A wonderful museum in Aix en Provence. New acquisitions


Cette nouvelle exposition du musée Granet intitulée « 2006-2016 10 ans d’acquisitions » est à découvrir jusqu’au 24 avril 2016.

Cézanne bien sûr, mais aussi, Corot, Alechinsky, Granet, Daret, Dora Maar, Giacometti, Plossu, Revoil, Prouvé, Cocteau, Camoin, Couturier, Tal-Coat, Masson, Clergue, Denis, Dandré-Bardon, Othoniel nous offrent une vraie leçon de peinture à travers le temps.

Voilà une exposition qui touche très concrètement les collections permanentes, puisqu’il s’agit de l’enrichissement des collections du musée.

Pierre Rosenberg, membre de l’Académie française, un des premiers président directeur du Louvre, disait : « Un musée qui ne s’enrichit pas est un musée qui meurt. » Cette phrase Bruno Ely, Conservateur en chef du musée Granet la reprend volontiers. « Cette belle phrase donne une dimension organique au musée, car tout comme un corps qui ne se nourrirait pas, ne se développerait pas, le musée finirait par mourir ».
On pourrait presque faire graver cette phrase en lettres d’or sur le fronton du musée !

Musée Granet : un lieu vivant, un lieu de références.

Depuis sa réouverture en 2006, après une rénovation qui a duré 6 ans, le musée Granet a tourné une nouvelle page en matière de politique d’expositions : Cézanne en Provence, en 2006, a rassemblé 490 000 visiteurs ! De superbes expositions temporaires ont suivi.
Picasso et Cézanne, Le grand atelier du Midi, Pierre Alechinsky, la Collection Pearlman ou encore la Collection Frieder Burda

Dix années d’activités intenses et trois axes majeurs propres à ce musée : les collections permanentes autour de l’art ancien, de l’Antiquité la plus reculée jusqu’au milieu du XIXe siècle, jusqu’à Granet, et, évidemment l’incontournable figure tutélaire de Cézanne. Qui pourrait défendre aujourd’hui un musée Granet à Aix-en-Provence sans Cézanne questionne Bruno Ely ? Personne bien évidemment. Et peut-on reprocher à ce musée d’ouvrir sur la modernité ? Car justement, la troisième dimension sur laquelle le Musée insiste tout particulièrement concerne Cézanne et les artistes de notre temps.

La collection permanente s’est enrichie d’artistes du XVIIe, du XVIIIe et de la première moitié du XIXè siècle.

Une partie de l’Art Ancien est particulièrement bien représentée avec des artistes qui n’étaient pas dans les collections tels que Michel Serre, Meiffen Comte, Bernard Toro, Antoine Duparc… On peut notamment découvrir à l’exposition, une œuvre en terre cuite de ce sculpteur, une étude préparatoire pour un bas-relief en marbre qui se trouve dans la nef de Notre-Dame de l’Espérance à la cathédrale Saint-Sauveur. Michel François d’André-Bardon Nous avons pu acquérir deux nouvelles œuvres de cet artiste, une peinture et dessin préparatoire à un grand tableau « Auguste punissant les concussionnaires ».

Autour de Granet s’ajoute une « Etude pour la mort de Poussin », dont le tableau peint à l’huile est déjà au Musée. S’ajoute également un dessin étonnant, qui fait référence à un procureur aixois qui a marqué son époque dans les années 1830/1840, Toussaint Joseph Borély. Par ses idées libérales il avait été éloigné de ses fonctions de justice et il s’était reconverti en gentleman farmer à New-Powrcelles, une propriété près de Gardanne. Il y faisait l’élevage de porcs anglais et avait même obtenu de la reine Victoria ses meilleurs reproducteurs. L’homme avait l’habitude de se promener à Aix-en-Provence à cheval, ses porcs anglais musardant devant lui. Une gravure le représente, place des Quatre Dauphins, dans cet accoutrement, avec son équipage. En 1849, Granet voulut faire un tableau de l’excentrique personnage. Au verso du dessin que nous avons pu acquérir, une lettre de Baptistin Martin, l’exécuteur testamentaire de Granet. C’était également un de ses derniers élèves. Il expliquait au procureur Borely que Granet souhaitait le peindre… mais la mort l’en empêchera. Il joignait cette lettre à ce dessin, qui se situe parmi les derniers réalisés par Granet.

«Une partie cézannienne riche. Le portrait de Zola par Cézanne est magnifique, émouvant. Il s’agit du seul portrait de Zola conservé par son ami Cézanne, un petit format, une œuvre de jeunesse 1862/1864, très symbolique de cette amitié. Une amitié qui au final a laissé peu de traces mais que l’on retrouve dans ce petit tableau. C’est une acquisition importante sans doute la plus importante de ces 10 dernières années», commente Bruno Ely.

On peut admirer encore de Cézanne une lithographie de baigneurs et une de la Sainte-Victoire. S’ajoutent également des dessins donnés par James Lord, un grand ami du Musée Granet, qui, déjà dans les années 50, avait fait remettre un dessin de Matisse, un autre de Derain, pour une salle de Cézanne hypothétique à l’époque, puisqu’ il n’y avait aucune peinture à huile de Cézanne dans le musée. On a du mal à imaginer qu’il aura fallu attendre 1984, et la mise en dépôt des œuvres permanentes de l’État, pour pouvoir enfin accrocher des peintures à l’huile de Cézanne au Musée Granet.

Autour des œuvres de Cézanne, celles de ses amis, parmi lesquels Maurice Denis, jeune admirateur, qui viendra rendre visite à Cézanne en janvier 1906, l’année même de sa mort. Il peindra un magnifique tableau où il se représente lui-même en train de réaliser un croquis, et Cézanne devant son motif, la montagne Sainte-Victoire.

Il y a aussi Charles Camoin qui établira une grande correspondance avec le peintre d’Aix. Elle a été conservée et sera montrée à l’occasion de l’exposition d’été du Musée Granet, « Camoin dans sa lumière ».

Des artistes de talents dialoguent avec Cézanne

Parmi eux, Henri Cueco, Marc Couturier, Simon Kogan, Bernard Plossu qui, il y a quelques années, offrira au musée, un ensemble tout à fait remarquable d’œuvres autour de la montagne Sainte-Victoire. Le photographe est également présent avec des photos d’Aix. Des dons de ces artistes viennent là encore enrichir les fonds.

L’évocation du festival d’Aix

L’histoire du festival qui me tient à cœur depuis les années 90, souligne Bruno Ely, qui fut le premier à faire acheter des œuvres en lien avec cette mémoire du festival.
Depuis ce fonds s’est enrichi et le musée a pu acquérir des œuvres de François Ganeau, André Masson, Jean Cocteau, André Marchand, Gabriel Lorrain, Philippe Favier et Pierre Alechinsky, un des grands fidèles du musée Granet.

André Malraux disait que la culture ne s’hérite pas, elle se conquiert ! C’est donc un acte de volonté que d’acheter, d’organiser des expositions, et de soutenir un musée.
Le Conservateur en chef du musée Granet cite encore Winston Churchill, qui a séjourné à Aix, a lui-même peint dans les paysages de Cézanne, amoureux de la ville et du peintre. Mais alors qu’il est en pleine guerre, que tous les efforts sont mis en œuvre pour sauver l’Europe en péril, on lui demande de réduire les crédits de la culture. En homme d’état, humaniste et homme de culture, il fit cette réponse : «Mais alors, pourquoi nous battons-nous ?» .

Pétra Wauters


Musée Granet
Place Saint Jean de Malte
13100 Aix-en-Provence
Tél. : + 33 (0)4 42 52 88 32

Horaires
Ouvert du mardi au dimanche
• Hors exposition estivale, de 12h à 18h.
• Période exposition estivale, de 10h à 19h.


WUKALI 05/02/2016
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com
Illustration de l’entête : Maurice Denis. La visite à Cézanne 1906, dit aussi: La visite à Cézanne sur le motif. Huile sur toile 51X64cm. Photo Jean Bernard


.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus