallait pas plus pour qu’il soit manu militari envoyé pour examen dans un hôpital psychiatrique réveillant des souvenirs du totalitarisme communiste russe de sinistre mémoire. Si l’on peut parler pour ce qui le concerne de happening conceptuel, d’expression politique incarnée, on est bien loin des accommodements très matérialistes des artistes conceptuels, notamment d’Europe de l’Ouest, d’Asie ou d’Amérique, avec le confort financier que leurs démonstrations publiques et médiatisées procurent, à l’exception peut-être d’Ai Weiwei en Chine.

Pierre-Alain Lévy


WUKALI 20/05/2016
*Courrier des lecteurs : [redaction@wukali.com*]
Illustration de l’entête: photo Nigina Beroeva


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus