An intelligent novel that goes beyond formal political realities. « 1984 » is now onwards out fashioned


La vie de Joseph
Laurent Ségalat

On se souvient du dernier livre ou plus exactement de l’avant-dernier livre de Laurent Ségalat, La vie de Morgan, qui était le premier volume de la trilogie qu’il est en train d’écrire Les temps modernes. Ceux-ci n’ont strictement aucun rapport avec le film ayant le même titre de Charlie Chaplin, nulle poésie, aucune beauté, pas d’optimisme, mais un univers gris, oppressant. Après le dictature écologique de La vie de Morgan (combien proche de l’actualité à l’heure de la COP 21), voici l’horreur engendrée par l’informatisation de la société.

A la lecture de La vie de Joseph, comment ne pas penser encore à l’actualité, aux conséquences des attentats des mois de janvier et de septembre. Comment ne pas penser à ce concept qui a ressurgi dans notre univers : la sécurité de l’état, comment ne pas penser à la loi sur le renseignement, comment ne pas penser à l’affaire Snowden ?

Joseph, maquettiste, marié, deux enfants est convoqué au commissariat : pourquoi, il ne le saura jamais, il est condamné, pourquoi ? Il ne le saura jamais et quand il clame son innocence, la président lui demande s’il sait de quoi on l’accuse. A sa réponse négative, le magistrat à cette phrase admirable « Alors, comment pouvez-vous dire que vous êtes innocent ? »

La vie de Joseph c’est l’affaire Dreyfus avec des méthodes staliniennes dans un univers de Kafka mâtinée aux réalités du XXI siècle. C’est un sacré programme que Laurent Ségalat déroule avec une parfaite maîtrise.

N’allez surtout pas croire que ce livre est à ranger dans le rayonnage de la science-fiction, loin de là, plutôt dans celui des témoignages de l’actualité ! Il s’agit avant tout non d’un pamphlet contre les atteintes aux libertés au nom de la sécurité grâce aux moyens informatiques, mais ce à quoi peut naturellement aboutir la demande de sécurité actuelle avec les outils informatiques existants. Quand la sécurité aboutit à la dictature, quand on accepte que dix innocents soient condamnés pour être certain qu’un terroriste le soit aussi.

On voit bien maintenant que le renseignement se base avant tout, non sur la source humaine, mais sur la source technique, il suffit de lire la loi sur le renseignement qui vient d’être votée : n’importe qui peut être écouté. On savait déjà que grâce à nos téléphones, cartes bleues et autres GPS ou autres montres connectées, on pouvait savoir à la seconde prés où nous nous trouvions, et qu’il était particulièrement facile de nous écouter, lire nos courriels, etc. On savait déjà que vu le nombre d’informations ainsi collectées, non tous les jours, non toutes les heures, non toutes les minutes, non toutes les secondes mais plutôt toutes les micros-secondes, il est humainement impossible de les traiter et de les analyser, d’où le recours à des ordinateurs. Et qui dit ordinateurs dit programmes informatiques, et ceux-ci peuvent parfois « beuguer ».

L’excellente idée de Laurent Ségalat est de donner à chaque citoyen une sorte de « permis à points », comme pour le permis de conduire (sincèrement cette idée ne lui est pas propre, certains ont déjà longuement développés cette idée), qui est abondé en positif ou négatif par nos activités quotidiennes. C’est très facile puisque nous sommes tout le temps connectés, il suffit de programmer qui analysent nos actes, nos paroles pour savoir si nous avons une attitude « déviante » pouvant potentiellement porter atteinte à la sécurité de l’état. Sauf que ce ne sont pas des hommes qui déterminent la réalité de votre « dangerosité », mais une machine, et une machine qui peut parfois être mal programmée.

Je vous laisse découvrir le processus de ce « permis citoyen ». Mais ne croyez surtout pas que Joseph soit victime d’un beug, loin de là, mais avec un tel système, même si vous êtes innocent, vous pouvez être coupable.

La vie de Joseph est loin d’être une fiction, c’est la société de demain que nous risquons d’avoir qui est ainsi décrite.

Laurent Ségalat continue à nous démontrer que nos bons sentiments et la technologie moderne risquent de nous créer un univers pire que celui décrit par Orwell dans 1984.

Vivement le troisième opus de cette trilogie qui ne peut laisser indifférent les amoureux et les défenseurs de la liberté.

Dans son tombeau dans la crypte du Panthéon, Voltaire sait que le message de tolérance et de liberté pour lequel il s’est battu est encore parfaitement entendu.
Il faut rester vigilant !

Émile Cougut


La Vie de Joseph
Laurent Ségalat

Fauves éditions. 19€


WUKALI 20/12/2015
Courrier des lecteurs : redaction@wukali.com


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus