Quand reviendra l’automne avec les feuilles mortes

Qui couvriront l’étang du moulin ruiné,

Quand le vent remplira le trou béant des portes

Et l’inutile espace où la meule a tourné,


Je veux aller encor m’asseoir sur cette borne,

Contre le mur tissé d’un vieux lierre vermeil,

Et regarder longtemps dans l’eau glacée et morne

S’éteindre mon image et le pâle soleil.

Paul MORÉAS. (1856-1910)

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus