Les musées de la Ville de Nancy se mobilisent avec l’UNESCO, le Centre Archéologique Européen de Bibracte et les professionnels du patrimoine français et suisses pour la sauvegarde du patrimoine syrien.

Les musées de la Ville de Nancy, musée des Beaux-Arts, Palais des ducs de Lorraine / musée Lorrain et musée de l’École de Nancy, ont contribué à une grande collecte, en réunissant l’équivalent de 4 227, 24 euros de matériel de conservation préventive : étiquettes, compas, truelles, conformateurs à aiguilles, sacs, boîtes…

De nombreux sites archéologiques ont été ravagés et pillés par des groupes organisés avec l’intention d’exporter illicitement des objets archéologiques et des œuvres d’art pour ensuite les vendre sur le marché international de l’art.

Si les professionnels du patrimoine de Syrie organisent avec efficacité depuis le début du conflit l’évacuation et la mise à l’abri des collections d’objets et œuvres d’art jusque là conservés dans les musées et les dépôts archéologiques menacés de destruction ou de pillage, le manque de moyens freine considérablement leur action.

Face à ce constat, l’UNESCO s’est associé, à l’été 2015, à des professionnels français et suisses de l’archéologie et du patrimoine pour recenser les besoins précis des acteurs de terrain en matériels utiles à la poursuite de leurs actions de sauvegarde : matériels de conditionnement indispensables à l’évacuation et à la mise à l’abri des collections, matériels de conservation pour préserver les pièces fragiles et restaurer les pièces endommagées, mais aussi matériels d’étude et d’enregistrement pour permettre de continuer à compléter les inventaires et la documentation scientifique du patrimoine syrien, et ainsi faciliter son identification, sa gestion et la sauvegarde des données s’y rapportant.

Coordonnée par le Centre archéologique européen et le musée de Bibracte EPCC (France), une vaste collecte a mobilisé plus de cinquante institutions, associations et professionnels indépendants du monde de la culture, des archives, des bibliothèques, des musées, de l’archéologie, de la restauration et de l’art répartis sur l’ensemble du territoire français et en Suisse. Au total, près de 7 tonnes de matériel ont été rassemblées et acheminées jusqu’à Beyrouth, pour être données au bureau de l’UNESCO de Beyrouth. L’UNESCO a décidé à son tour d’en faire don aux professionnels en charge de l’archéologie, du patrimoine et des musées de Syrie, qui ont réceptionné le matériel en mars dernier. Au renfort matériel qui vient appuyer leur capacité d’intervention sur le terrain s’ajoute le réconfort apporté par une mobilisation concrète en faveur d’un patrimoine dont l’intérêt pour l’histoire du peuple syrien et pour l’humanité n’est plus à démontrer.

Communiqué Ville de Nancy


WUKALI 09/05/2016
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus