What else… ?


Bien sûr comment ne pas penser au chef d’œuvre du thriller signé Chandler : La mariée était en noir ! On y pense en lisant le titre du dernier opus de Mary Higgins Clark La mariée était en blanc (avec comme cosignataire, non sa fille, mais Alafair Burke que je n’ai jamais eu le plaisir de lire), mais sûrement pas à la lecture du livre. Il n’y a aucun rapport, strictement aucun !

On lit un Mary Higgins Clark, c’est-à-dire un bon roman policier, bien propre, bien écrit, pas trop long, pas trop court, avec un peu mais pas trop de remplissage, avec juste ce qu’il faut de descriptions psychologiques, avec bien sûr des fausses pistes, des coupables évidents qui ne le sont pas, etc. Bien sûr, les personnages ne font pas partie de la plèbe et ne sont pas des sosies de Quasimodo. Non, la plupart évoluent dans des milieux très aisés, personne n’a des problèmes de fin de mois. Et ils sont beaux, et même si beaux que leur beauté peut devenir une malédiction.

L’histoire est résumable facilement : Amanda, jeune femme d’une beauté époustouflante, en pleine réussite professionnelle au sein de l’entreprise familiale qui se développe grâce à elle disparait la veille de son mariage qui devait avoir lieu dans un palace. Cinq ans après, sous la pression de Sandra, sa mère, une émission de télévision spécialisée dans les crimes non résolus (sorte de «Perdu de vue» à l’américaine) réunit tous les protagonistes du mariage : la famille de la mariée, le mariée et les témoins. Vous avez compris, l’assassin finit en prison et tout est bien qui finit bien. Même Laurie, la présentatrice arrive à surmonter la perte de son mari assassiné et accepte de revivre.

C’est du Mary Higgins Clark d’assez bonne facture (on a connu mieux mais aussi pire de la part de l’auteur américain), on n’est pas déçu. Si on aime ce genre de romans policiers, on est heureux, si on apprécie peu, alors, on l’oublie comme on a oublié tous les autres et on se plonge dans un Minette Walter ou un Elisabeth George.

Emile Cougut


La Mariée était en blanc
Mary Higgins Clark & Alafair Burke

Éditions Albin Michel. 20€


WUKALI 24/12/2015
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus