A task force to protect the world art heritage

Paris, 15 février- La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, et le ministre italien des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, signeront le 16 février à Rome un accord visant à mettre sur pied une force opérationnelle d’experts du patrimoine culturel dans le cadre de la Coalition mondiale de l’UNESCO « Unis pour le patrimoine ».

Aux termes de cet accord, l’UNESCO pourra demander au gouvernement italien de solliciter des experts de la force opérationnelle afin de les déployer sur des biens du patrimoine culturel affectés par des crises.

L’accord marque une étape décisive dans le développement de la Coalition mondiale de l’UNESCO « Unis pour le patrimoine », lancée en juin 2015 au cours de la réunion du Comité du patrimoine mondial qui s’est tenue à Bonn (Allemagne).

L’UNESCO compte sur le fait que d’autres pays prendront des mesures similaires pour renforcer la capacité de la communauté internationale à répondre aux menaces de plus en plus fréquentes auxquelles est confronté le patrimoine culturel dans différentes régions du monde.

Cet accord a pour conséquence d’inclure la protection du patrimoine culturel dans les actions humanitaires et de la paix.

« La mise en place d’une force opérationnelle réunissant des experts du patrimoine culturel et du corps des carabiniers italiens spécialisés dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels permettra de renforcer notre capacité à répondre aux situations d’urgence à venir », a déclaré la Directrice générale.

La création de la force opérationnelle par le gouvernement italien est une mise en oeuvre directe de la Stratégie adoptée par les Etats membres de l’UNESCO. Cette Stratégie vise à renforcer l’action de l’UNESCO en faveur de la protection du patrimoine culturel et de la promotion de la diversité culturelle et du pluralisme. Elle invite les Etats membres à appliquer cette stratégie, notamment à travers les mécanismes de déploiement rapide d’experts nationaux dans les situations d’urgence, sous la coordination de l’UNESCO.

Les Etats membres ont développé cette stratégie en réponse aux destructions systématiques, à grande échelle et au pillage des sites culturels. Elle fait également suite aux attaques contre la diversité culturelle et contre les minorités culturelles et religieuses qui portent atteinte à leurs droits humains et leur sécurité.

D’après le Statut de Rome de la Cour pénale internationale, la destruction délibérée du patrimoine culturel peut être considérée comme un crime de guerre. Le renforcement de la capacité de l’UNESCO à répondre aux défis actuels s’appuie sur des outils juridiques internationaux, notamment la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé et élargit le champ de son application.

Communiqué de l’UNESCO


WUKALI 15/02/2016
Courrier des lecteurs : [redaction@wukali.com->mailto:redaction@wukali.com

Illustration de l’entête : dans la vieille ville d’Alep. Crédit photo Jack Hill/ The Times/ SIPA

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus