L’exposition Soulages XXIè siècle présentée au Musée des Beaux-Arts de Lyon puis à l’Académie de France à Rome- Villa Médicis, propose une ensemble d’oeuvres récentes réalisées entre 2000 et 2012, dont certaines encore inédites.

Conçue en étroite collaboration avec l’artiste, l’exposition montre les possibilités de l’ outrenoir , terme que Pierre Soulages invente pour décrire l’envahissement de la toile par la couleur noire, reflétante la lumière selon les états de surface de la matière picturale. Si l’on a souvent mis en valeur ce tournant dans son oeuvre qui advient en 1979, l’exposition dévoile celui, moins connu, qui s’est produit au début du XXIè siècle, où l’artiste développe comme autant de familles, des peintures ouvertes aux expérimentations les plus variées : présence de blanc, juxtaposition de surfaces lisses et de surfaces en relief, collage, jeu de variétés de noir…

En écho à l’exposition, une série de sept peintures de l’artiste, déjà montrée à Lyon lors de la Pemière Biennale d’at contemporain de 1991, est présentée à l’entrée des salles des collections d’art moderne. Enfin, clôturant le parcours, trois oeuvres nouvellement acquises par le musée avec le concours exceptionnel d’un mécénat d’entreprises et de particuliers sont mises en regard des toiles prêtées pour l’occasion par les collectionneurs privés. Ces deux représentations satellites illustrent différentes étapes de la recherche picturale de Pierre Soulages et proposent de comprendre, rétrospectivement, son travail actuel.

Sylvie Ramond, conservateur en chef du patrimoine, directeur du musée des Beaux-Arts de Lyon et Éric de Chassey, directeur de l’Académie de France à Rome- Villa Médicis, professeur d’Histoire de l’Art à l’ENS, Lyon.

Commissaires de l’exposition

«C’est ce que fais qui m’apprend ce que je cherche. Ma peinture est un espace de questionnement où les sens peuvent se faire et se défaire. Parce qu’au bout du compte, l’oeuvre vit du regard qu’on lui porte. Elle ne se limite noi à ce qu’elle est, ni a celui qui l’a produite, elle est faite aussi de celui qui la regarde. Je ne demande rien au spectateur, je lui propose une peinture : il en est le libre et nécessaire interprète». Pierre Soulages, 2002

«On m’a demandé un jour d’être un peintre témoin de son temps, j’ai répondu : « Un peintre n’a pas à témoigner pour son époque, il est fait d’elle». Pierre Soulages, entretien avec Bernard Ceysson, cat expo, Saint-Étienne, musée d’art et d’industrie. 1976.


SOULAGES XXIè SIÈCLE

Musée de Beaux-Arts de Lyon

jusqu’au 28 janvier 2013



ÉCOUTER VOIR

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus