A video game and animation movie, a fantastic medieval fiction in 3D and other digital technologies


Regardez bien le visage du héros dans ce film (Wiedźmin) à traduire comme quelque chose comme« l’Ensorceleur», vous en connaissez probablement les traits ou plus précisément vous en avez certainement vu un clône si vous êtes un des habitués de cette rubrique des films d’animation. Vous ne voyez pas ? «Paths of hate», des studios polonais Platige ! Oui un héros au visage coupé au scalpel, couturé de cicatrices et aux yeux d’aigle. Autre similitude, ce théâtre de la cruauté, cette exaltation du sang et de la mort, cet arrière goût qui laisse une sensation bizarre et inquiétante. Cet aryanisme bon chic bon genre droit sorti d’un Walhalla nordique ou teutonique, ce chevalier blond et assassin qui détruit des créatures monstrueuses et antédiluviennes. Un personnage et des histoires et contes imaginés par Andrzej Sapkowski, un Moyen-âge revu et corrigé, ô combien, sur fonds de batailles avec allusion à l’histoire de la Pologne, de combats, d’incendies, de massacres et surtout des créatures à vous glacer le sang issues de cauchemars de paléontologues pour le moins épuisés et qui n’en peuvent mais, âmes sensibles s’abstenir!


Ce personnage qui donne le titre à ces films et ces histoires serviront de support à des jeux de rôle pour PC pour adulescents produits par l’éditeur polonais de jeux vidéo CD Projekt qui vient juste d’obtenir pour Witcher 3 la plus haute récompense du concours 2016 rassemblant les producteurs de jeux de l’industrie digitale le GDC Award. Autres jeux reconnus comme jeux de l’année 2016: Fallout 4 de (Bethesda Game Studios / Bethesda Softworks), Metal Gear Solid V (Konami), Bloodborne (Software / Sony Computer Entertainment) et Rocket League de (Psyonix)

Le vivier de cette littérature fantastique est impressionnant où abondent les épitopes de Starwar qui sont légion, inventant une histoire fiction qui se prête à la capacité inventive et sans guère de limites des moyens techniques en 3D. Les effets sont assurés et l’hémoglobine y coule avec beaucoup de naturel. À ces images fortes, cette qualité indéniable graphique, se surajoutent des bruitages d’armes qui s’entrechoquent.


La violence y devient paroxystique et semble se nourrir d’elle-même, le spectacle prend aux tripes. La technique vidéo est très efficace ! Gardons-nous de la morale, les images d’actualité quotidiennes que l’on absorbe tous les jours ne sont de ce point de vue là guère des contre-modèles de vertu apaisée…

Pierre-Alain Lévy


WUKALI 19/03/2016
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus