On avait déjà appris les tourments que subissait le pianiste Fazil SAY en Turquie. Wukali en avait déjà fait état. Celà s’aggrave pour les artistes et les intellectuels en première ligne.

Dans « Courrier international », on apprend que le romancier turc Ahmet Altan, également rédacteur en chef du journal indépendant TARAF, moque la dérive conservatrice du parti au pouvoir. En effet le Premier ministre Erdogan a annoncé l’installation de salles de prière dans les opéras. Alors que des milliers d’ouvriers meurent dans des accidents de travail, Erdoğan, lui, s’intéresse à d’autres choses et dit qu’il va « interdire l’avortement », « stopper le recours aux césariennes », « faire construire une énorme mosquée sur la colline verte qui domine Istanbul du côté asiatique – et « aménager des salles de prière à l’opéra ». « Les spectateurs de Don Giovanni vont-ils maintenant se dépêcher d’aller prier pendant l’entracte ? Penseront-ils à leur prière alors qu’ils regardent les ballerines évoluer dans le Lac des cygnes ? » autant de questions que pose l’écrivain turc.

ECOUTER VOIR

Intervention d’ Ahmet Altan sur la situation en Turquie (en anglais)

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus