Soon, next December, a museum will be open dedicated to prehistoric Lascaux cave paintings


On s’active à Lascaux, ou plus exactement à Montignac-Lascaux en Dordogne, sur le chantier de construction du futur Centre international de l’art pariétal (nom provisoire) dont l’ouverture est prévue pour le 15 décembre prochain. C’est un exceptionnel projet qui voit le jour qui permettra tout à la fois de faire découvrir au public les sublimes fresques pariétales de la grotte que l’abbé Breuil qualifiait de Chapelle Sixtine de la Préhistoire et qui datent de -18.000 ans, c’est aussi une aventure scientifique où s’embarquent une cohorte de préhistoriens, d’artistes peintres, de photographes, de géomètres, de techniciens de la construction et de spécialistes des matériaux.

En effet à l’instar de la Grotte Chauvet, – 32000 ans, excusez-nous du peu, dont les trésors pariétaux sont depuis un an offerts à la curiosité du public sous formes de fac-similés d’une qualité de reproduction hors pair à l’abri d’un bâtiment ( La Caverne du Pont-d’Arc), il a été décidé d’un commun accord entre les autorités scientifiques, politiques et territoriales de sanctuariser la colline de Lascaux et d’y construire en contrebas un «bâtiment paysage» où seraient reconstituées les décors muraux sous forme de fac-similés dans un environnement proche de la grotte éponyme.


Les techniques les plus abouties ont été mises en oeuvre, l’ensemble des fresques a été intégralement photographié ( Éric Solé) et les techniques les plus sophistiquées de relevé topographique en 3D combinées à la photographie numérique ont été choisies pour obtenir un rendu proche du réel, pour ne pas dire parfait !

Un atelier spécifique, l’Atelier des fac-similés du Périgord (AFSP), a été installé à quelques jets de pierre du chantier de construction. Il est spécialisé dans la reproduction minérale de parois ornées de la préhistoire grâce à une technique brevetée : le voile de pierre. Ce sont près de 20 peintres plasticiens qui y travaillent« à pinceaux croisés» pour reprendre l’expression du directeur artistique de groupe, Francis Ringenbach. Sur une surface représentant près de 900m2 les artistes travaillent de concert et opèrent à tour de rôle sur les 27 panneaux qui reproduisent à l’échelle 1 l’ensemble des galeries et salles de la grotte ornée. La taille moyenne d’un panneau est de 7m/4m, et certains panneaux arrivent à dépasser la tonne. La mise en place de ces panneaux vient de débuter et nécessite de lourds moyens logistiques.

A l’issu d’un concours à projet international organisé en 2012, c’est l’agence norvégienne, Snøhetta associée avec l’architecte bordelais Duncan Lewis qui a remporté la palme. L’agence française SRA Architectes a été missionée pour sa réalisation.

Le budget de ce vaste chantier est de 57 millions €, financé par le département de la Dordogne, la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (ALPC), l’état et l’Union européenne.

Jean-François Savignac


WUKALI 12/03/2016
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com
Illustration de l’entête: opération de dépôt d’un des panneaux.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus