Ce sera le premièr événement musical de cette nouvelle saison à l’Opéra-Théâtre de Metz. Opéra archi célèbre de Mozart, DIE ZAUBERFLÖTE , sera mis en scène par Daniel Mesguich, pas moins…!

Tour à tour acteur de théâtre ou de cinéma passionné- une voix un regard, une présence scénique -, metteur en scène fébrile et protéiforme, diseur de mots, traducteur de textes, écrivain (on lui doit de nombreux ouvrages sur le théâtre), directeur de compagnies théâtrales et directeur depuis 2007 du Conservatoire national supérieur d’art dramatique, Daniel Mesguich incarne la passion du théâtre. Ses mises-en-scène comme sa direction d’acteurs sont toujours dans l’intensité.

À l’initiative de Paul-Émile Fourny, directeur de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole, qui lui a demandé de mettre en scène «La Flûte Enchantée», Daniel Mesguich a travaillé sur l’idée du double qui parcourt «La Flûte», (Tamino et Pamina, Papageno et Papagena, Zarastro et la Reine de la Nuit) idée du double et de cette zone interstitielle qui ajoute un peu de mystère à cette appréhension, cet apprentissage de la connaissance, de la joie et de la vérité.

Pour sa mise en scène à Metz, Daniel Mesguich a fait le choix d’un texte en français.

On est impatient de voir mais aussi et surtout d’écouter.


Drame maçonnique certes (Mozart a été initié Franc-Maçon en 1784 à la «Loge de l’Espérance couronnée», die Wohltätigkeit et sera reçu compagnon à la« Loge de la vraie Concorde»), l’opéra commence sur trois accords syncopés. Ce Singspiel qui mélange musique, chants et dialogues devient un véritable enchantement, une féerie où se succèdent tout à la fois inquiétude et exaltation légère, joie enfantine et sérieux philosophique, émerveillement et mystère, danses allègres et émotion, scènes comiques et vague à l’âme, un cheminement initiatique vers la Lumière.

Cette oeuvre commandée au printemps 1791 à Mozart par son ami et Frère en Maçonnerie Schikaneder qui en écrira le livret, sera composée en quelques semaines.

Cet opéra fut conçu pour un public habitué des grandes machineries, des nacelles, des machines à vent, des mises en scène spectaculaires et d’une débauche de lumières ( les chandelles !),

Le 30 septembre, Mozart dirige au clavecin la première représentation, (la nuit précédente il en avait écrit l’Ouverture !), le public, pendant le premier acte un peu décontenancé, va dès le second manifester sa joie et son enthousiasme, ce sera un triomphe.

Les jours de Mozart sont comptés, il mourra le 5 décembre 1791.

Pierre-Alain Lévy


La distribution est particulièrement soignée.

Philippe Kahn avec sa belle voix de basse est Sarastro, Aline Kutan– soprano- la reine de la Nuit, Sébastien Droy– ténor-Tamino, Valérie Condoluci-soprane- Pamina, Papageno sera interprété par Guillaume Andrieux– baryton, le rôle de Papagena sera chanté par Eugénie Warnier,soprane, et Valentin Jar, ténor, tiendra le role de Monostatos. Avec aussi dans le rôle des Trois dames: Florina Ilie, Marion Lebegue, et Marie Gautrot, les trois Anges: Léonie Renaud, Catherine Trottmann, Syvie Bedouelle. L’orateur Alain Herriau et le Prêtre Alain Gabriel

L’Orchestre National de Lorraine est dirigé par Jacques Mercier.

Choeur de l’Opéra-Théâtre de Metz-Métropole


LA FLÛTE ENCHANTÉE

Wolfang Amadeus Mozart

Mise en scène Daniel Mesguich

Nouvelle production de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole

Représentations : Vendredi 28 septembre 20h. Dimanche 30 septembre 15h. Mardi 2 octobre 20h


Bibliographie

Danielle Pister a réalisé une plaquette particulièrement documentée sur l’historique de la Flûte enchantée, elle est en vente sur le site du Cercle Lyrique de Metz pour le prix de 5€


ECOUTER VOIR

Enregistrement de référence. Luccia POPP (1964) dans le rôle de la Reine de la Nuit avec Otto Klemperer dirigeant le Philharmonia Orchestra

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus