O toi, le plus savant et le plus beau des Anges,

Dieu trahi par le sort et privé de louanges,


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


O Prince de l’exil, à qui l’on a fait tort,

Et qui. vaincu, toujours te redresses plus fort,


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


Toi qui sais tout, grand roi des choses souterraines,

Aimable médecin des angoisses humaines,


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


Qui même, aux parias, ces animaux maudits,

Enseignes par l’amour le goût du Paradis


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


O toi, qui de la Mort, ta vieille et forte amante,

Engendras l’Espérance, — une folle charmante !


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


Toi qui peux octroyer ce regard calme et haut

Qui damne tout un peuple autour d’un échafaud,


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


Toi qui sais en quels coins des terres envieuses

Le Dieu jaloux cacha les pierres précieuses,


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


Toi dont l’œil clair connaît les secrets arsenaux

Où dort enseveli le peuple des métaux,


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


Toi dont la large main cache les précipices

Au somnambule errant au bord des édifices,


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


Toi qui frottes de baume et d’huile les vieux os

De l’ivrogne attardé foulé par les chevaux,


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


Toi qui, pour consoler l’homme frêle qui souffre,


Nous appris à mêler le salpêtre et le soufre,


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


Toi qui mets ton paraphe, ô complice subtil,

Sur le front du banquier impitoyable et vil,


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


Toi qui mets dans les yeux et dans le cœur des filles

Le culte de la plaie et l’amour des guenilles !


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


Bâton des exilés, lampe des inventeurs,

Confesseur des pendus et des conspirateurs,


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


Père adoptif de ceux qu’en sa noire colère

Du paradis terrestre a chassés Dieu le Père,


O Satan, prends pitié de ma longue misère !


Gloire et louange à toi, Satan, dans les hauteurs

Du Ciel, où tu régnas, et dans les profondeurs

De l’Enfer où, fécond, tu couves le silence !

Fais que mon âme un jour, sous l’Arbre de Science,

Près de toi se repose, à l’heure où sur ton front

Comme un Temple nouveau ses rameaux s’épandront !


Charles BAUDELAIRE. (1821-1867)

in Les fleurs du mal. XCII

Illustration. Eugène Delacroix. Méphistophéles apparaissant à Faust. 1828. Série de 18 lithographies

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus