Flash-Info/ Lecture Presse.

Les « Arabes d’Oran » ont quitté dans la plus parfaite discrétion la prestigieuse galerie d’art Schmit, entre les mains d’un inconnu que recherchent activement les enquêteurs de la brigade de répression du banditisme (BRB). Un vol d’une audace incroyable, perpétré hier, entre 14 heures et 14h30, rue Saint-Honoré, dans le Ier arrondissement, à deux pas de la place Vendôme.

Un homme de 50 ans a été vu peu avant la disparition

Le mystérieux voleur ne s’y est pas trompé en décrochant du mur cette petite aquarelle de 19 cm sur 11 : l’œuvre, peinte en 1837, est signée de la main d’Eugène Delacroix… et est estimée à quelque 650000 €. C’est une employée de la galerie, installée rue Saint-Honoré depuis trois générations et spécialisée dans les grands maîtres français des XIXe et XXe siècles, qui a découvert le vol et donné l’alerte. Peu de temps avant, un groupe d’acheteurs potentiels s’était présenté, et un homme seul, d’une cinquantaine d’années, aurait été vu quittant les lieux peu avant la disparition du tableau.

La galerie, connue tant en France qu’à l’étranger pour la qualité des œuvres qu’elle expose, très sollicitée pour ses expertises, authentifications et estimations, présente, sur deux étages, un ensemble unique au monde d’œuvres impressionnistes et modernes. Elle offre par ailleurs à ses acheteurs une sélection de tableaux, aquarelles, dessins et sculptures.

La semaine dernière, dans la nuit de vendredi à samedi, la maison de vente aux enchères Artcurial, rond-point des Champs-Elysées (VIIIe), avait été cambriolée et 450000 € de bijoux destinés à une vente aux enchères dérobés.

Le Parisien


Eugène Delacroix (1778-1863). « Les Arabes d’Oran« . Aquarelle.11,5 x 19 cm. 4 ½ x 7 ½ Inches. Signé et daté en bas à droite 1837

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus