Absurd and funny, a perfect mixture


Paul Driessen est une sacrée personnalité du monde du film d’animation. Ses débuts sont concomitants de ceux des Beatles, il participera d’ailleurs à la réalisation du film Yellow Submarine. S’il est né aux Pays-Bas en 1970, il s’installe dès ses trente ans au Canada.

Son trait est caractéristique, une ligne agitée, tremblotante telle un tracé d’encéphalogramme. Il aime bien dans ses films installer plusieurs écrans, plusieurs fenêtres simultanées, comme des trous de serrure pour des spectateurs voyeurs et indiscrets. C’est précisément le cas dans La Fin du monde en quatre saisons, réalisé en 1995, avec huit écrans distincts pareils à des murs de moniteurs vidéo d’une régie TV.

La bande musicale est pareillement savoureuse avec un Quatre Saisons revu et corrigé ( cette pauvre oeuvre n’est plus aujourd’hui à une adaptation près) et des bruitages qui s’ajustent parfaitement sur l’effet recherché

Paul Driessen – The End of the World in Four Seasons (1995) from Vantusri on Vimeo.


En visionnant ce film de Paul Driessen et en observant qu’il avait été réalisé il il y’a tout juste 25ans, je me suis demandé si cette forme d’humour loufoque, que j’apprécie beaucoup au demeurant, pouvait toucher et amuser de même manière le public d’aujourd’hui. J’ai bien peur hélas que nos contemporains ne soient devenus des pisse-froid de la plus blafarde catégorie et n’apprécient guère cet humour décalé, absurde, qui naguère faisait encore nos délices, qu’on se rappelle notamment les Shadoks commentés par le non moins célèbre Pierre Piéplu !

Pierre-Alain Lévy


WUKALI 26/12/2015
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com
Précédemment mis en ligne le 08/08/2015


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus