L’agence Tass vient d’annoncer par une dépêche en date de ce jour mardi 11 décembre, la mort de la soprano russe Galina Vichnevskaïa à l’âge de 86 ans, elle fut l’épouse de Mstislav Rostropovich.

Galina Vichnevskaïa est née à Léningrad en 1926 (aujourd’hui renommée Saint Petersbourg). À l’âge de six ans, elle est abandonnée par ses parents, connait la faim les privations, la tuberculose ( une catastrophe pour n’importe quelle autre artiste qui veut se consacrer au chant). Pendant la guerre, quand les Allemands attaquent la ville, elle refuse de se faire évacuer, subit la faim, combat l’assaillant nazi et rejoint la Résistance. Celà lui vaudra après guerre une médaille pour laquelle elle avait toutes les fiertés.

À dix-huit ans elle se marie, puis divorce peu de temps après. En 1944 après la libération de Léningrad elle épouse Mark Rubin directeur d’une petite compagnie d’opéra, elle a dix-huit ans (elle en aura un fils qui mourra en 1945). Elle prend des leçons de chant, est acceptée à l’Opéra du Bolshoi, et travaille le rôle de Léonore (Fidelio). C’est lors d’un voyage à Prague qu’elle fait la connaissance de Mistlav Rostropovitch qu’elle épousera (1955)

Galina Vichnevskaya partagera aussi avec Dmitri Chostakovitch une profonde et véritable amitié, elle apportera à ce dernier son soutien et le soutiendra dans les circonstances les plus difficiles ( la mort de la femme du compositeur, la maladie, les tourments de la tyrannie stalinienne contre le musicien).

Dmitri Chostakovitch composera pour elle une série de chants « Satires ». Pour son dernier concert en public en 1966, Chostakovitch était accompagné de Galina Vichnevskaya . Dans ses mémoires la cantatrice raconte qu’il ne s’était pas produit en public depuis plusieurs années car il souffrait des mains et ne pouvait jouer. Le concert fut un grand succès, mais la nuit suivante il fit une crise cardiaque dont il mit plusieurs mois pour guérir. C’est à cette période qu’il composa pour Galina un cycle de Romances.

Elle fut aussi amie avec Benjamin Britten. Britten avait demandé à Galina Vichnevskaya de tenir la voix de soprano auprès de Dietrich Fischer-Dieskau pour son War Requiem qui devait être joué à Coventry (1962) pour la reconsécration de la cathédrale qui avait été rebâtie après les bombardements de la ville. Hélas elle ne fut pas autorisée de quitter l’URSS et dut au dernier moment être remplacée.

Avec son violoncelliste de mari elle fut de tous les combats dans la Russie soviétique pour la défense des droits de l’homme. Elle s’illustra avec Rostropovitch pour condamner l’invasion de la Tchécoslovaquie par les armées russes et celles du Pacte de Varsovie, puis toujours avec Mistlav en 1969 pour défendre leur ami écrivain Alexandre Soljenitsyne en proie aux menaces et aux persécutions mises en place par le parti communiste. L’action médiatisée du célèbre couples de musiciens conduisit les autorités russes à conclure un accord secret permettant à Alexandre Soljenitsyne de vivre dans la datcha des Rostropovitch près de Moscou. Les autorités communistes se vengèrent par la suite en empêchant les deux musiciens de sortir d’URSS pour leurs tournées de concerts. Ils n’eurent plus le droit ni de jouer ni de se produire. Les temps qui suivirent furent très durs tant pour Rostro que pour Galina qui voyaient leur niveau de vie drastiquement baisser. Ils réussirent à quitter URSS avec leurs deux filles en 1974 grâce à l’intervention de Leonard Bernstein et du sénateur Kennedy lors d’une visite de ceux-ci à Moscou. Ils s’installèrent à Paris puis à Washington où Rostropovitch venait d’être nommé directeur musical de l’Orchestre symphonique.

Dimitri Chostakovitch meurt le 9 août 1975.

En 1978 Léonid Brejnev, secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique, ordonna qu’ils fussent privés de leur nationalité et de leurs passeports soviétiques. Leurs noms seront retirés des livres d’histoire. Loin de leur nuire, ces vexations et ces mesures contribuèrent au contraire à encore mieux asseoir leur renommée, et l’un et l’autre eurent les honneurs des grandes salles de concert et firent de nombreuses tournées internationales, Rostropovitch aimait tout particulièrement accompagner au piano son épouse dans ses tournées de récital.

Quand elle ne chantait pas, Galina Vichneskaïa travaillait sur le répertoire russe, c’est ainsi qu’elle dirigea à Washington un opéra de Rimsky Korsakov «La Fiancée du Tsar». Son interprétation des «Chants et Danses de la mort» de Moussorgski est à ce jour indépassable, son registre vocal lui permet d’atteindre avec une infinie intensité et une émotion infinie ces nuances acidulées si typiques de la musique russe.

Quand en 1990 Mihail Gorbatchev accède au pouvoir en URSS, au moment de la glasnost et de la perekstroika, il rétablit leur citoyenneté soviétique. En 1991 Galina Vichnevskaya et Mistlav Rostropovitch retournent vers l’Alma Mater et s’installent à Moscou et Saint Petersbourg. Au moment du coup d’état de la « Maison Blanche » qui déstabilise Gorbatchev, ils prennent ouvertement position en faveur de Boris Eltsine. Le couple est extrêment populaire et aimé par la population russe qui connaissent tous ce qu’ils eurent à endurer et admirent pour chacun d’eux leur immense talent.

En 2002 Galina ouvre son propre opéra à Moscou. La mort de Rostro le 27 avril 2007 la brisera.

Galina vient de nous dire adieu, Les Chants et Danses de la Mort vont encore plus résonner dans nos oreilles et l’émotion nous laissera pantelants. Sûr qu’avec Rostro, maintenant ensemble au Paradis, ils vont fuguer …!

Pierre-Alain Lévy


Discographie

Eugene Onegin (1956 et1970), Chants et Danses de la Mort de Moussorgsky (1961 et 1976), War Requiem de Benjamin Britten (avec Sir Peter Pears et Dietrich Fischer-Dieskau, sous la direction du compositeur; 1963), L’Écho du Poète (1968), Boris Godounov de Moussorgsky (1970 et 1987), La Tosca,Puccini (1976), La Reine de pic de Tchailovsky (avec Regina Resnik, 1976), Lady Macbeth de Mtsensk (1978), Iolanta de Tchaikovsky (avec Nicolai Gedda, 1984), Guerre et Paix de Prokofiev (1986).


ÉCOUTER VOIR

Galina Vichnevskaya. Modeste Moussorgsky. Petite étoile

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus