Right of reply about historical matters


«Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur», cette formule de Beaumarchais est la plus parfaite définition de la liberté d’expression, de la démocratie et du droit à la critique. Dans le domaine de la recherche historique tout particulièrement des différences de jugements et d’analyses peuvent opposer un auteur à des critiques et cela sur des critères objectivement définis les plus variés et respectables. C’est dans cet esprit que nous offrons bien volontiers un droit de réponse à M. Marc Ducros éditeur, au sujet de la chronique de Félix Delmas parue dans WUKALI sur le livre Terre d’eau, Histoire de l’Aquitaine des premiers temps à l’an Mil de Michel Datcharry, publié aux Éditions VOolume

Pierre-Alain Lévy


Cher Monsieur,

Une critique a toujours une utilité : elle appelle à se poser des questions – pour l’auteur et pour celui qui fait la chronique. Nous nous permettons tout d’abord de rétablir ce qui pourrait relever d’une lecture trop rapide et qui peut faire croire à des erreurs qui n’en sont pas:

Pépin le Bref – comme il est clairement indiqué pages 83 et 84, Pépin le Bref fut maire du palais avant de devenir roi en 751. Il n’est pas dit dans le livre de M Datcharry qu’il était roi avant cette date. Merci de corriger votre texte.

– Il n’est pas écrit que Lothaire était le frère de Pépin II. Les liens de parenté de Pépin II sont clairement établis. L’auteur explique par son texte et des cartes que les trois frères sont Lothaire, Charles et Louis. On peut lire aussi page 104 – « Louis (le Germanique) et Charles (le Chauve) s’allièrent à leur tour, réclamant leur dû. Frères contre frère et neveu. Guerre fratricide. Et si dans un paragraphe M. Datcharry écrit que Lothaire est l’ainé de Pépin II, il ne faut pas confondre « ainé » qui veut d’abord dire plus âgé davantage que « frère ainé » – Merci de corriger.

Pour les autres remarques, on se rapproche des querelles d’historiens (l’Histoire, surtout aussi lointaine, n’est pas une science exacte) et je laisse l’auteur commenter :

M Delmas semble assimiler Berbères et Ibères ; en réalité, on ne connaît pas la réelle origine des Ibères ; en tout cas, on ne peut affirmer qu’ils soient des Berbères. Les recherches et trouvailles archéologiques les plus récentes tendent à faire abandonner l’idée que les Ibères soient un peuple migrateur venu d’Afrique du Nord.

– En ce qui concerne les Basques, si pour F. Delmas, leur origine « n’est pas un problème », cela reste une grande interrogation pour la population basque dans son ensemble ; de nombreux livres sont parus sur le sujet avec des interprétations différentes ; j’ai donné une version qui me semble être la plus cohérente et la mieux partagée aujourd’hui.

– En ce qui concerne les vassalités, nous acceptons la remarque de F. Delmas, mais nous faisons remarquer que la mosaïque féodale s’est surtout constituée aux alentours du deuxième millénaire et que les grands problèmes de vassalité entre seigneurs (comtes, vicomtes, ducs de Toulouse, rois de Navarre et d’Aragon, roi de France et d’Angleterre) concernant l’Aquitaine ont été critiques à partir du XIIe siècle.

– Pour ce qui concerne la Guyenne et la Gascogne, F. Delmas n’est pas sans savoir que le mot Guyenne est une altération populaire du mot Aquitaine et qu’on n’a utilisé ce mot qu’à partir du XIIIe siècle ; donc hors sujet là aussi par rapport au livre ; les Français utilisaient ce terme alors que les Anglais parlaient de Gascogne. Prétendre que l’un et l’autre ne représentent pas la même chose est très discutable.

Si c’est l’histoire de l’Aquitaine racontée aux enfants, l’auteur est flatté comme l’éditeur, car nous aurons des enfants très savants.

Veuillez agréer, cher Monsieur, l’expression de mes meilleures salutations,

Marc Ducros
Éditeur pour Voolume (AVP)


WUKALI 04/02/2016
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus